07/05 16:24

EN DIRECT: L'armée israélienne a déployé des chars dans Rafah et pris le contrôle du passage frontalier avec l'Egypte, dans le sud de la bande de Gaza, coupant l'accès pour l'aide humanitaire - VIDEO

16h23: Les points de passage de Rafah et de Kerem Shalom, dont la fermeture par Israël coupe l’acheminement de l’aide vers Gaza, doivent être rouverts « immédiatement », a exhorté mardi le secrétaire général de l’ONU, appelant le gouvernement israélien à « arrêter l’escalade ».

« La fermeture à la fois des points de passage de Rafah et de Kerem Shalom est particulièrement néfaste pour la situation humanitaire déjà désespérée. Ils doivent être rouverts immédiatement », a déclaré Antonio Guterres à la presse.

Kerem Shalom, principal point de passage de l’aide humanitaire vers la bande de Gaza, a été fermé dimanche par Israël après des tirs de roquette, et l’armée israélienne a pris le contrôle mardi de celui de Rafah, à la frontière égyptienne, coupant l’accès de l’aide humanitaire au territoire palestinien assiégé.

Dans ces circonstances, « par exemple, nous risquons d’être à court de carburant ce soir », a noté Antonio Guterres.

« J’appelle le gouvernement israélien à arrêter l’escalade et à s’engager de façon constructive dans les discussions diplomatiques en cours », a-t-il ajouté, appelant à la fois Israël et le Hamas à faire preuve de « courage politique » pour parvenir à un accord sur une trêve.

« Après plus de 1.100 Israéliens tués lors des attaques du Hamas du 7 octobre, après plus de 34.000 Palestiniens tués à Gaza, n’en avons-nous pas vu assez? », a-t-il lancé. « Les civils n’ont-ils pas assez subi de mort et de destruction? ».

« Ne vous y trompez pas: un assaut généralisé de Rafah serait une catastrophe humaine », a-t-il d’autre part insisté, alors que l’armée israélienne a déployé des chars et appelé des dizaines de milliers de familles de l’est de la ville surpeuplée à évacuer.

Mais « il n’y a aucun endroit sûr à Gaza », a-t-il répété, craignant ainsi d’« innombrables victimes civiles supplémentaires ».

« Même les meilleurs amis d’Israël sont clairs: un assaut de Rafah serait une erreur stratégique, un désastre politique et un cauchemar humanitaire », a souligné Antonio Guterres, appelant « tous ceux qui ont de l’influence sur Israël à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour aider à éviter une tragédie encore plus grande ».

15h43: Le Premier ministre, Gabriel Attal, a redit mardi la "préoccupation" de la France "face à l'offensive" d'Israël à Rafah, ville du sud de la bande de Gaza, en dénonçant au passage les "indignations sélectives" sur le conflit au Proche-Orient.

"Hier (lundi) soir, les forces armées israéliennes sont entrées dans Rafah (...) où se trouveraient jusqu'à présent plus d'un million de personnes. Le président de la République (Emmanuel Macron) a dit très clairement sa préoccupation face à cette offensive. Il a eu l'occasion de le dire très directement au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu", a affirmé Gabriel Attal à l'Assemblée nationale, lors de la séance des questions au gouvernement.

"Oui, la situation humanitaire à Gaza est catastrophique. Et oui, les civils doivent toujours être épargnés", a souligné le chef du gouvernement, en rappelant la position de Paris pour "exiger un cessez-le-feu immédiat, rechercher la paix par tous les moyens, éviter l'escalade dans la région et permettre à l'aide humanitaire d'arriver".

13h50: Le point sur ce que l'on sait

L'armée israélienne a déployé des chars mardi dans Rafah et pris le contrôle du passage frontalier avec l'Egypte, dans le sud de la bande de Gaza, coupant l'accès pour l'aide humanitaire au territoire palestinien assiégé.

Sept mois après le début de la guerre avec le Hamas, l'armée a diffusé des images montrant des chars où flottait le drapeau israélien déployés à Rafah, du côté palestinien de la zone frontalière, et affirmé mener une opération de "contreterrorisme" dans "des zones spécifiques" de l'est de Rafah.

Des bombardements pendant la nuit sur la ville ont fait au moins 27 morts, selon deux hôpitaux de Rafah.

La veille, l'armée avait appelé à évacuer des dizaines de milliers de familles de l'est de la ville, qui abrite au total 1,4 million de Palestiniens, selon l'ONU, en prévision d'une offensive terrestre que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a promis de lancer pour éliminer les derniers bataillons du Hamas.

L'ONU a annoncé mardi que l'accès depuis l'Egypte au point de passage de Rafah, principale porte d'entrée de l'aide humanitaire, vitale pour la population de Gaza, lui était interdit par l'armée israélienne.

En Egypte, "des centaines de camions chargés de carburant et d'aide humanitaire sont bloqués" après la fermeture du point de passage de Rafah et celui de Kerem Shalom, entre Israël et la bande de Gaza, selon des sources égyptiennes.

L'ONU a en outre affirmé ne plus disposer que d'un jour de réserve de fuel pour les opérations humanitaires à Gaza, en raison de la fermeture de Rafah.

11h23: L’armée israélienne a annoncé mardi avoir pris le contrôle de la partie palestinienne du point de passage de Rafah entre la bande de Gaza et l’Egypte et que des troupes au sol avaient entamé une « opération ciblée de contreterrorisme » dans l’est de Rafah. « A l’instant présent, des forces spéciales passent au peigne fin le point de passage » de Rafah, « nous avons le contrôle opérationnel de la zone », a affirmé l’armée israélienne, précisant parler « uniquement du côté gazaoui du point de passage ».

« Nous avions des indices, parmi lesquels les tirs » de roquettes dimanche, contre le point de passage de Kerem Shalom entre Israël et Gaza qui ont tué quatre soldats israéliens, « mais aussi du renseignement que la partie gazaouie du point de passage de Rafah (...) était utilisé par le Hamas à des fins terroristes », a expliqué l’armée.

Alors qu’Israël martèle depuis des mois son intention de mener une offensive terrestre d’ampleur sur Rafah, localité surpeuplée du sud de la bande de Gaza, où affirme-t-il se terrent les derniers bataillons du Hamas, l’armée israélienne a martelé mardi que l’opération « de contreterrorisme » était localisée et d’ampleur limitée.

« Nous opérons dans des zones spécifiques de l’est de Rafah. Nous n’opérons pas dans la totalité de la zone » mais « dans une zone précise d’une zone déjà déterminée » de Rafah, a indiqué l’armée. Il s’agit « d’une opération très ciblée, d’une ampleur très limitée contre des cibles très précises ». L’armée israélienne a refusé d’indiquer combien de temps durerait cette opération.

10h30: La Chine a exhorté Israël mardi à « cesser d’attaquer Rafah », après l’annonce par l’armée israélienne de sa prise de contrôle du côté gazaoui du point de passage de Rafah entre la bande de Gaza et l’Egypte.

« La Chine (...) appelle fermement Israël à tenir compte des nombreuses demandes de la communauté internationale, à cesser d’attaquer Rafah et à faire tout ce qu’il peut pour éviter une crise humanitaire plus grave dans la bande de Gaza », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Lin Jian.

L’armée israélienne a procédé dans la nuit de lundi à mardi à des frappes sur Rafah, à la lisière sud de la bande de Gaza assiégée. Israël cherche à accentuer la « pression » sur le Hamas quelques heures avant de nouveaux pourparlers, mardi au Caire, pour tenter d’infléchir un accord de trêve auquel le mouvement islamiste a donné son feu vert.

09h44: Le point sur ce que l'on sait ce matin

L'armée israélienne mène d'intenses bombardements mardi à Rafah, dans le sud de Gaza, afin d'accentuer la "pression" sur le Hamas quelques heures avant de nouveaux pourparlers au Caire pour tenter d'infléchir un accord de trêve auquel le mouvement islamiste a donné son feu vert.

La Défense civile dans la bande de Gaza a fait état de "nombreux morts" dans la nuit à Rafah. Et l'hôpital koweïtien, situé dans cette ville, a dit avoir reçu "11 morts" et des "dizaines de blessés" dans ces frappes, relevant ainsi un premier bilan de cinq morts.

Des témoins et des sources sécuritaires palestiniennes font état de frappes aériennes tard lundi et tôt mardi, ainsi que d'intenses tirs d'artillerie à travers la bande de Gaza, et plus particulièrement à Rafah et ses environs.

Selon ces sources, des chars israéliens sont postés à proximité du point de passage éponyme qui lie le sud de la bande de Gaza à l'Egypte voisine, qui craint l'afflux massif sur son territoire de Palestiniens fuyant les violences à Rafah.

Après ses opérations à Gaza-ville, puis Khan Younès, Israël menace depuis des semaines de pousser son offensive terrestre jusqu'à Rafah, considéré comme le dernier bastion du Hamas mais où s'entassaient encore le weekend dernier 1,2 million de Palestiniens, en majorité déplacés par les combats.

Or lundi, après des pourparlers au Caire n'ayant pas débouché sur un accord de trêve, l'armée israélienne a commencé une opération d'évacuation de dizaines de milliers de personnes de Rafah. Puis, en soirée, le Hamas a dit avoir informé l'Egypte et le Qatar, pays médiateurs avec les Etats-Unis, qu'il avait "approuvé leur proposition pour un accord de cessez-le-feu" avec Israël.

09h12: Une "invasion" de Rafah, ville du sud de la bande de Gaza où Israël a promis de mener une vaste opération terrestre, serait "intolérable", a insisté lundi le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, appelant Israël et le Hamas à un "effort supplémentaire" pour une trêve.

"J'ai lancé aujourd'hui un appel très ferme au gouvernement israélien et aux dirigeants du Hamas pour qu'ils fassent un effort supplémentaire pour matérialiser un accord vital", a-t-il déclaré, reprenant les propos exprimés par son porte-parole plus tôt dans la journée après que le Hamas a dit avoir accepté une proposition de trêve.

"C'est une opportunité qui ne peut pas être manquée. Une invasion terrestre de Rafah serait intolérable en raison de ses conséquences humanitaires dévastatrices et de son impact déstabilisateur dans la région", a insisté le secrétaire général devant la presse, en recevant le président italien Sergio Mattarella.

08h33: L’armée israélienne dit avoir obtenu des « renseignements » selon lesquels le point de passage était « utilisé à des fins terroristes » Après avoir confirmé à la presse les informations de médias israéliens, l’armée israélienne a publié un communiqué sur Telegram faisant état d’une « opération antiterroriste précise » menée dans l’est de Rafah, à la suite de « renseignements » selon lesquels le point de passage était « utilisé à des fins terroristes ».

Les « troupes israéliennes ont réussi à prendre le contrôle opérationnel de la partie gazaouie du point de passage », écrit l’armée. Cette dernière précise avoir mené son opération pendant la nuit de lundi à mardi, après avoir « encouragé les habitants de l’est de Rafah à évacuer temporairement », toujours selon le communiqué.

Le message de l’armée est accompagné de photos et d’une vidéo montrant des chars israéliens roulant dans la zone du point de passage, entièrement vide. Une vue aérienne permet aussi de voir qu’un drapeau israélien a été planté.

08h02: L'armée israélienne annonce avoir pris le contrôle opérationnel du côté palestinien du point de passage de Rafah, frontalier de l'Egypte.

06h03: Après l'accord du Hamas à une proposition de cessez-le-feu, l'armée israélienne a mené hier soir et cette nuit d'intenses bombardements sur l'est de la ville surpeuplée de Rafah, d'où les habitants avaient été exhortés à partir. La Défense civile dans la bande de Gaza a fait état de « nombreux morts » dans la nuit à Rafah.

Et l'hôpital koweïtien, situé dans cette ville, a dit avoir reçu « 11 morts » et des « dizaines de blessés » dans ces frappes, relevant ainsi un premier bilan de cinq morts. Des témoins et des sources sécuritaires palestiniennes font état de chars israéliens postés à proximité du point de passage éponyme qui lie le sud de la bande de Gaza à l'Egypte voisine.

04h23 : Le Hamas annonce avoir informé l'Egypte et le Qatar qu'il acceptait la proposition d'un cessez-le-feu avec Israël dans la bande de Gaza. "Ismaïl Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, s'est entretenu par téléphone avec le Premier ministre qatari Cheikh Mohammed bin Abdelrahmane Al Thani et le ministre égyptien des Renseignements, Abbas Kamel, et les a informés que le Hamas avait approuvé leur proposition d'accord de cessez-le-feu", selon un communiqué publié sur le site du mouvement palestinien.

«Ismaïl Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, s'est entretenu par téléphone avec le Premier ministre qatari Cheikh Mohammed bin Abdelrahmane Al Thani et le ministre égyptien des Renseignements, Abbas Kamel, et les a informés que le Hamas avait approuvé leur proposition d'accord de cessez-le-feu», selon un communiqué publié sur le site du mouvement palestinien.

«La balle est désormais dans le camp» d'Israël, qui a le choix «entre accepter l'accord de cessez-le-feu, soit y faire obstacle», a déclaré un responsable du Hamas sous le couvert de l'anonymat.

Des scènes de joie et des tirs en l'air ont été constatés à Rafah, selon l'AFP. Les gens se réjouissent et rendent gloire à Dieu, a rapporté un correspondant de l'AFP sur place, «des gens pleurent de joie».

Biden redit à Nétanyahou son opposition à une offensive terrestre à Rafah Le président Joe Biden a réitéré lundi sa «position claire» au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu contre une offensive terrestre à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, a indiqué la Maison Blanche.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bergil
7/mai/2024 - 20h15
Anti-Ratsciste a écrit :

Pourquoi tant de haine sur ce site...

Vous fantasmez sur un monde qui n'existe jamais.

Et oui, il y a des Palestiniens, des Russes, des Irakiens qui ont le droit de vivre.

Comme les Indiens à une époque et les juifs.

Vous condamnez car vous vivez confortablement.

Mais, heureusement je le répète que vous ne représentez que les haineux 

Quel beau discours de paix et d'amour , je vous incite à aller le déclamer au hamas !

Portrait de Anti-Ratsciste
7/mai/2024 - 19h47

Pourquoi tant de haine sur ce site...

Vous fantasmez sur un monde qui n'existe jamais.

Et oui, il y a des Palestiniens, des Russes, des Irakiens qui ont le droit de vivre.

Comme les Indiens à une époque et les juifs.

Vous condamnez car vous vivez confortablement.

Mais, heureusement je le répète que vous ne représentez que les haineux 

Portrait de Titoon
7/mai/2024 - 15h25
seb2746 a écrit :

Un massacre et un vol de terre de plus, impossible aux civils de sortir de la zone, on regroupe bien tout le monde et on tire. Un crime de guerre de plus.

Et le coup des terroristes, alors qu'on sait que depuis le 10 les membres du hamas étaient hors de Palestine, ça marche plus.

Coucou le dhimmi,

Celons votre logique, nous sommes en droit d’exiger la ré immigration immédiate de toute les chances pour la France que nous avons importé depuis 40 ans.

Finalement, attaques quotidienne aux couteaux, viols, sécession de fait de quartiers entier dans des métropoles française, impossibilité aux non coreligionnaire de circuler et j'en passe et se dont vous (vos gouroux) accusez Israël ça se ressemble beaucoup mine de rien.

Portrait de 8Gako8
7/mai/2024 - 15h23
seb2746 a écrit :

Un massacre et un vol de terre de plus, impossible aux civils de sortir de la zone, on regroupe bien tout le monde et on tire. Un crime de guerre de plus.

Et le coup des terroristes, alors qu'on sait que depuis le 10 les membres du hamas étaient hors de Palestine, ça marche plus.

tu es sur que depuis le 10 il n'y a plus de terroriste parce que le 17 ils ont lancé une roquette sur un hôpital donc oui avec les fausses infos du HAMAS ca ne marche plus smiley

Portrait de Koikilencoute
7/mai/2024 - 11h56
seb2746 a écrit :

Un massacre et un vol de terre de plus, impossible aux civils de sortir de la zone, on regroupe bien tout le monde et on tire. Un crime de guerre de plus.

Et le coup des terroristes, alors qu'on sait que depuis le 10 les membres du hamas étaient hors de Palestine, ça marche plus.

Il n'y a pas de "vol de terre". Les premiers Israélites vivaient en Palestine, en Judée et en Samarie bien avant l'arrivée de musulmans. Les Israéliens veulent simplement vivre sur la terre de leurs ancêtres.

Portrait de GLGD
7/mai/2024 - 11h27

@seb soralien : c'était même les otages depuis Gaza qui tiraient les roquettes sur leurs familles côté Israël. T'es un bon pour les défendre smiley

Portrait de Le Suisse
7/mai/2024 - 11h23
seb2746 a écrit :

Un massacre et un vol de terre de plus, impossible aux civils de sortir de la zone, on regroupe bien tout le monde et on tire. Un crime de guerre de plus.

Et le coup des terroristes, alors qu'on sait que depuis le 10 les membres du hamas étaient hors de Palestine, ça marche plus.

tu en sais des choses toi,  tu es formidable . Ils sont partis depuis le 10 à 11H30 ? 11h33 ? tu as la liste ? Ils sont à Ibiza ?

Portrait de seb2746
7/mai/2024 - 10h47

Un massacre et un vol de terre de plus, impossible aux civils de sortir de la zone, on regroupe bien tout le monde et on tire. Un crime de guerre de plus.

Et le coup des terroristes, alors qu'on sait que depuis le 10 les membres du hamas étaient hors de Palestine, ça marche plus.