29/01/2014 16:40

Les trois éditions de l'hebdomadaire régional Le Pays Roannais ne paraîtront pas demain

Les trois éditions de l'hebdomadaire régional Le Pays Roannais ne paraîtront pas jeudi, le personnel s'étant majoritairement mis en grève mardi pour protester contre un plan de restructuration, a-t-on appris mercredi de sources syndicales.

L'hebdomadaire qui emploie 33 salariés, et tire à 30.000 exemplaires, vendus sur la Loire, le Rhône et la Saône-et-Loire, fait partie du groupe de presse Centre France/La Montagne qui prévoit la suppression de près de 250 emplois, dont huit à Roanne (Loire). Quatre autres hebdomadaires appartenant au groupe Centre France qui en possède 14, Le Courrier du Loiret, La Voix du Sancerrois, Le Régional de Cosne et La Liberté de Montbrison ne paraîtront pas non plus jeudi, a-t-on précisé de mêmes sources. Deux dirigeants du groupe Centre France sont retenus depuis la nuit de mardi à mercredi à La République du Centre à Saran (Loiret), l'un des huit quotidiens du groupe, qui ne paraît pas depuis 11 jours.

Le Pays Roannais connaît son deuxième plan social depuis son rachat par Centre France en janvier 2011. Une vingtaine de postes avaient déjà été supprimés en mai 2012 et l'impression transférée sur les rotatives de L'Yonne Républicaine à Auxerre (Yonne).

Le nouveau Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) prévoit la suppression du service pré-presse (publicité, annonces légales) qui emploie sept personnes ainsi qu'un poste administratif. FO et Le SNJ réclament dans un communiqué transmis à l'AFP "des conditions de départ dignes et respectueuses pour les salariés licenciés". Contactée, la direction du Pays Roannais n'a pas souhaité s'exprimer.

La dernière réunion de négociations de ce PSE se tiendra jeudi au Pays Roannais à Roanne, le plus important hebdomadaire du groupe, où les syndicats appellent à un rassemblement devant le journal. Le groupe de presse Centre France-La Montagne (2.000 personnes, dont 500 journalistes) veut se réorienter vers le numérique et l'évèmentiel, grâce à un investissement de 15 millions d'euros.

Ailleurs sur le web

Vos réactions