10/06 11:21

La mobilisation des opposants à la construction de l'autoroute A69 entre Toulouse et Castres a pris fin hier soir "dans une ambiance très calme" sur le site, selon la préfecture

La mobilisation des opposants à la construction de l'autoroute A69 entre Toulouse et Castres a pris fin dimanche soir, quelque 100 militants restant encore vers 20h00 "dans une ambiance très calme" sur le site selon la préfecture, avant le démontage de leurs dernières installations.

L'ensemble des routes autour du lieu de la mobilisation a été rouvert à la circulation, a complété la préfecture. "Si la manifestation n'avait pas été interdite, il y aurait sans doute eu plus de monde, on se sent bâillonné une fois de plus par l'Etat mais la mobilisation va continuer plus que jamais", a estimé Arthur Grimon, jeune militant des Soulèvements de la Terre, à l'issue de trois jours de mobilisation contre cette autoroute controversée.

Sac à dos sur les épaules, Jean Olivier, co-président des Amis de la Terre Midi-Pyrénées, a évoqué de son côté de futures actions juridiques, en complément des recours déjà déposés contre l'A69 devant les juridictions administratives. "Mardi, nous déposons une plainte pour faux et usage de faux concernant le risque inondation sur l'autoroute qui a été à l'évidence masqué", a-t-il affirmé.

Le rassemblement baptisé "Roue libre" avait débuté vendredi soir, malgré son interdiction et a été marqué au plus fort de la mobilisation par une participation de 6.000 à 7.000 personnes samedi selon les organisateurs (1.600 selon la préfecture), émaillée d'affrontements avec les forces de l'ordre samedi après-midi. Plus de 1.000 policiers et gendarmes ont été engagés sur le terrain durant le week-end.

La préfecture du Tarn, citant les pompiers, a indiqué dimanche que "huit personnes" avaient fait l'objet d'une prise en charge médicale, dont "quatre membres des forces de l'ordre" et "quatre manifestants". Le collectif "La voie est libre", co-organisateur du rassemblement, a évoqué de son côté "une vingtaine de blessés dont trois graves avec des plaies ouvertes importantes", reprochant aux forces de l'ordre d'avoir empêché deux équipes d'ambulanciers des organisateurs de circuler.

Construite au nom du désenclavement du bassin de Castres et Mazamet, soutenue par une majorité d'élus locaux et régionaux, l'A69 (53 km) est critiquée par des mouvements de gauche et écologistes, des scientifiques qui dénoncent la destruction de zones humides, de terres agricoles, d'arbres, d'écosystèmes et de nappes phréatiques, pour un gain de temps, selon eux, dérisoire.

Le chantier a débuté en 2023 et l'autoroute doit être mise en service fin 2025.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions