26/03 15:53

Mis en cause pour sa gestion d'une association humanitaire, le célèbre influenceur Jérôme Jarre qui a recueilli 4 millions d'euros pour les Rohingyas, sort du silence face à Mouloud Achour - Vidéo

 

Entre 2013 et 2017, Jérôme Jarre était l'influenceur français le plus connu au monde, se lançant même dans l'humanitaire avec son mouvement #LoveArmy, soutenu par des personnalités comme Omar Sy, Jhon Rachid, Natoo ou Dj Snake, pour venir en aide aux Rohingyas, une minorité musulmane subissant un génocide en Birmanie et mettre en lumière ce drame.

Pour survivre, 1 millions de Rohingyas se sont réfugiés dans des camps au Bangladesh. L'opération Love Army For Rohingya menée par Jérôme Jarre lève à l'époque, près de 4 millions d'euros et est suivie par le média Brut.

Hier soir, Jérôme Jarre était l'invité de Mouloud Achour dans l'émission "Clique" sur Canal Plus. Sur le plateau, le jeune homme a répondu au documentaire "Love Army - Où es-tu Jérôme ?", sorti la semaine dernière sur la plateforme Amazon Prime Video, et qui remet en cause sa médiatique action humanitaire 

 Au bout de deux semaines, je comprends qu'on ne va pas avoir le droit de donner le cash aux Rohingyas. On se retrouve à devoir faire comme une levée de fonds classique : donner à des ONG derrière", explique-t-il.

"J'ai vu le documentaire. J'ai fait des erreurs en com, j'ai fait n'importe quoi en com sur cette aventure (...) Le teaser du documentaire sous-entend qu’on ne sait pas où est l’argent, ce qui est extrêmement grave !", ajoute Jérôme Jarre. Mouloud Achour lui a alors demandé où est l'argent récolté grâce à la "Love Army".

"L'argent a été donné à des ONG, c’est ce qu’il faut retenir de ce projet. Tous l'argent a été à des ONG (...) J'ai décidé de rester, pour accompagner, pour aller trouver les assos qui vont donner le plus d'argent aux Rohingyas à la fin", affirme-t-il.

Et d'ajouter :

"Je considère que j'avais les compétences pour pouvoir donner aux associations qui allaient embaucher le plus de Rohingyas. Ce qui me déplait dans ce documentaire, c'est que l'on zoom à fond sur les problèmes qu'il y a eu dans cette mission mais on oublie de dire que c'est moi qui les ai identifiés. J'ai mis en place une équipe de contrôle. C'est mon initiative".

Ailleurs sur le web

Vos réactions