26/07 15:26

Spéciale Canicule: Début d'incendie et panne électrique en gare du Nord à Paris - Le trafic TER, RER et grandes lignes touché

15h25: La circulation différenciée a été levée à 14h à Lyon et dans les autres villes concernées dans le Rhône, annonce la préfecture. C'est aussi le cas pour les autres mesures d'alerte, comme la réduction de vitesse.

12h13: Un début d'incendie et une panne électrique en gare du Nord à Paris ont touché TER, RER et grandes lignes. D'après France 3, des caténaires sont tombés par terre et auraient pris feu.

Ces incidents ont entrainé de nombreux retards de trains, comme le rapporte France Bleu qui indique que "la panne touche l'ensemble du trafic ferroviaire gare du Nord, les grandes lignes mais aussi les TER et RER".

A noter que le trafic a été totalement interrompu en fin de matinée sur les lignes internationales. Et des retards de plus de deux heures sont signalés sur plusieurs Thalys.

10h42: Selon France Bleu, qui a joint Météo France, ce jeudi est devenu la journée la plus chaude de l'Histoire de France, à égalité avec le 5 août 2003.

Enregistrée dans les 30 stations de références par Météo France, la température moyenne en France hier était de 29,4°C, à égalité avec les températures enregistrées le 5 août 2003.

09h30: Le député La France Insoumise (LFI) Alexis Corbière a reproché vendredi au gouvernement son «grand show» et sa communication sur la canicule alors que sa politique «met en danger la planète».

«Si la seule réponse du gouvernement, c’est que les ministres passent leur journée d’hier à distribuer des gourdes d’eau fraîche, c’est sympa, merci! (...) Mais c’est pas le grand show qu’on leur demande, c’est des actions qui limitent» le réchauffement climatique, a reproché le député de Seine-Saint-Denis sur RTL.

«Ils ont été choqués par le syndrome Mattei 2003», a-t-il ajouté, en faisant référence au ministre de la Santé de l’époque Jean-François Mattei «qui venait dire +il n’y a pas de problème alors qu’il y avait 20.000 morts+».

Les autorités avaient été vivement critiquées lors de la canicule de 2003 qui avait fait quelque 15.000 morts. Jeudi, de nombreux ministres étaient sur le pont pour afficher la mobilisation du gouvernement. Comme la secrétaire d’Etat à la Transition écologique Brune Poirson qui a distribué des gourdes d’eau sur un marché du Tarn.

«Bande d’hypocrites, votre gourde d’eau fraîche est peu par rapport au traité de libre-échange et aux mesures économiques qui ne rompent pas avec ce système et vous mettez la planète en danger!», a accusé Alexis Corbière, en dénonçant une nouvelle fois la ratification du Ceta qui participe selon lui au «grand déménagement de la planète».

«Ce n’est pas que monsieur Macron, ce n’est pas que ce gouvernement, mais ils ne tranchent pas, ils ne mènent pas une rupture pour aller vers la transition écologique», a-t-il ajouté.

08h49: Le point ce matin sur la situation après une journée caniculaire

Après plusieurs jours de canicule et des températures records, le mercure va «dégringoler» à partir de vendredi par l’ouest à la faveur de l’arrivée d’une perturbation orageuse.

L’alerte rouge canicule a été levée dans les vingt départements allant du Nord de l’Hexagone à l’Ile-de-France qui avaient été placés dans cette situation depuis mercredi, a annoncé Météo France dans un bulletin diffusé à 06h00.

Le nombre de départements placés en vigilance orange a quant lui baissé de 60 à 31, a ajouté Météo-France.

42,6°C à Paris, chaleur historique également à Lille, Strasbourg et une cinquantaine d’autres villes, nuit la plus chaude jamais mesurée en France: au paroxysme de la canicule, la France a souffert jeudi sous des températures dépassant les 40°C alors que Météo-France annonçait pour vendredi une chute très importante des températures sur l’ouest du pays et l’arrivée de pluies.

Le thermomètre va chuter de façon spectaculaire sur l’ouest du pays, en liaison avec une dégradation orageuse, tandis que la chaleur résistera à l’est, a annoncé Météo France.

Au lever du jour et jusqu’à la mi-journée, le ciel sera très chargé et chaotique à l’ouest d’un axe Lille-Toulouse.

L’après-midi, les orages se multiplieront à l’est d’un axe Lille-Limoges jusqu’au Grand-Est et sur tout le Massif central et Rhône-Alpes avec du vent de sud sensible.

Ils deviendront localement violents notamment entre les Ardennes et le plateau lorrain. Sous ces forts orages, de la grêle ou de fortes rafales de vent peuvent être observées. De même, les pluies seront soutenues sur le Massif central.

Seul le rivage méditerranéen restera à l’écart de ce temps agité en conservant un ciel bien dégagé avec toutefois un temps plus mitigé et parfois légèrement pluvieux sur le Roussillon et avec aussi quelques orages l’après-midi sur la Corse. La tramontane soufflera modérément.

Avec la baisse attendue des températures, la circulation différenciée, instaurée en raison de pics de pollution à l’ozone, sera levée vendredi à Paris et Lille.

Alors que le seuil des 40°C n’était dépassé en France que de façon très exceptionnelle il y a un demi-siècle, des maximales jusqu’à plus de 43°C ont été observées sur une grande partie du pays.

Paris a battu son record absolu datant de plus de 70 ans (40,4°C en 1947), avec 42,6°C. La chaleur record du jour a été observée à Saint-Maur, en Ile de France, où le mercure est monté à 43,6°C.

Il a fait 41,5°C à Lille, 40 à 41° C ont été atteints entre Dieppe et Dunkerque, «du jamais vu pour les côtes de Manche ou de mer du Nord», souligne Meteo France.

A Amiens il a fait 41,7°C, 41,3°C à Rouen, 39,7°C à Caen, 41,7°C à Bourges, 41,6°C à Blois, 40,8°C à Tours, 41,1°C au Mans, 38,9°C à Strasbourg et 41,6°C à Auxerre.

La nuit avait déjà été étouffante, «la plus chaude de l’histoire du pays» en moyenne.

En Ile-de-France, l’AP-HP évoquait jeudi soir une tendance à la hausse «significative des appels pour des pathologies en lien avec la chaleur, une augmentation des interventions des secours ainsi que potentiellement une augmentation des hospitalisations de patients âgés».

07h29: Des incendies ont ravagé plusieurs milliers d’hectares de cultures et de végétation en Normandie, dans le Centre, les Hauts-de-France et en Lorraine jeudi, sous l’effet conjugué de la canicule et de la sécheresse, a-t-on appris auprès des préfectures et des pompiers.

«C’est une situation inédite dans le département du Loiret», a déclaré à l’AFP Ludovic Pierrat, secrétaire général adjoint de la préfecture. «On avait prévu des incendies mais pas de cette ampleur.»

Vers 20H00, environ 500 hectares de cultures, essentiellement du chaume, et 100 hectares de forêts avaient brûlé, avec des fronts de flamme atteignant parfois 2 kilomètres, selon la préfecture.

«Avec la sécheresse et la chaleur cumulées, la moindre étincelle provoque un feu», a indiqué M. Pierrat.

Quatre maisons ont également été incendiées sans faire de victime et 250 pompiers ont été mobilisés. Des feux étaient encore en cours en début de soirée.

Dans l’Eure, où les températures ont dépassé localement 42°C, «près de 800 ha ont brûlé depuis 13H00», a indiqué la préfecture dans un communiqué.

«Des renforts des départements voisins ont été demandés (...) portant les effectifs des sapeurs-pompiers à près de 400 personnes», a précisé la préfecture. Jeudi soir, sur la quinzaine de feux recensés, 6 étaient encore en cours, selon la même source.

06h56: Météo France vient à l'instant de lever l'alerte rouge. 31 départements sont en vigilance orange, dont 7 pour orages.

Voici les départements concernés par l'alerte orange : Ain (01), Allier (03), Alpes-Maritimes (06), Ardèche (07), Ardennes (08), Aube (10), Cantal (15), Côte-d'Or (21), Doubs (25), Drôme (26), Isère (38), Jura (39), Loire (42), Haute-Loire (43), Marne (51), Haute-Marne (52), Meurthe-et-Moselle (54), Meuse (55), Moselle (57), Nièvre (58), Puy-de-Dôme (63), Bas-Rhin (67), Haut-Rhin (68), Rhône (69), Haute-Saône (70), Saône-et-Loire (71), Savoie (73), Haute-Savoie (74), Vosges (88), Yonne (89) et Territoire-de-Belfort (90).

"Ce vendredi matin, on note une tendance à la baisse des températures minimales sur une bonne moitié ouest du pays avec 17 à 22 degrés tandis que sur la moitié est, on garde de l'air très chaud avec des températures minimales qui sont restées trop élevées entre 22 et 26 degrés", précise Météo France.

06h39: Après quatre journées de canicule, les températures devraient enfin baisser aujourd'hui, vendredi 26 juillet, grâce au front d'air froid qui arrive sur l'Hexagone. Les records battus un peu partout en France, avec des pics à plus de 40°C localement, vont laisser place à des températures comprises entre 20°C, à Brest, et 36°C, à Lyon.

Vendredi matin, les maximales seront de 24°C à Paris, 23°C à Strasbourg, 22°C à Lyon, 24°C à Marseille, 19°C à Bordeaux, 18°C à Brest, et 18°C également à Toulouse.  

Dans l'après-midi de ce vendredi 26 juillet, il fera 23°C à Bordeaux, 25°C à Toulouse, 29°C à Marseille, et 35°C à Strasbourg. Dans la capitale, qui a battu un record de chaleur avec 42,6°C, le thermomètre redescendra à 28°C.

Des cellules orageuses sont prévues sur la façade atlantique, en Occitanie, et dans la région Centre.

06h03: Le bilan de la journée de jeudi

La deuxième canicule de l'été, qui accable des millions d'habitants en Europe occidentale, a pulvérisé les records les uns après les autres, la barre des 42°C étant largement franchie à Paris jeudi, au paroxysme de cet épisode avant des orages et un rafraîchissement prévu en fin de semaine. Comme attendu, le record historique de chaleur qui datait de plus de 70 ans dans la capitale française est tombé avec 42,6°C enregistrés en milieu d'après-midi (14H32 GMT) : depuis le début des mesures en 1873, Paris n'avait dépassé les 40°C qu'une seule fois, le 28 juillet 1947, avec 40,4°C.

L'Allemagne a battu jeudi un nouveau record absolu de chaleur avec 42,6°C aussi, mesurés à Lingen en Basse-Saxe.

Celui-ci a pulvérisé un précédent record de 40,5°C établi la veille seulement à Geilenkirchen, également dans le nord-ouest du pays. Les records de chaleur sont également tombés aux Pays-Bas avec 40,4°C; en Belgique avec 40,6°C.

Sous l'effet conjugué de ces chaleurs exceptionnelles et de la sécheresse, des incendies ont ravagé plusieurs milliers d'hectares de cultures et de végétation jeudi en France, dans le nord-ouest, le nord et le nord-est du pays.

La chaleur est telle sur cette partie de l'Europe que la société des trains à grande vitesse Thalys, qui dessert plusieurs grandes villes du Nord, a suspendu toutes ses ventes de billets sur toutes ses lignes jusqu'à vendredi, à cause de problèmes sur les infrastructures.

Un voyageur du Thalys Amsterdam-Paris a appelé l'AFP pour signaler que son train était immobilisé sur les voies au nord de Bruxelles, sans climatisation mais avec des bouteilles d'eau "mises à disposition au bar".

Pour l'Allemagne, placée en alerte canicule, passer le seuil des 42°C est une première; la centrale nucléaire de Grohnde, en Basse-Saxe, sera provisoirement mise à l'arrêt vendredi jusqu'à dimanche, l'eau de la rivière Weser servant à rafraichir le réacteur risquant d'atteindre le seuil critique de 26°C.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de cheeky75012
26/juillet/2019 - 15h21

la sncf toujours des problemes en été c'est la chaleur en automne c est les feuilles sur les voies qui font patiner les trains et en hiver c'est le froid heureusement y a le printemps ... mis a part ca nous avons les meilleurs services publiques de la planète ))) 

Portrait de mouetty
26/juillet/2019 - 13h51

Fait toujours bon dans le Finistère... Petite laine à portée de main... 

 

Portrait de Linoïe
26/juillet/2019 - 10h56
jarod.26 a écrit :
ce matin dans la drome il fait toujours aussi chaud

Pareil dans l'Isère, encore plus qu'hier...

Portrait de jarod.26
26/juillet/2019 - 09h12
ce matin dans la drome il fait toujours aussi chaud
Portrait de Harriet
26/juillet/2019 - 08h31
Philou-02. a écrit :

Ouf !! Nous allons pouvoir de nouveau respirer un peu ! mais entendu à l’instant qu’une troisième canicule n’était pas à écarter fin août ou avant voir début septembre ( source BFM) :)

Ah non, ne nous sapez pas déjà le moral ! smiley  smiley

Portrait de Philou-02.
26/juillet/2019 - 07h21

Ouf !! Nous allons pouvoir de nouveau respirer un peu ! mais entendu à l’instant qu’une troisième canicule n’était pas à écarter fin août ou avant voir début septembre ( source BFM) smiley