28/05 15:08

EN DIRECT - Guerre contre le Hamas: Les chars d’assaut israéliens entrent dans Rafah - L'Espagne, l’Irlande et la Norvège reconnaissent officiellement l'Etat de Palestine

15h07: "La situation à Rafah est dramatique", a déclaré le Premier ministre Gabriel Attal à l'Assemblée nationale en précisant que "la position de la France a été claire : d'abord l'appel clair et ferme à un cessez-le-feu".

13h26: Le point sur ce que l'on sait

Madrid, Dublin et Oslo reconnaissent formellement mardi l’Etat de Palestine, une décision provoquant la fureur d’Israël, qui a accusé le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez de se rendre « complice des appels au génocide du peuple juif ».

Cette reconnaissance est « une nécessité » pour « parvenir à la paix » entre Israéliens et Palestiniens, en plus d’être « une question de justice historique » pour le peuple palestinien, a déclaré mardi M. Sánchez, devenu l’une des voix les plus critiques du gouvernement israélien au sein de l’UE depuis le début de la guerre à Gaza.

Cette décision n’est prise « contre personne, et encore moins contre Israël, un peuple ami (...) avec qui nous voulons avoir la meilleure relation possible », a-t-il ajouté dans une brève déclaration lue en espagnol et en anglais, affirmant que reconnaître l’Etat de Palestine reflétait « notre rejet total du (mouvement islamiste palestinien) Hamas, qui est contre la solution à deux Etats ». A la mi-journée, la porte-parole de son gouvernement, Pilar Alegría, a annoncé que le conseil des ministres avait formellement adopté le décret actant cette reconnaissance.

Furieuses, les autorités israéliennes ont accusé M. Sánchez de se rendre « complice des appels au génocide du peuple juif », dans un message sur X du chef de la diplomatie Israël Katz, faisant référence à cette reconnaissance, mais aussi à des déclarations controversées de la numéro trois du gouvernement espagnol, Yolanda Díaz, qui a appelé récemment à libérer la Palestine « du fleuve à la mer ».

Ce slogan - qui fait référence aux frontières de la Palestine sous mandat britannique, qui s’étendait du fleuve Jourdain à la mer Méditerranée, avant la création de l’Etat d’Israël en 1948 - est interprété par ses détracteurs, dont le gouvernement israélien, comme un appel à l’élimination d’Israël.

Annoncée mercredi dernier de façon coordonnée par M. Sánchez et ses homologues irlandais et norvégien et effective mardi, la reconnaissance de l’Etat de Palestine a été saluée par le chef de la diplomatie norvégienne, Espen Barth Eide, comme une « journée marquante » pour la Norvège, « l’un des plus fervents défenseurs d’un Etat palestinien » depuis « plus de 30 ans ». Le gouvernement irlandais doit également se réunir dans la journée pour adopter formellement cette décision.

12h41: Selon Reuters, des chars de Tsahal, soutenus par l’artillerie et l’aviation, ont pénétré aujourd'hui dans le centre de Rafah. Les chars ont été aperçus près de la mosquée Al-Awda, un point de repère central de la localité, ont indiqué des témoins.

L’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) a indiqué mardi qu’environ un million de personnes avait dû fuir Rafah en trois semaines, depuis le lancement par l’armée israélienne début mai d’une opération terrestre dans cette ville où s’entassaient des centaines de milliers de familles palestiniennes déplacées par la guerre. Israël affirme de son côté vouloir éliminer de Rafah les bataillons de la branche armée du Hamas qui s’y cachent, et les forces israéliennes ont pris le contrôle au début de leur offensive du passage frontalier de Rafah, entre l’Egypte et la bande de Gaza.

12h30: Le gouvernement d'Espagne a adopté mardi, lors d'un conseil des ministres, un décret reconnaissant officiellement l'Etat de Palestine, a annoncé la porte-parole du gouvernement de Pedro Sánchez.

Dans une brève déclaration solennelle mardi matin, le Premier ministre espagnol avait estimé que cette reconnaissance, coordonnée avec l'Irlande et la Norvège, était "une nécessité" pour "parvenir à la paix" entre Israéliens et Palestiniens.

12h01: La Norvège, l’un des trois États européens à reconnaître formellement l’État de Palestine depuis mardi, a salué « une journée marquante » et déploré l’absence apparente d’« engagement constructif » de la part d’Israël. « Cela fait plus de 30 ans que la Norvège est l’un des plus fervents défenseurs d’un État palestinien », a dit le chef de sa diplomatie, Espen Barth Eide.

« Le jour où la Norvège reconnaît officiellement la Palestine comme État est une journée marquante pour la relation entre la Norvège et la Palestine », a-t-il ajouté dans un communiqué. Dans le cadre d’une initiative coordonnée avec l’Espagne et l’Irlande, le pays nordique avait annoncé mercredi dernier qu’il reconnaîtrait l’État de Palestine à compter de mardi.

Cette décision a provoqué la fureur d’Israël, qui y voit « une récompense » pour le mouvement islamiste palestinien Hamas en pleine guerre dans la bande de Gaza. Le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz avait immédiatement annoncé le rappel pour consultation des ambassadeurs israéliens dans ces trois pays et convoqué leurs ambassadeurs en Israël.

Malgré ces critiques, M. Barth Eide a remis dimanche à Bruxelles une note verbale au nouveau Premier ministre palestinien, Mohammed Mustafa, actant l’entrée en vigueur de cette décision.

11h43: Israël multiplie mardi les frappes sur Rafah malgré les condamnations de son bombardement meurtrier contre un camp de déplacés local qui a poussé le Conseil de sécurité de l’ONU à convoquer une réunion d’urgence sur la situation dans ce secteur de Gaza.

De leur côté, l’Espagne, la Norvège et l’Irlande vont reconnaître mardi l’Etat de Palestine lors d’une conférence de presse à Bruxelles, une annonce faite la semaine dernière et qui avait suscité l’ire d’Israël. Sur le terrain, les équipes de l’AFP à Rafah ont fait état tôt mardi de frappes aériennes et de tirs dans le centre et l’ouest de Rafah, ville à la pointe sud de la bande de Gaza où les militaires ont entamé, début mai, une opération terrestre.

Ces nouveaux bombardements interviennent dans la sillage d’une vague internationale de condamnations d’une frappe à Rafah, qui a fait dimanche soir 45 morts et 249 blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza, et mis le feu à des tentes occupées par des Palestiniens dans un camp de déplacés.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a regretté « un accident tragique ». L’armée israélienne a dit enquêter sur la mort de victimes civiles après avoir dit, dans un premier temps, avoir ciblé deux hauts responsables du Hamas avec des « munitions précises ». « Bouleversée », Washington a appelé son allié israélien à « prendre toutes les précautions pour protéger les civils ». Le Canada s’est dit « horrifié » et le président français Emmanuel Macron « indigné ».

Environ 10.000 personnes se sont réunies à proximité de l’ambassade israélienne à Paris pour dénoncer ces bombardements. La foule, parmi laquelle certains portaient des keffiehs, a brandi des drapeaux palestiniens et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: « On ne tue pas un enfant, qu’il soit juif ou palestinien: Stop aux bombardements, free Palestine », « Rafah, Gaza on est avec toi », a constaté l’AFP.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Beguin
29/mai/2024 - 09h57
freemoto a écrit :

Heureusement que l'Espagne n'est pas voisine d'Israël, ils auraient déjà reçu une salve de missile "ciblé".

Si c'etait le cas, ces cons de pollueurs de bouffe fermeraient leur gueule. L'espagne juste un pays de camés et de trafic d'organes organisé. Avec en prime, un roi cocu.

Portrait de Beguin
29/mai/2024 - 07h42

Ces imbeciles de socialistes espagnols ne sont pas à une ânerie près.

Portrait de Beguin
29/mai/2024 - 09h44

Israel est sur le point de reconnaitre l'état de Catalogne et le pays basque 

Portrait de Poudioute
28/mai/2024 - 17h44
Archimedes a écrit :

Israel nous montre le chemin: ne rien céder face au nazislamisme. 

Ce petit pays et ses habitants forcent l'admiration. Ils ont tout compris.

 

Portrait de freemoto
28/mai/2024 - 12h57

Heureusement que l'Espagne n'est pas voisine d'Israël, ils auraient déjà reçu une salve de missile "ciblé".

Portrait de Archimedes
28/mai/2024 - 12h54

Israel nous montre le chemin: ne rien céder face au nazislamisme. 

Ce petit pays et ses habitants forcent l'admiration. Ils ont tout compris.