04/10/2016 17:31

Emmanuel Macron s'en prend à Manuel Valls et à "l'arrogance" d'Alain Juppé

L'ancien ministre de l'Economie Emmanuel Macron, en déplacement à Strasbourg pour un meeting mardi soir, s'en est à nouveau pris à Manuel Valls, dont il avait dénoncé samedi "la laïcité revancharde", et à Alain Juppé et à son "arrogance étonnante".

Le Premier ministre avait récemment assimilé les propos de M. Macron sur la laïcité à une forme de populisme.

"Je ne crois pas que ça s'appelle du populisme, ça s'appelle la démocratie", a rétorqué M. Macron, à sa descente du train dans la capitale alsacienne.

"Je porte une vision de la laïcité qui, je crois, est celle d'Aristide Briand, qui est celle de 1905, qui n'est pas le laïcisme dans lequel trop souvent des responsables politiques s'enferment", a poursuivi le fondateur du mouvement "En Marche!".

Samedi, il s'était exprimé contre une "laïcité revancharde" dont l'objectif est d'être "une arme contre le monothéisme", en l'occurrence "la religion musulmane".

Le lendemain, le Premier ministre avait affirmé qu'il avait "deux désaccords" avec Emmanuel Macron: "d'abord, ce que j'ai appelé une forme de populisme light, c'est-à-dire la mise en cause des corps intermédiaires (...) puis sur la laïcité (...). Je lui dis très simplement très calmement, c'est ne rien comprendre à ce qu'est l'essence même de la laïcité".

"La laïcité c'est une liberté. Elle est exigeante, elle doit être respectée mais ce n'est pas un principe de fermeture et d'interdiction", a argumenté M. Macron mardi.

"Ce sont ceux-là qui construisent les corporatismes dans notre pays, qui construisent les communautarismes, et qui construisent le contraire de ce pour quoi ils se battent", a-t-il asséné.

Le possible futur candidat à la présidentielle a par ailleurs "noté une arrogance étonnante, mais peut-être est-ce un retour aux origines, d'Alain Juppé qui considère qu'il est temps pour lui de choisir des Premiers ministres et de donner les bons points et les mauvais points".

"Je ne suis pas dans la même démarche. Moi j'écoute les Français, et je vais commencer justement à construire et proposer avec eux. Nous n'avons pas la même approche des choses, ni du temps démocratique ni de ce à quoi aspirent nos concitoyens", a-t-il tranché.

Le maire de Bordeaux, candidat à la primaire de la droite, a exclu dans le Journal du dimanche de nommer M. Macron Premier ministre, s'il est élu président en 2017, car il ne le trouve "ni compétent, ni loyal".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Caramella
12/octobre/2016 - 06h04
ardennes 08 a écrit :

pour qui il se prend ce freluquet arriviste , il commence à nous gaver grave

Et pas que lui
Portrait de Caramella
12/octobre/2016 - 06h04
A peine dans le même panier
Portrait de Missy
5/octobre/2016 - 10h21 - depuis l'application mobile
Ptibreizh a écrit :

Encore un qui prend les français pour des cons, et on lui trouve un attrait juste parce qu il est jeune avec un physique agréable !

Pour l'avoir vu en vrai il est plus mignon à la Tele qu'en vrai. Il est un peu bossu et vraiment pas grand. Un vrai physique de politique :D.

Portrait de Kahbby
4/octobre/2016 - 21h21
Ptibreizh a écrit :

Encore un qui prend les français pour des cons, et on lui trouve un attrait juste parce qu il est jeune avec un physique agréable !

Autant que mémère Le Pen   elle est moche et débile  et elle attire les gens avec ce qu'elle a en commun avec eux .. la haine

Portrait de Ptibreizh
4/octobre/2016 - 19h23

Encore un qui prend les français pour des cons, et on lui trouve un attrait juste parce qu il est jeune avec un physique agréable !

Portrait de tonino80
4/octobre/2016 - 17h52

Qu'il retourne travailler dans sa banque cet arriviste.