23/11 18:14

Féminicides et violences faites aux femmes: Découvrez l'intégralité du "J'accuse" de la journaliste et écrivain Catherine Rambert

« J’ACCUSE ! »

Par Catherine Rambert

.

En ces journées de mobilisations, de manifestations et de sensibilisation contre les violences faites aux femmes et les féminicides ; et puisque le fameux « J’accuse » d’Émile Zola est aujourd’hui remis au goût du jour ; afin de rétablir des vérités et de dénoncer les artifices mis en place pour les étouffer, je lance à mon tour un J’ACCUSE . 

.

« J’ACCUSE l’Etat français de faiblesse et d’indulgence (je pèse ce mot) concernant les violences que subissent les femmes dans notre pays malgré des gesticulations qui n’ont à ce jour guère prouvé leur efficacité.

J’ACCUSE le monde artistique - que l’on dit pourtant éclairé - et plus particulièrement le monde du cinéma de se voiler la face et de soutenir un réalisateur accusé à de multiples reprises d’agressions sexuelles, prétendument au nom de son talent mais plus probablement au nom de l’argent qu’il rapporte.

J’ACCUSE ce monde artistique d’avoir inventé cette honteuse distinction entre « L’homme » et « l’artiste », distinction qu’il ne s’applique qu’à lui-même notons-le au passage, se plaçant de facto au-dessus des lois communes.

J’ACCUSE le monde du cinéma de complicité passive avec les auteurs de maltraitances sur les femmes. Mais il est vrai que le cinéma fut longtemps (comme l’a montré la tonitruante affaire Weinstein) la plaque tournante d’un archaïsme de tout temps toléré, puisque la promotion canapé y fut longtemps admise, voire jugée normale, pour permettre à de jeunes actrices d’obtenir des rôles.

J’ACCUSE l’Etat français, mais aussi la Ville de Paris, le Comité Olympique, alors que la France se prépare à organiser les JO de 2024, d’accueillir parmi les participants à ces jeux, des pays qui au nom de traditions ancestrales et archaïques s’octroient le droit de tuer, de battre, de violer, de voiler, d’exciser et de refuser aux femmes les libertés fondamentales élémentaires et l’égalité avec les hommes.

JE LES ACCUSE de complicité de crime contre l’humanité !

J’ACCUSE avec force le Comité Olympique de ne pas exclure des Jeux ces pays comme avait été exclue l’Afrique du sud (avec raison) lorsque celle-ci elle pratiquait l’Apartheid et d’avoir ainsi une responsabilité dans ce qu’il faut bien se résoudre à appeler un génocide féminin. A moins qu’il considère les crimes contre les femmes comme moins graves que les autres.

J’ACCUSE les instances internationales de ne pas mettre au ban ces nations et de ne pas instaurer un boycott économique des pays qui martyrisent et tuent les femmes au seul prétexte qu’elles sont des femmes, comme elles le font pour d’autres états ne respectant pas le droit international ! A moins que ces instances considèrent elles aussi les féminicides comme moins graves que les autres crimes !

J’ACCUSE les entreprises ne pratiquant pas l’égalité salariale, ne favorisant pas la promotion de femmes à des postes à responsabilités ou ayant une minorité de femmes dans leurs conseils d’administration d’être hors la loi, de participer à la précarisation des femmes et je demande à leur encontre de fortes sanctions et leur boycott, puisqu’il n’y a que l’arme économique qui les fassent réagir.

J’ACCUSE les entreprise qui vendent ou promeuvent des produits qui marquent l’aliénation des femmes de mercantilisme opportuniste et je demande leur boycott.

J’ACCUSE la justice de mollesse quand un homme publique qui bat sa femme n’est pas condamné pour l’exemple. Il semble que là aussi il soit de bon ton de distinguer « l’homme public » de « l’homme privé ».

J’ACCUSE les femmes, oui les femmes, de trahir par leur passivité, leur résignation, les générations passées qui se sont battues pour obtenir parfois au péril de leur vie des droits qu’elles négligent aujourd’hui et dont elles ne voient pas à quel point ils sont remis en cause, fragilisés et en recul en France comme dans le monde entier.

JE LES ACCUSE de se soustraire à l’obligation qui est la nôtre de poursuivre un combat qui est loin d’être gagné.

JE LES ACCUSE de ne pas se lever massivement, de ne pas être unies, et de se contenter de signer des pétitions sur les réseaux sociaux (pétitions dont l’impact est insignifiant) pour demander des boycotts ou pour faire pression contre les états qui maltraitent les femmes. Je leur rappelle qu’aucune bataille ne se gagne depuis un canapé et qu’il faut se lever, agir et ne rien lâcher si l’on veut que les choses changent.

JE LES ACCUSE ainsi de trahir leurs arrières grands-mères, leurs grands-mères, leurs mères qui ont mené tant de combats, pour faire évoluer la condition féminine. Que direz-vous demain à vos filles pour leur expliquer que leurs droits ont régressé ? Votre responsabilité sera grande si vous agissez mais elle le sera encore plus si vous vous défaussez.

J’ACCUSE enfin expressément et avec force la France, pays prétendument des Droits de l’Homme, de n’être plus depuis longtemps, longtemps, très longtemps, celui des Droits de la Femme. »

.

Catherine RAMBERT, journaliste, écrivain

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bruno.13
24/novembre/2019 - 20h04
Manifestement, tout le monde n'est pas Zola! J'y vois plus un discours haineux qu'autre chose
Portrait de Sergent tirailleur Highway
24/novembre/2019 - 14h37 - depuis l'application mobile
Juillet2307 a écrit :

Toi tu rêverai d'un monde ou l'homme macho pourrait battre sa femme comme il veut!  Tu confonds en plus, le droit de garde avec des femmes battues, ce sont deux choses complètement différents! De plus, si tu as un problème de garde, c'est parce que la justice, après moult enquête a jugé que tu étais incapable d'élever un enfant! il ne faut s'en prendre qu'à soit même! de plus la garde alternée existe! donc ton baratin à deux balles, garde le pour toi! 

@Juillet2307 non dans la plupart des cas on considère que la mère est plus à même de s'occuper des enfants. C'est un restant de "Famille, Patrie" des juges.
C'est la même raison qui fera qu'un coupe lesbien pourra plus facilement adopter qu'un couple gay.
Pourtant la société a changé, les hommes aident plus dans les tâches du quotidien.
Quand aux hommes qui frappent les femmes, il leur faudrait une bonne thérapie, et quelques coups dans la gueule.

Portrait de Harriet
23/novembre/2019 - 20h19

Bravo !

Ne jamais oublier qu'un assassinat de femme , tous les deux jours et un viol toutes les 7 mns ....En France .....

Portrait de Chapeau noir
23/novembre/2019 - 19h06

Bravo Madame !

Rendez-moi mon étoile !