28/11/2017 14:36

Emmanuel Macron au Burkina Faso répond aux questions des étudiants: Plusieurs incidents violents en marge de la visite

13h53: Devant 800 étudiants burkinabés, le président français a martelé qu’il « n’y avait plus de politique africaine de la France ». « Je suis d’une génération où l’on ne vient pas dire à l’Afrique ce qu’elle doit faire », a-t-il insisté. « Je suis d’une génération pour qui les crimes de la colonisation européenne sont incontestables et font partie de notre histoire », a-t-il poursuivi. « C’est un passé qui doit passer », a jugé encore Emmanuel Macron.

13h22: Emmanuel Macron a commencé en citant une formule de Thomas Sankara (« cet avenir que vous osez inventer »), président du Burkina Faso assassiné en 1987 à Ouagadougou. Un peu plus tôt, à l’issue d’un entretien avec l’actuel président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, il avait assuré que les documents français concernant cet assassinat « seront déclassifiés pour la justice burkinabée ».

13h04: Sur Twitter, Bruno Roger-Petit précise: "Lors du déplacement de ce jour, à Ouagadougou, un véhicule de la délégation a fait l'objet d'un jet de pierres. Mais ni centaines d'assaillants, ni voitures détruites. Lorsque s'est produit cet incident, le Président @EmmanuelMacron s'entretenait avec son homologue, le Président Kabore"

12h39: Des manifestants ont dressé des barricades et incendié des pneus sur la voie menant à l'université de la capitale burkinabè Ouagadougou où le président français Emmanuel Macron est en train de prononcer un discours face à 800 étudiants. Des véhicules bloqués. Scandant des slogans tel que "A bas l'exploitation de l'Afrique par l'Occident", les manifestants ont bloqué des véhicules se rendant à l'intervention du président français. Cependant, Emmanuel Macron a pu accéder au campus et prononcer son discours. Ces manifestants faisaient face à des forces anti-émeutes.

12h01: Un mini-bus d'une des délégations françaises caillassé avant le discours d'Emmanuel Macron

LCI précise que plusieurs individus ont caillassé le mini-bus, qui était composé notamment de chefs d'entreprise. "L'attaque a duré quelques secondes, une vitre a été cassée mais personne n'a été blessé", ajoutent nos confrères.

07h12: Une attaque à la grenade contre des soldats français à Ouagadougou a marqué l'arrivée du président français Emmanuel Macron au Burkina Faso pour sa première tournée en Afrique devant marquer une "nouvelle étape" de la relation entre Paris et ce continent.

Lors de cette visite de trois jours qui doit le mener également en Côte d'Ivoire et au Ghana, Emmanuel Macron entend convaincre une jeunesse africaine de plus en plus hostile à la présence française sur le continent, sur fond de menace terroriste persistante au Sahel, que les troupes françaises installées dans la région ont du mal à combattre, et d'un flux migratoire croissant que l'Europe veut endiguer. Lundi soir, deux heures avant son arrivée, des individus encagoulés à moto ont lancé une grenade contre le véhicule français dans le nord de Ouagadougou. Ils n'ont pas atteint leur cible mais ont blessé trois riverains dont un grièvement. Encore non revendiquée, l'attaque s'est produite loin de l'aéroport et alors qu'un important dispositif sécuritaire avait été déployé dans le centre de la capitale.

Le véhicule qui se dirigeait vers Kamboinsé (caserne des forces spéciales françaises stationnées dans le pays) a été attaqué vers 20H00 (heure locale et GMT), selon une source sécuritaire sous couvert d'anonymat, le président est arrivé vers 22h30.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de atlantique07
28/novembre/2017 - 13h09
rYp a écrit :

Maintenant après avoir relayé les fake news de multiples assaillants au nombre de 100, de véhicules brûlés ou cassés, de Macron attaqué alors qu'au même moment il parlait avec son homologue, le président du pays, vous parlez de ce qui se passerait dehors au lieu des choses importantes qui se passent à l'intérieur: tant ce que dit le président que les réactions du public qui sont loin d'êtres acquises et d'êtres positives!!!

Là Macron ose parler de la démographie et du nombre d'enfant, en revenant sur l'éducation et la liberté des femmes et cela fait réagir très fort les mâles du public présent...

cette volonté de buzz à tout pris et de bad buzz par certains en particulier une chaîne de télévision (étrangère puisque le groupe Altice/SFR/NextTV/RMC/BFM est basé au Luxembourg où est son siège et a sa cotation aux Pays-Bas...) qui s'obstine à ne pas recouper les infos ni vérifier ses sources!!!!

Quel est le problème au sujet de la démographie galopante en Afrique     ? Vous ne voulez ni voir  , ni entendre . Plus dure sera la chute....

Portrait de Mister Yous
28/novembre/2017 - 12h58

Que des riens illettrés qui ne sont bons qu'à foutre le bordel alors qu'ils ont l'honneur de recevoir le dieu de l'Olympe devant lequel ils devraient se prosterner...

Portrait de mestoutou
28/novembre/2017 - 12h51

Et oui, la réalité en Afrique et le semblant en métropole, il faudra qu'il s'y fasse le monsieur !

Portrait de pierralain
28/novembre/2017 - 10h46

Pyjama

On ne peut pas dire que le Président malien se soit mis en frais pour recevoir Macron. Avait-il déjà enfilé sa tenue de nuit avant de faire un saut à l'aéroport ? Ou bien son message est-il : "Etranger, arrête, ici commence un monde qui ignore les usages du monde ! " ?