16/07/2013 12:03

Le Sri Lanka met fin à un festival français après la projection d'un film jugé insultant

Le Sri Lanka a mis fin à un festival culturel français après la projection d'un film local applaudi à l'étranger mais jugé insultant pour l'armée et le gouvernement sri-lankais, ont annoncé les autorités lundi.
Le Festival français du film de Colombo a été interrompu par les gestionnaires du lieu où se tenait l'événement, qui appartient à l'Etat, à la suite de la projection du film "Flying Fish", ont déclaré l'ambassade de France et le gouvernement sri-lankais.
L'histoire du film, sorti en 2011, se déroule pendant le conflit meurtrier qui a opposé les séparatistes tamouls du Sri Lanka aux forces gouvernementales.
Ce film est interdit au Sri Lanka, a déclaré à la presse un responsable du ministère de la Défense, Lakshman Hulugalle. "C'est un film illégal qui insulte les forces de sécurité et le gouvernement du Sri Lanka", a-t-il dit.
Les gestionnaires du lieu de projection ont déclaré à l'ambassade de France avoir suspendu le festival, qui marquait la célébration de la fête nationale française du 14 juillet, "à cause de la teneur et des sentiments contenus" dans le film.
L'ambassade, pour sa part, a assuré qu'elle avait obtenu de l'organisme officiel de censure l'autorisation de projeter le film jeudi dernier devant un public d'invités.
Après cette séance, les médias officiels ont vivement critiqué les organisateurs du festival, affirmant que "Flying Fish" dénigrait l'armée sri-lankaise.
Le gouvernement n'a pas précisé quelles scènes spécifiques posaient problème. Le festival, qui devait se clôturer dimanche dernier, a pris fin samedi matin.
L'ambassade de France a expliqué avoir sélectionné le film avec le soutien du ministère de la Culture du Sri Lanka en raison de la reconnaissance internationale que l'oeuvre a obtenue dans des festivals en Asie et en France.
Le Sri Lanka est très sensible aux critiques contre son armée, accusée à l'étranger d'avoir commis des crimes de guerre en 2009 à la fin du conflit avec les séparatistes tamouls, qui s'est achevée par leur défaite.
Le Sri Lanka a interdit plusieurs films locaux, les accusant de miner le moral des troupes. Le gouvernement a rejeté des allégations selon lesquelles l'armée aurait tué quelque 40.000 civils dans la dernière phase du conflit.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de ovaillant
16/juillet/2013 - 14h42
harryvancouran a écrit :

il n'y a que la vérité qui blesse...

 

+ 100000000