15/05/2012 15:41

Licenciement abusif/Brad Pitt-Angelina Jolie: Décision renvoyée au 11 septembre

Le conseil des prud'hommes de Draguignan a renvoyé mardi à "une audience de départage", le 11 septembre, la requête pour "licenciement abusif" d'une secrétaire bilingue du domaine varois, où demeure le couple d'acteurs américains Brad Pitt et Angelina Jolie.

"Les conseillers ne sont pas parvenus à un accord, la requête sera étudiée le 11 septembre au cours d'une audience de départage, à l'issue de laquelle une décision sera rendue", a précisé à l'AFP une responsable du conseil.

C'est la troisième prorogation décidée par le conseil depuis l'audience d'instruction du 8 novembre au cours de laquelle Ana Luisa Charlotiaux, avait réclamé par la voix de son avocat Me Emmanuel Ludot, "61.500 euros toutes indemnités et préjudices confondus".

Les faits remontent à février 2010 lorsque Mme Charlotiaux, employée à temps partiel par la SA Château Miraval à Correns (Var), avait été licenciée au motif que ses absences désorganisaient le fonctionnement de l'entreprise.

Cette employée, recrutée en 2008 par l'ancien propriétaire américain du domaine, avait en "charge les relances téléphoniques des clients et le classement du courrier".

"Quatre mois et demi d'absence, entre 2009 et 2010, n'ont pu désorganiser l'entreprise", avait dit Me Ludot à l'audience, relevant qu'après le licenciement, quatre autres personnes avaient été successivement recrutées.

Pour la défense, Me Béranger Boudignon avait souligné qu'avant son licenciement, Mme Charlotiaux n'avait pas répondu à l'entretien préalable et qu'à aucun moment elle ne s'était manifestée auprès de son employeur, réclamant une indemnité reconventionnelle de 5.000 euros pour procédure abusive.

Au cours de l'audience, à aucun moment les noms de Brad Pitt et Angelina Jolie, qui n'apparaissent pas dans la procédure, n'avaient été prononcés.

Brad Pitt, 47 ans, et Angelina Jolie, 36 ans, se sont installés à Correns en juin 2008, dans une bâtisse du XVIIe siècle enchâssée entre 400 hectares de forêts et de vignobles. Actuellement, d'importants travaux sont réalisés au château, dont la garde est assurée par des professionnels de la sécurité.

Dans le domaine viticole de 35 ha, travaillent 14 salariés et 3 secrétaires administratives à temps partiel.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de maxOfou
15/mai/2012 - 17h33
Génération courage a écrit :
61500 € d'indemnités !!!!!! Oh bien sur elle ne savait pas à qui appartenait le domaine. Dans le midi tout se sait. Et on va nous faire gober ça !!!!! Laissez moi rire et je connais très bien cette région.

Si tu connaissais les procédures aux prudhommes, tu saurais que le plaignant demande une somme et qu'il obtient beaucoup... beaucoup moins !

61 500 euros, ça représente peut-être deux ans de salaires, préjudices moral et les frais d'avocat engagé (car tout le monde n'a pas le droit à l'aide juridictionnelle , et ouais mon pote... au-dessus de 1300 euros par mois, tu peux crever pour avoir un avocat).

En plus les assedics vont lui prendre 16% sur cette somme (ah ben ça, on le dit jamais), elle sera imposable dessus.

 Si elle obtient 25 000 euros, elle sera vernie.

Le jour où tu te feras jeté de la sorte, ou un de tes proches, tu pourras comprendre  le préjudice qu'elle a vécu cette salariée.

Pour info, on a aboli l'esclavage me semble-t-il, alors respect aux salariés (et on s'en tapes de tes ouï dires dans le Sud, car tu connais le village ou la bécanne à jules...)

La loi c'est la loi, et on respecte les salariés comme ceux qui donnent du boulot !

 

Portrait de Génération courage

61500 € d'indemnités !!!!!! Oh bien sur elle ne savait pas à qui appartenait le domaine. Dans le midi tout se sait. Et on va nous faire gober ça !!!!! Laissez moi rire et je connais très bien cette région.