04/06 11:16

Plus de 700 personnes, dont Gérard Larcher, Yaël Braun-Pivet ou encore Patrick Bruel, se sont réunies hier soir dans un théâtre parisien pour une soirée de mobilisation contre l’antisémitisme - VIDEO

Plus de 700 personnes, dont le président du Sénat Gérard Larcher, la maire de Paris Anne Hidalgo et l’acteur et chanteur Patrick Bruel se sont réunies hier soir dans un théâtre parisien pour une soirée de mobilisation contre l’antisémitisme.

Cette soirée « l’Europe contre l’antisémitisme », organisée par la revue La Règle du Jeu dirigée par Bernard-Henri Lévy, a aussi rassemblé la présidente de l’Assemblée Yaël Braun-Pivet, l’ancien Premier ministre Manuel Valls et l’ancien ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer.

Autres invités de marque: les acteurs Yvan Attal, Charlotte Gainsbourg et Sandrine Kiberlain, l’ambassadeur ukrainien en France Vadym Omelchenko, les écrivaines Christine Angot et Jula Kristeva, ainsi que la rabbin Delphine Horvilleur, le grand rabbin de France Haïm Korsia et le président du Crif Yonathan Arfi.

La salle du théâtre Antoine était trop petite pour accueillir les spectateurs, dont la file s’étendait sur plus de cent mètres.

« L’Europe traverse une crise existentielle, l’antisémitisme est une menace existentielle », a affirmé en ouverture Bernard-Henri Levy, en estimant « qu’il ne devrait pas y avoir, dans ces derniers jours de campagne » pour les élections européennes, « de sujet plus essentiel ».

La hausse de l’antisémitisme « n’a rien de résiduel », a assuré Yaël Braun-Pivet, dans une réponse indirecte au leader de LFI Jean-Luc Mélenchon, en déplorant « tous ceux qui soufflent sur les braises, désignant les juifs comme coupables » au nom de la cause palestinienne.

Sur la scène du théâtre parisien, les orateurs se sont succédé pour s’inquiéter de la hausse de l’antisémitisme, avec 366 actes recensés au premier trimestre (un bond de 300% sur un an), selon le gouvernement.

Gérard Larcher a déploré « le nouvel antisémitisme », qui « n’absout pas le plus ancien », mais « se nourrit à d’autres sources », notamment « d’un islam radicalisé ».

« N’oublions pas les otages » retenus par le Hamas dans la bande de Gaza, a-t-il lancé sous les applaudissements, avant d’affirmer qu’une éventuelle reconnaissance d’un Etat palestinien devrait « advenir au terme d’un processus de négociation » mais « ne peut pas être la résultante d’une action terroriste ».

« Oui l’Europe est au bord d’un précipice », a affirmé Anne Hidalgo. Elle a déploré « un antisémitisme qui se banalise », et critiqué ceux qui, « à gauche, considèrent que la question de l’antisémitisme n’est plus un sujet ».

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions