27/05 16:01

Le projet de rapport de la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les crèches fait le constat d’un système "à bout de souffle", selon sa rapporteure Sarah Tanzilli - VIDEO

Le projet de rapport de la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les crèches, soumis à un vote lundi, fait le constat d’un système « à bout de souffle », selon sa rapporteure Sarah Tanzilli sur fond de dissensions avec LFI qui l’accuse de ménager le secteur privé lucratif.

« Complexité kafkaïenne, sous-financement chronique, insatisfaction des usagers et des personnels, multiplication des dérogations: le système d’accueil des jeunes enfants en crèche est à bout de souffle », observe la députée Renaissance. « Les travaux ont démontré que les défaillances identifiées n’étaient pas la conséquence de l’ouverture du secteur des crèches au secteur privé ou de l’influence des fonds d’investissement », a précisé l’élue du Rhône à l’AFP.

« C’est le modèle économique et les règles de fonctionnement des crèches qui ont contribué à établir un cercle vicieux de la défaillance », explique-t-elle. Le rapport doit être soumis lundi après-midi au vote de la Commission, où siège l’ensemble des groupes de l’Assemblée.

Après la parution en septembre de deux livres-enquêtes mettant en cause les crèches privées, « Le prix du berceau » et « Babyzness », LFI avait obtenu en novembre, contre l’avis des groupes LR et Renaissance, la création de cette commission chargée d’enquêter sur le modèle économique des crèches et la qualité d’accueil du jeune enfant.

Mais le poste de président est revenu à un député LR Thibault Bazin, et celui de rapporteure à Mme Tanzilli. Vice-président, le député LFI William Martinet a indiqué à la presse qu’il publierait un contre-rapport.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bigpower
27/mai/2024 - 17h51

Est-ce qu'il reste un seul domaine en France qui ne soit pas "à bout de souffle" !?     L'éducation est à bout de souffle, la police est à bout de souffle, la santé est à bout de souffle, la justice est à bout de souffle, l'armée est à bout de souffle, l'administration est à bout de souffle, le système carcéral est à bout de souffle, l'industrie est à bout de souffle, l'agriculture est à bout de souffle, le logement est à bout de souffle...   Mais c'est pas grave, car le gouvernement est satisfait de son travail !