02/10/2013 10:46

L'ostéopathe des stars Pierre Pallardy poursuivi pour viols ou agressions sexuelles sur une vingtaine de patientes

Ex-ostéopathe du "Tout-Paris" et auteur de best-sellers poursuivi pour viols ou agressions sexuelles sur près d'une vingtaine de patientes, Pierre Pallardy a nié les faits mardi à l'ouverture de son procès devant les assises de Paris.

"Je maintiens ces dénégations et je vais prouver devant ce tribunal que je suis innocent, ça fait sept ans et demi que j'attends ce moment", a lancé la voix entrecoupée de sanglots l'élégant septuagénaire.

Devenu kinésithérapeute, puis ostéopathe dans les années 1970, après une jeunesse d'orphelin ballotté d'une institution à l'autre, Pallardy avait formé dans les années 1980/90 avec sa femme Florence le "couple idéal de la santé", comme les avait baptisés en une l'hebdo féminin Elle.

Il cite parmi ses clients Picasso, César, Joseph Kessel ou Marcel Dassault, publie des best-sellers sur le "bien-être", court les plateaux télé.

Tous deux ouvrent des clubs de remise en forme à Paris, puis à Deauville, enfin un hôtel-spa à l'île de Ré.

En 2004, une première plainte pour agression sexuelle sera classée sans suite.

En février 2006, nouvelle plainte.

La cliente décrit des attouchements, tentative de pénétration et questions insistantes de nature sexuelle lors de deux rendez-vous au cabinet, également domicile, du praticien, dans le très chic XVIe arrondissement de Paris.

Les enquêteurs saisissent les agendas 2005 et 2006 de Pierre Pallardy et contactent les clientes dont les numéros y figurent.

"La plupart du temps elles ne faisaient aucun grief.

Mais plusieurs dénonçaient des agissements qui ressemblaient de façon très précise aux faits dénoncés, comme une sorte de signature", a témoigné François Penau, un des officiers de police ayant mené l'enquête.

Elles évoquent un premier et vigoureux massage du ventre -son dernier livre, vendu à plus de 200.000 exemplaires s'intitule d'ailleurs "Et si tout venait du ventre"- qui les laisse sonnées, puis des palpations de poitrine, embrassades, "les appeler mon petit coeur", des attouchements ou tentatives, pénétrations ou tentatives, avec la main ou le sexe.

Toutes "se disent étonnées de ne pas avoir eu la capacité de le repousser, ça revient en leitmotiv", poursuit l'enquêteur, relevant que plusieurs plaignantes sont pourtant "de fortes personnalités".

Outre le choc physique, il estime que "la personnalité de Pallardy et son aspect médiatique" ont pu faire que ces femmes se soient "senties en infériorité".

Pallardy reconnaîtra pendant l'enquête une pratique énergique, voire autoritaire, en séance, et aussi beaucoup d'empathie envers ses patients. Mais nie farouchement depuis le début toute relation déplacée.

Au final, il est renvoyé devant les assises pour 19 cas, dont six de viols.

Seize plaignantes ont confirmé à l'ouverture du procès se constituer partie civile.

Pierre Pallardy encourt 20 ans de prison.

Le procès est prévu jusqu'au 18 octobre.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Varech
3/octobre/2013 - 00h23

Précision: quand je dis que Pallardy n'a rien inventé, que ses méthodes, bonnes, sont connues de notre profession, il s'agit bien entendu des techniques sérieuses, classiques, telles celles décrites dans son livre "Plus jamais mal au dos", et non des "méthodes" dénoncées par les plaignantes... Pas de malentendu!

Portrait de Varech
2/octobre/2013 - 23h52

Dans tout métier, il y a des gens compétents. S'ils sont également consciencieux, ils mettront cette compétence au service de tous leurs clients. S'ils ne le sont pas, ils ne la mettront qu'au service de clients privilégiés, qui seront alors les seuls à porter aux nues ces professionnels...

Je suis kiné. Pallardy est capable d'être compétent. Ses livres pour le grand public, par exemple, sont de bonne facture. Les plaignantes (et peut-être d'autres femmes, restées silencieuses) l'avaient sollicité pour cette compétence, pas pour autre chose. La justice tranchera.

Mes seuls griefs, minimes, eux, par rapport à ceux de ces femmes, sont les suivants. Malgré son allure sympathique, j'ai toujours trouvé ce confrère terriblement prétentieux.. Dans ses ouvrages comme à travers tous les médias, c'était "je" à tout bout de champ, "ma méthode", "mon concept", "ma respiration", etc. Or il n'a rien inventé du tout:: toutes "ses" techniques, toutes "ses" démarches, bonnes je l'ai dit, sont connues de la profession... Mais sa pédagogie est talentueuse, incontestablement, et pourquoi pas après tout...

Autre grief: cette façon récurrente, bonne pour l'ego, de citer des personnes connues parmi sa clientèle, et même, pour certaines, de divulguer leur problème de santé. "Ostéopathe des stars" ou pas, le secret médical s'applique à lui comme à nous tous, non? Il m' est arrivé, comme à tout confrère, comme aux médecins et autres professionnels de la santé, de soigner des gens connus habitant la région, ou de passage: je ne suis pas allé le crier sur les toits, dans les journaux, à la télévision!!!

Portrait de taranath
2/octobre/2013 - 14h28

Bonjour, je voudrais témoigner. Comme beaucoup, j'ai lu les livres de Pierre Pallardy quand j'étais jeune. Je souffrais de spasmophilie. J'avais écrit une première lettre en racontant mes angoisses. Réponse laconique de pallardy me précisant juste les tarifs, ce qui m'avait fortement déçue car pas d'empathie Une fois venue sur paris à 24 ans j'étais allée le voir à son cabinet, rue privée porte maillot. La patiente avant moi est restée 10 mn dans son cabinet facturée à l'époque 600 francs! Je me disais que c'était cher pour le temps passé. Une fois mon tour venu il a été souriant en me complimentant. Il m'a dit qu'il était difficile pour les femmes mais que je lui plaisais. J'étais mal à l'aise car en culotte tout juste sur la table. Je lui confiais mes problèmes mais à part me palper le ventre.. pas de conseils. Il me pose une question, je n'entends pas, je le fais répéter, je n'entends toujours pas alors je répods oui, oui pour ne pas faire répéter. Et il se penche sur moi et m'embrasse sur la bouche. Je suis surprise et inerte. Lui, voyant ma réticence arrête. 0 la fin il essaie de me serrer dans ses bras en me disant qu'en tant qu'orphelin il a beaucoup manqué d'affection. Il me dit qu'il me fait un prix 400 francs pour à peu près 20mn d'après mes souvenirs. Je suis sortie de là culpabilisée car j'étais mal, je n'ai rien osé dire et j'ai payé. Je vois qu'il a fait pire avec d'autres et je l'ai échappé belle. C'est fou ce que la médiatisation met les personnes au dessus de tout soupçon.. J'espère qu'il,purgera sa peine bien méritée car profiter de la vulnérabilité de personnes en souffrance est abject! Je pense à d'autres personnalités protégées car politiques ou artistes... Y a t'il une justice à deux vitesses?