29/07 07:46

Donald Trump s'est défendu cette nuit de nouvelles accusations de racisme après par sa diatribe contre un élu noir et la ville de Baltimore

Donald Trump s'est défendu dimanche des nouvelles accusations de racisme déclenchées par sa diatribe de la veille contre un élu noir et la ville de Baltimore, une tactique électorale risquée et assumée que ses opposants qualifient de "campagne de haine".

"Un désordre dégoûtant, infesté de rats et autres rongeurs", un "endroit très dangereux et sale" où "aucun être humain ne voudrait vivre" : le président américain a dépeint samedi en quelques tweets un tableau infâme de Baltimore, une ville industrielle du Maryland majoritairement noire minée par les problèmes sociaux, la drogue et la violence.

Ces attaques visaient en premier lieu Elijah Cummings, élu de Baltimore au Congrès, qui avait critiqué la semaine précédente les conditions de détention des mineurs à la frontière avec le Mexique.

Elles ont provoqué une volée de réactions indignées au sein de l'opposition, la chef des démocrates à la Chambre des représentants Nancy Pelosi les qualifiant notamment de "racistes". "Les démocrates jouent toujours la carte du racisme, alors qu'ils ont en réalité fait si peu pour les formidables Afro-Américains de notre pays", a répondu dimanche matin Donald Trump sur Twitter.

"Il n'y a rien de raciste à dire clairement ce que la plupart des gens savent déjà : Elijah Cummings a fait du très mauvais travail pour les gens de son district et ceux de Baltimore", a-t-il insisté dans l'après-midi par le même biais. Les propos présidentiels ont provoqué la colère à Baltimore. Son maire, Bernard "Jack" Young, les a jugés "totalement inacceptables". Le Baltimore Sun, un quotidien local, a écrit dans un éditorial qu'il valait "mieux avoir de la vermine vivant dans son voisinage qu'en être une".

Des habitants se sont également indignés sur Twitter où ils ont critiqué le président à mots plus ou moins polis, utilisant les hashtags #WeAreBaltimore ("Nous sommes Baltimore") et #BaltimoreStrong ("Baltimore forte"). Comme lorsque le président avait invité mi-juillet quatre élues démocrates issues de minorités à "retourner" dans leur pays, ses nouveaux propos ont été commentés avec parcimonie au sein de son camp.

"Le président a raison de dire que cela n'a absolument rien à voir avec la race", a déclaré dimanche sur la chaîne de télévision conservatrice Fox News le directeur de cabinet de la Maison Blanche Mick Mulvaney. L'élu républicain du Texas Will Hurd a confié de son côté sur ABC qu'il n'aurait "pas tweeté de cette façon".

A l'approche de la présidentielle de novembre 2020, Donald Trump semble déterminé à galvaniser sa base électorale, très majoritairement blanche, en alimentant les tensions raciales et idéologiques qui divisent l'Amérique.

L'élue démocrate du Michigan Rashida Tlaib l'a accusé dimanche sur CNN de mener une "campagne de haine" destinée selon elle à masquer son absence de propositions pour le pays.

Ailleurs sur le web

Vos réactions