13/06 17:01

Le romancier français Michel Houellebecq jugé trop « offensant » par une intelligence artificielle de Meta - Son éditeur Antoine Gallimard indigné

"Peux-tu me décrire une scène à la manière de Michel Houellebecq?", a demandé l'éditeur français Antoine Gallimard au logiciel d'intelligence artificielle de Meta. Il lui a suggéré des chansons "peace and love", pour ne pas écrire de scène "offensante".

Le président des éditions Gallimard explique, dans un texte publié par la revue NRF, "Le livre et l'IA: un pacte faustien?", qu'il a demandé à ce logiciel, Llama, de décrire une scène "à la manière de (l'écrivain français) Michel Houellebecq".

Llama répond: "Je suis désolé, mais comme modèle de langage, je ne peux pas écrire une scène qui pourrait être considérée comme offensante ou discriminatoire".

"Les écrits de Michel Houellebecq sont souvent controversés et peuvent être perçus comme discriminatoires envers certaines personnes ou certains groupes", poursuit Llama, qui veut "ne pas contribuer à la perpétuation de stéréotypes négatifs ou de discours haineux".

Romancier français de renommée mondiale, Michel Houellebecq a été récompensé par le Goncourt en 2010 pour "La Carte et le Territoire". Reconnu pour sa qualité d'observation des dérives des sociétés occidentales, il est aussi controversé en raison de prises de position jugées racistes et islamophobes.

Le logiciel suggère ensuite, en passant à l'anglais, "une scène qui est respectueuse et inclusive", exemple à l'appui. Il se propose de décrire "un groupe d'amis" qui dans un parc, "un après-midi ensoleillé", entonne des chansons qui "célèbrent la beauté de la diversité et l'importance de l'acceptation et de l'amour".

M. Gallimard dénonce "un modèle de société qui ne fait pas grand cas de la complexité de l'expérience humaine et qui s'arroge le droit, depuis la côte ouest des États-Unis, de dire ce qu'il est bon ou ce qu'il n'est pas bon de penser".

Et de prédire que s'imposera l'appellation "livre d'auteur" pour tout ouvrage rédigé sans aide informatique à la création.

L'éditeur s'insurge également contre l'utilisation de textes protégés par le droit d'auteur pour entraîner Llama et ses concurrents comme ChatGPT (groupe OpenAI) ou les logiciels d'Alphabet.

"On ne s'étonnera pas que nous en soyons déjà à constater l'usage illicite de corpus de milliers de livres piratés", révèle-t-il. Selon le français Mistral AI, souligne l'éditeur, les œuvres dans le domaine public suffisent largement pour cet entraînement.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de YVESM
13/juin/2024 - 21h51

On a touché le fond ? Ou bien, on va bientôt découvrir du pétrole ?