20/09 07:23

La compagnie aérienne française XL Airways a annoncé hier soir cesser la vente de billets : Que va-t-il se passer pour les clients et vols vont-ils être assurés ?

Quelques jours après le placement en liquidation judiciaire d'Aigle Azur, la compagnie aérienne française XL Airways a annoncé hier soir sur son site internet qu'elle arrêtait toutes les ventes de billets immédiatement en raison de «grandes difficultés financières»:

“XL Airways est malheureusement dans l’obligation d’arrêter ses ventes à compter”, a-t-elle précisé. Certains vols étant “susceptibles d’être annulés” notamment à partir de lundi, les passagers sont aussi invités à vérifier le statut de leurs vols (via le site internet ou un numéro vert à leur disposition: +33.3.51.86.00.51), indique XL Airways, qui “présente ses excuses à l’ensemble de ses clients”.

Les vols prévus ce week-end seront maintenus, poursuit la compagnie, mais certains vols sont «susceptibles d'être annulés à partir du 23 septembre». «Les passagers sont invités à vérifier le statut de leurs vols, notamment les passagers effectuant un vol retour après cette date», indique encore la compagnie.

Depuis plus d'un an, la compagnie cherchait des repreneurs pour tenter de trouver une solution à ses problèmes financiers.

«Ces négociations n’ont pas abouti et la compagnie doit aujourd’hui se placer sous la protection du Tribunal de Commerce de Bobigny», précise la compagnie. Le syndicat Force Ouvrière d'Air France a dénoncé sur Twitter le «poids des taxes» qui sont en train de «couler l'industrie du transport aérien français».

Équipée de longs-courriers de moyenne capacité Airbus A330, elle transporte chaque année près de 700.000 passagers en long-courrier, sur quatre continents, essentiellement en Amérique du Nord, notamment les États-Unis, les Antilles, mais aussi en Chine.

Ancienne compagnie française Star Airlines, qui comptait parmi ses principaux clients le Club Med, XL Airways avait été ainsi rebaptisée en 2006 après son rachat par le groupe britannique XL Leisure Group.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de adlf34
20/septembre/2019 - 10h02
endimion34 a écrit :

comme on dit, ils veulent le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière

comme les gilets jaunes, ils veulent plus, toujours plus, sans se demander d'où ce plus doit sortir

Vous avez rien compris au système Français 

diviser pour mieux régner

vous profitez des avantages des gilets jaunes aujourd'hui

(je ne suis pas gilet jaune mais artisan ) 

et soyer correct avec les crémières !

Portrait de Nono75
20/septembre/2019 - 08h35
Raymond C a écrit :

Le "poids des taxes" que FO dénonce sert à financer la protection sociale qu'ils veulent toujours plus importante et les fonctionnaires qu'ils veulent toujours plus nombreux. S)

La taxe Chirac contre le SIDA ou la taxe environnement toute récente ne financent pas ni la protection sociale ni les fonctionnaires.

Les redevances aéroport de Paris ne sont pas mal non plus.

Enfin le poids des charges salariales est énorme en face de concurrents qui n'ont pas les mêmes règles.

Après faut savoir ce qu'on veut : des entreprises françaises qui paieraient des charges allégées et l’impôt société en France ou des entreprises étrangères qui ne paient que très peu de charges et impôts en France ?

Sans évidemment compter des chômeurs en plus.

Portrait de endimion34
19/septembre/2019 - 23h30

comme on dit, ils veulent le beurre, l'argent du beurre et le cul de la crémière

comme les gilets jaunes, ils veulent plus, toujours plus, sans se demander d'où ce plus doit sortir

Portrait de Raymond C
19/septembre/2019 - 22h40

Le "poids des taxes" que FO dénonce sert à financer la protection sociale qu'ils veulent toujours plus importante et les fonctionnaires qu'ils veulent toujours plus nombreux. smiley