06/04 07:31

La présidente du Pérou, Dina Boluarte, est entendue depuis hier par le ministère public dans le cadre d'une enquête pour "enrichissement illicite", un scandale portant sur des montres de luxe et des bijoux

La présidente du Pérou, Dina Boluarte, a commencé à être entendue par le ministère public dans le cadre d'une enquête pour «enrichissement illicite» présumé, un scandale portant sur des montres de luxe et des bijoux qui fragilise son gouvernement. Le procureur général, Juan Carlos Villena, «a commencé à recueillir les déclarations de la présidente de la République», a indiqué le ministère public sur X.

Boluarte est arrivée au parquet central de Lima avec son avocat, Mateo Castañeda, dans une voiture officielle escortée par cinq véhicules de police, a constaté l'AFP. Le parquet avait sommé la présidente d'apporter lors de cette convocation les objets de valeur qu'elle n'aurait pas déclaré dans son patrimoine lors de sa prise de fonction en décembre 2022.

Le scandale, baptisé par la presse «Rolexgate», a éclaté mi-mars, quand un site d'information a publié des photos montrant Boluarte portant différentes montres de luxe alors qu'elle était au gouvernement entre 2021 et 2022.

Son domicile et son bureau ont été perquisitionnés le 30 mars, mais aucune montre n'a été trouvée. Boluarte, 61 ans, a assuré avoir les «mains propres» et ne posséder qu'une montre, un modèle non récent acheté avec ses économies.

Mardi, le procureur général Juan Villena a annoncé que l'enquête portait désormais aussi sur des bijoux, dont un bracelet d'une valeur de 56.000 dollars, et des dépôts bancaires de quelque 270.000 dollars entre 2021 et 2022.

Dans la foulée des perquisitions, six des 18 ministres de son gouvernement ont annoncé leur démission et ont été immédiatement remplacés.

Ailleurs sur le web

Vos réactions