11/11/2017 15:31

Les dégâts du virus Petya estimés à plusieurs millions d'euros de dommages pour les entreprises touchées

Le 27 juin dernier, le virus Petya avait attaqué plusieurs entreprises du monde entier, entraînant l'immobilisation de ports maritimes et l'arrêt de certaines usines. Les entreprises touchées ont pu évaluer les dégâts, comme le rapporte Le Monde, et ils sont considérables. Quatre mois après l'attaque du "rançongiciel", le bilan s'élève à un millions d'euros de dégâts selon les estimations du Monde.

Saint-Gobain est l'entreprise qui a été la plus touchée par le virus. Ce leader mondial estime que les dommages s'élèvent à hauteur de 220 millions d’euros de perte de chiffre d’affaires au premier semestre. Sur l'année entière, l'infection lui a coûté un peu moins de 250 millions d'euros de chiffre d'affaires et 80 millions de résultat. 
Fedex et sa filiale TNT Express ont aussi payé le prix de cette attaque, se disant "lourdement affectés". Le retour à la normale de l'entreprise ne s'est effectué que fin septembre, toujours selon le site du Monde, soit trois mois après l'attaque. Pourtant, malgré ce retour pratiquement à la normale, TNT Express s'est dit "concentré sur la restauration de certains systèmes-clés pour les clients à temps pour le pic d’activité" du mois de décembre. Le 19 septembre 2017, le directeur financier de l'entreprise Alan B. Graf déplorait que "les revenus, les volumes traités et les profits de TNT Express" soient "en dessous des niveaux précédant la cyberattaque".
Le géant du médicament Merck figure aussi sur la liste des victimes de Petya. Sa ligne de production du Gardasil 9, le vaccin contre le cancer du col de l'utérus chez la femme, avait été stoppée nette par le virus. Le groupe avait dû emprunter des médicaments provenant du stock du gouvernement américain.
Enfin, autre groupe touché, le groupe Beiersdorf, propriétaire de Nivéa, qui, cet été, a enregistré des pertes conséquentes de 35 millions d'euros. Pourtant, le trésorier du groupe a tenu à affirmer que le virus "a eu un impact sur notre performance, mais elle n’a pas eu d’effet fondamental".
Mars, touché de par sa filiale Royal Canin, n'a pas encore estimer les dégâts qu'a eut l'infection sur ses chiffres.
.

Ailleurs sur le web

Vos réactions