25/03 16:54

Le Mans: Très violents incidents dans le centre-ville lors d'une manifestation de forains - Une personne blessée au pied - VIDEO

16h51: Le préfet de la Sarthe annonce que l'A11 est bloquée dans les deux sens au niveau de la sortie zone nord (pont qui enjambe la D338)

15h50: Le point sur la situation

Caravane en feu, blocage des voies SNCF, échauffourées : le bras de fer se poursuivait lundi au Mans où de vives tensions ont opposé forces de l’ordre et forains qui réclament de pouvoir continuer à travailler dans le centre-ville et accusent la municipalité de «discrimination».

Dès 9H00, pour la 4e journée de mobilisation des forains, de violents affrontements ont éclaté près de la mairie obligeant les forces de l’ordre à faire usage de tirs de lacrymogènes. Entre 300 et 500 forains s’étaient rendus dans le centre-ville avant d’être repoussées par les gendarmes mobiles positionnés autour de la mairie.

Casqués, masqués, cagoulés, les manifestants étaient venus munis de battes de baseball, de barres de fer, de frondes et de masques à gaz.

La situation a rapidement dégénéré en échauffourées: des manifestants ont enflammé une caravane qu’ils ont jetée en direction des forces de l’ordre qui ont tiré des grenades de désencerclement pour disperser les manifestants.

La mairie du Mans, «directement visée par les forains qui veulent tout détruire», a de nouveau dû être évacuée, a indiqué le maire socialiste Stéphane Le Foll dans un communiqué.

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a évoqué sur Twitter «des attaques d’une violence inouïe».

«Rien ne saurait justifier les exactions commises ce matin au Mans. Nos forces ont fait face, avec sang froid, à des attaques d’une violence inouïe. Je suis la situation en lien étroit avec le @Prefet72. Soutien aux policiers et gendarmes mobilisés. Ils ont toute ma confiance», a réagi M. Castaner.

Les forains protestent contre une nouvelle implantation de leurs manèges à la périphérie. Refusant une proposition du maire qui prévoyait d’organiser une «fête foraine hors du périmètre du centre-ville», ils avaient annoncé leur intention de paralyser lundi la ville du Mans.

Ils ont lancé leurs premières actions dès 6 heures du matin, mettant le feu à des containers et des pneus. Ils ont aussi placé un camion en travers de la chaussée devant un tunnel bloquant l’accès à l’hypercentre.

Les forains proposent à la municipalité un accord comme à Pau où une convention forains-mairie en octobre, leur a permis de revenir en centre-ville, avec une charte stricte concernant la bonne occupation des lieux.

Selon M. Le Foll, les forains «ont basculé dans une violence insurrectionnelle inacceptable».

«Les syndicalistes du Cidunati ont perdu la raison. Il n’y a plus aucun respect ni des institutions, ni des personnes. L’état de droit est directement mis en cause par les syndicalistes», a réagi le maire. «Nous ne pouvons pas tolérer de telles violences», a souligné M. Le Foll.

En périphérie, la circulation bloquée sur l’A11 a pu rouvrir partiellement, ont indiqué la préfecture et le groupe Vinci. Vers 11 heures, comme ils l’avaient déjà fait vendredi soir, une centaine de manifestants ont envahi la gare du Mans.

Vers 14H00, la SNCF indiquait que les manifestants avaient quitté les voies et que le trafic avait repris.

15h15: Les représentants des forains sont reçus en ce moment à la mairie du Mans

14h39: Le trafic des trains, qui avait été suspendu plus tôt dans la journée, a pu reprendre en gare du Mans, explique France Bleu.

14h33: Plusieurs centaines de forains sont de nouveau rassemblés au pied de la cathédrale du Mans, dans l'attente des consignes des leaders du mouvement, rapporte France Bleu
14h26: Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a réagi aux tensions qui ont lieu actuellement au Mans

14h22: Un manifestant a été touché au pied par une grenade de désencerclement durant les affrontements entre forces de l'ordre et forains, rapporte un internaute sur Twitter.

 

14h18: "Cette violence et cette prise en otage des Manceaux et des Sarthois sont inacceptables. Je dénonce avec force ces agissements intolérables dans un État de droit et renouvelle mon soutien à @SLeFoll", a déclaré @SylvieTolmont, députée PS de la Sarthe, sur son compte Twitter.

14h14: Ce que l'on sait en début d'après-midi

Le bras de fer se poursuivait lundi au Mans où de vives tensions opposaient forces de l’ordre et forains qui réclament de pouvoir continuer à travailler dans le centre-ville et accusent la municipalité de «discrimination». Dès 9H00, pour la 4e journée de mobilisation des forains, de violents affrontements ont éclaté près de la mairie obligeant les forces de l’ordre à faire usage de tirs de lacrymogènes.

Entre 300 et 500 personnes issues de la communauté des forains s’étaient rendues dans le centre-ville avant d’être repoussées par les gendarmes mobiles positionnés autour de la mairie. Casqués, masqués, cagoulés, les manifestants étaient venus munis de battes de baseball, de frondes et de masques à gaz.

La situation a rapidement dégénéré en échauffourées: des manifestants ont enflammé une caravane qu’ils ont jetée en direction des forces de l’ordre qui ont procédé à des tirs de grenades de désencerclement pour disperser les manifestants.

La mairie du Mans, «directement visée par les forains qui veulent tout détruire», a de nouveau du être évacuée, a indiqué le maire socialiste Stéphane Le Foll dans un communiqué.

Les forains protestent contre une nouvelle implantation de leurs manèges à la périphérie du centre-ville. Refusant une proposition du maire qui prévoyait d’organiser une «fête foraine hors du périmètre du centre-ville», ils avaient annoncé leur intention de paralyser lundi la ville du Mans.

Ils ont lancé leurs premières actions dès 6 heures du matin, mettant le feu à des containers et des pneus. Ils ont aussi placé un camion en travers de la chaussée devant un tunnel bloquant l’accès à l’hypercentre.

14h00: Vers 11 heures, une centaine de forains, nombreux à être venus des Hauts-de-France, ont envahi la gare du Mans.

Assis en bordures de voies, ils ont bloqué la circulation des trains, agitant un drapeau tricolore et arborant des panneaux sur lesquels était écrit «c’est la fête» ou «je ne veux pas perdre ma vie à la gagner».

D’autres manifestants se dirigeaient avec des camions-plateaux vers l’autoroute, ou partaient rencontrer des Manceaux dans le centre, tandis qu’un camion servant de QG restait stationné près de la cathédrale.

Vendredi, les forains étaient entrés dans la gare du Mans et avaient bloqué les voies et le trafic ferroviaire durant environ une heure.

13h29: Le trafic des trains est suspendu en gare du Mans.  Une centaine de forains occupe les voies.  Des cars de substitution sont mis en place au départ de la gare du Mans. "On a tout notre temps", disent les manifestants. 

13h26: A la périphérie, la circulation des véhicules, bloquée sur l'A11 a pu rouvrir partiellement, ont indiqué la préfecture et le groupe Vinci.

13h24: "Vive la fête", "Non à la discrimination des forains et des cirques en centre-ville", peut-on lire sur des bandeaux accrochés à l'avant de camions.

"On a appelé à un combat local, malheureusement, ils ont tous les droits et nous on n'en a pas", a déclaré à l'AFP Norman Bruch, du syndicat des forains Cidunati. "La question est de nourrir les 65 familles de forains pendant trois week-ends. Si on enlève votre salaire du jour au lendemain, vous ne seriez pas content", a souligné M. Bruch.

"On veut régler l'avenir de la fête foraine pour signer un compromis, on est prêt à renégocier", a assuré ce forain. "On va faire un courrier avec deux enveloppes, à Emmanuel Macron et Edouard Philippe, et demander une table-ronde", a indiqué M. Bruch.

13h22 : Dans un communiqué de presse, le maire du Mans Stéphane Le Foll dénonce «une violence insurrectionnelle inacceptable».


13h15: Ce lundi matin, la tension est rapidement montée d'un cran au Mans, lors d'une mobilisation des forains qui protestent contre l'interdiction municipale d'organiser une fête foraine dans le centre-ville. Après avoir bloqué la circulation en centre-ville à l'aide de camions tôt ce matin, des ronds-points on ensuite été bloqués.

Rapidement,  des affrontements ont eu lieu avec les forces de l'ordre, et une caravane en feu a même été lancée dans leur direction.

Quant à l'autoroute A11, elle a été bloquée dans les deux sens. 

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de nina83
25/mars/2019 - 17h46

Ah la famille va vite porter plainte évidemment...... la France est décidément un pays où il fait bon vivre...... c'est une petite minorité de tarés violents qui se retrouvent dans la rue, et il y en aura encore certains pour les défendre !

Portrait de Vieux fêtard
25/mars/2019 - 17h14

C'est la Fêêête !smileysmiley

Portrait de Nuageur
25/mars/2019 - 15h36

Ya pas a dire , c'est beau de vivre en France quand même et avoir tout les droits.

Portrait de bichon33
25/mars/2019 - 14h38

Problème récurrent dans toutes les villes moyennes. Les commerçants ou riverains ne veulent plus de la fête foraine dans le centre .Dans la ville la plus proche de ma cambrousse ,ça fait 40 ans que la fête a déménagé en extérieur.

Portrait de legaulois2009
25/mars/2019 - 13h59

ils defendent leurs gagne pain

Portrait de endimion34
25/mars/2019 - 13h57

j'adore les forains, ils écrivent à macron, mais macron est président de la république et non maire du mans, depuis quand c'est un président de gérer les problèmes de chaque ville de france...

 

Portrait de scorpionne72
25/mars/2019 - 13h37

il est vrai que le lieu de la fête foraine a été modifiée depuis plusieurs années, avant c'était dans le centre ville (j'y suis allée) et donc ramenait plus de monde, maintenant à l'extérieur c'est plus compliqué, moins visible, et moins de personnes qui veulent faire l'effort d'y aller. La fête foraine devrait rester ce que c'est, c'est à dire un lieu d'amusement et de bonne humeur

Portrait de lolo-le-haricot
25/mars/2019 - 13h34
Philou.2 a écrit :

Et lorsque ca part en cacahuète avec des forains c'est plus la même limonade ..

d'ou l'expression "une patate de forain"

Portrait de lolo-le-haricot
25/mars/2019 - 13h32

"[..]et une caravane en feu a même été lancée dans leur direction.[..]" x'D

Ah ouais, quand même, j'avoue, ils ont dû avoir trop peur....

Rendez vous compte, la caravane (minuscule) s'est arrêté à 25 mètres d'eux et allais à une vitesse d'au moins 2,5 km/h !!

C'était chaud patate !!