13/03 07:31

La ministre de la Culture, Rachida Dati, annonce souhaiter "une gouvernance unique" dès cette année pour l'audiovisuel public, qui comprend France Télévisions et Radio France

La ministre de la Culture, Rachida Dati, souhaite "une gouvernance unique" dès cette année pour l'audiovisuel public, qui comprend France Télévisions et Radio France, a-t-elle déclaré  lors d'une audition au Sénat. "Il faudrait idéalement que nous bouclions pour la fin de l'année, pour que le 1er janvier 2025 ce soit opérationnel", a indiqué la ministre, auditionnée par la commission de la Culture et de la Communication du Sénat.

L'objectif est d'avoir un audiovisuel public "plus puissant, plus efficace", et "cette année c'est la dernière fenêtre de tir", a-t-elle ajouté. Elle avait déjà dit à plusieurs reprises ces dernières semaines qu'elle voulait "rassembler les forces" de l'audiovisuel public: pour cela, "il faut une gouvernance unique", a-t-elle argumenté devant les sénateurs, en disant vouloir "avancer sans aucun tabou", mais sans clairement préciser si elle souhaitait aller jusqu'à fusionner France Télévisions et Radio France.

"De pouvoir avoir une gouvernance unique, de fusionner, de pousser à la coopération, aux synergies - j'allais dire à la fusion -, en tous les cas qu'il y ait une efficacité dans la gouvernance et le fonctionnement, c'est un objectif qu'on doit tous avoir", a martelé la ministre.

Il serait selon elle "incohérent de faire une réforme (...) après 2025", année qui verra le renouvellement du mandat du président de l'Arcom (le régulateur de l'audiovisuel), Roch-Olivier Maistre, et de la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte Cunci.

"Je souhaite demander aux dirigeantes de l'audiovisuel public, puisqu'elles sont favorables à cette mise en place de cette réforme, de commencer leur part de (sa) mise en oeuvre", a dit Mme Dati en évoquant Mme Ernotte Cunci et son homologue de Radio France, Sibyle Veil.

"Tout ne relève pas de la loi, les synergies, les coopérations, parfois des fusions, ça ne relève pas forcément de la loi", a-t-elle ajouté. Mme Dati compte s'appuyer sur les travaux du Sénat, qui avait voté en juin 2023 en faveur de la création d'une holding chapeautant France Télévisions et Radio France.

Selon elle, "cette réforme tiendra sur deux jambes: l'évolution de la gouvernance" et "une réponse pérenne à la question du mode de financement".

Sur le deuxième point, son "combat" est d'obtenir une "sanctuarisation" du mécanisme actuel, c'est-à-dire le financement de l'audiovisuel public par une somme prélevée sur la TVA.

Ce mécanisme avait été mis en place pour compenser la suppression de la redevance à l'été 2022, et est censé s'achever fin 2024. Pour le pérenniser, il faut "une modification de la Lolf" (loi organique relative aux lois de finances), la constitution financière de la France, a rappelé Mme Dati.

"Je soutiens intégralement ce qu'elle a proposé", avait dit Mme Ernotte Cunci le 7 mars devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur l'attribution des fréquences de la TNT (télévision numérique terrestre). Pour sa part, Mme Veil est favorable à l'idée d'une holding chapeautant les deux groupes publics, mais opposée à leur fusion. 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Beguin
13/mars/2024 - 10h10

C'est la première fois qu'on la voit travailler  autant

Portrait de kuwabara
13/mars/2024 - 09h34

2 c est mieux , 2 salaires a payer de haut fonctionnaire , pi leurs adjoint , secretaires etc etc , 2 fois plus c est meux !!