26/06/2014 12:29

Michèle Sabban, vice-présidente de la région Ile-de-France, renonce à son logement social parisien

Michèle Sabban, vice-présidente (PS) de la région Ile-de-France, a annoncé qu’elle renonçait à son logement social parisien, et mis en cause l’écologiste Jean-Vincent Placé dans la polémique déclenchée par la révélation de cet avantage.

Dans une interview au Parisien jeudi, l’élue explique que «le déclic est arrivé quand j’ai entendu Bernard Debré évoquer mon cas mardi à l’Assemblée nationale».

Lors de la séance des questions d’actualité, ce député UMP de Paris avait interpellé Manuel Valls sur ce logement social occupé par la responsable socialiste.

«Je ne souhaitais pas polluer les discussions nationales», poursuit-elle, assurant avoir bénéficié de ce logement après un divorce. «Je me suis donc mise à la recherche d’un logement en mars 2003. Ne voyant rien venir, au bout de 13 mois, j’ai effectivement frappé à toutes les portes».

«J’ai envoyé des dossiers à tous les bailleurs par désarroi. La région a fait un courrier pour me recommander, mais elle n’est pas attributaire de logements, je n’ai donc pas bénéficié de passe-droit». «Si j’avais pu me loger dans le privé, je l’aurais fait», dit-elle encore.

Elle louait 70 m2 dans le XIIIe arrondissent 1.218 euros par mois.

Elle rappelle «avoir révélé qu’un conseiller de la région - Jean-Vincent Placé, EELV - avait 21.000 euros de PV impayés. Il y a quelques semaines, ce Monsieur disait à la buvette du Sénat: je ferai payer Michèle Sabban».

Cette décision est annoncée alors que la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a «demandé aux conseillers de Paris en logement social de déménager».

«Je souhaite qu’aucun conseiller de Paris ne puisse bénéficier de ces logements, et donc que les élus concernés prennent leurs responsabilités et quittent ces logements», a affirmé Mme Hidalgo dans un communiqué.

Les conseillers de Paris ont approuvé à l’unanimité, le 20 mai, un code de déontologie prévoyant que les élus ne disposent pas d’un logement social, «sauf situation particulière justifiant un maintien dans le logement occupé avant l’élection».

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de darwinette
27/juin/2014 - 11h44

je suis scandalisée par ce que j'ai entendu hier au journal de france 2 Mme Sabban, nous n'habitons pas la même planète.Pour ma part, il y a 15 ans j'ai divorcé et ai du quitter le domicile conjugale (suite à violences), me suis retrouvée, seule, avec 2 jeunes enfants à charge, sans rien, et lorsque j'ai fait une demande de logement social, voilà ce qu'on m'a répondu "vous n'y pensez pas, vous êtes fonctionnaire de catégorie A vous ne pouvez bénéficier d'un logement social" A l'époque...1ier grade de catégorie A avec environ 2000 € par mois (somme rapportée à 2013 tenant compte de l'érosion monnétaire, de l'inflation et du pouvoir d'achat)...bien loin de vos revenus de 3900 €, sans les autres avantages volontairement tus..et comme par hasard un logement au dernier étage SCANDALEUX

Portrait de Jvendee
27/juin/2014 - 00h12

C'est bien vous: tirer sur une femme de classe moyenne, divorcée, qui fait de la politique et qui a bénéficié d'un 70 m² pour 1200 €/mois en HLM.

C'est facile, petit, voire minable.

Et je ne parle même pas de ceux qui n'y connaissent rien mais qui la ramènent.

Ayez plutôt le courage de dénoncer les vrais pourris de la politique que sont les Balkany, Copé, ... et les incompétents à la tête de la France.

Mais peut-être est-ce trop vous demander ?

Portrait de pb71
26/juin/2014 - 14h58

Le même cas dans ma ville provinciale  : une adjointe divorcée dans l'attente de sa vente de maison, a eu un logement social. Pas à 1218 €  certes, mais dans ma ville depuis une trentaine d'années les couples travaillant tous les 2 se voient systématiquement refusés pour un logement HLM = direction les bailleurs privés.

Portrait de grolande
26/juin/2014 - 13h15 - depuis l'application mobile

encore une socialiste qui donne l'exemple ... toujours de la faute des autres avec ces branquignols !!!!!!

Portrait de Djo1
26/juin/2014 - 12h49

Encore heureux qu'elle y renonce