31/01/2014 14:49

Immigration: Manuel Valls annonce une baisse des expulsions

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a annoncé vendredi une baisse des expulsions de sans-papiers, liées à une chute des retours aidés de Roms, tout en accusant ses prédécesseurs d'avoir affiché une "fermeté de papier" et des "contre-vérités".

"Au lieu d’accuser ses prédécesseurs, il devrait assumer cet échec qui conduit à une baisse des expulsions et à une explosion des régularisations", a immédiatement réagi la secrétaire générale de l'UMP, Michèle Tabarot.

Entre 2006 et 2011, "le Gouvernement précédent a affiché une hausse factice de 50% des éloignements. En fait, (...) la seule chose qui a augmenté pendant cette période, ce sont les retours aidés", avait déclaré peu avant le ministre de l'Intérieur lors de sa première conférence de presse sur le thème de l'immigration.

Ces retours, volontaires en échange d'un pécule, ont surtout profité à des Roms pour repartir en Bulgarie et Roumanie, mais la plupart revenaient ensuite. Ces aides ont été fortement réduites au 1er février et les départs dans ce cadre ont chuté de 80% en 2013 par rapport à 2012. Plus de 11 millions d'euros ont par ailleurs été économisés, selon le ministre.

En conséquence, le nombre des éloignements, qui avait battu un record de 36.000 en 2012, a été de 27.051 pour 2013, a indiqué Manuel Valls, en relevant que ce chiffre comportait encore des ambiguïtés.

En effet, il inclut 15.469 "vrais éloignements" (selon ses termes), c'est-à-dire sous la contrainte, et près de 5.500 "départs spontanés" (comptablisés aux frontières quand un étranger en situation irrégulière quitte le pays de lui-même avec un visa qui a expiré, par exemple).

Et, au sein des éloignements forcés, 10.793 sans-papiers ont été renvoyés vers un pays de l'Union européenne (UE), soit en tant que ressortissants (encore environ 3.000 Roms) ou parce qu'ils avaient transité par ce pays. Or, de nombreux étrangers expulsés dans l'UE reviennent en France en raison de l'absence de frontières.

Seuls 4.676 ont été renvoyés sous la contrainte vers un pays extra-européen. Selon Manuel Valls, ce chiffre, le plus significatif de la lutte contre l'immigration irrégulière, est en hausse après deux années historiquement basses (4.000 en 2011 et 4.152 en 2012).

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de DarkAngel
8/février/2014 - 05h09

C'est quoi ce geste smiley

Portrait de iracoubo
1/février/2014 - 11h17 - depuis l'application mobile

il est vrai que la France est riche

Portrait de stephaned06
31/janvier/2014 - 17h54 - depuis l'application mobile

Valls l'enfumeur!

Portrait de Heliwen
31/janvier/2014 - 16h14
pompom59 a écrit :

Bin oui, c est bien connu, TOUS les étrangers ont le droit de vote en France: c est bien connu....

 

Gogolito et Gogolita sont inimitables...

Je pense qu'il s agissait surtout de recuperer / garder les voix des personnes qui sont pour les régularisations.

Portrait de pinke
31/janvier/2014 - 15h56
ptiphilou02 a écrit :

les roms les clandestins les sans papiers allez hop dehors !! vive le tri selectif non ? smiley j'suis mechant ?

non pas méchant smiley réaliste