04/03 11:46

Le procès du déraillement de la rame d’un TGV d’essai qui a causé la mort de 11 personnes en Alsace le 14 novembre 2015 s’ouvre aujourd'hui à Paris - VIDEO

Le procès du déraillement de la rame d’un TGV d’essai qui a causé la mort de 11 personnes en Alsace le 14 novembre 2015, largement occulté par les attentats jihadistes meurtriers de la veille, s’ouvre aujourd'hui à Paris. L’audience doit débuter à 13h30 devant la 31e chambre du tribunal correctionnel.

La SNCF, ses filiales Systra (commanditaire des essais) et SNCF Réseau (gestionnaire des voies) ainsi que trois personnes physiques (le conducteur titulaire, un cadre de la SNCF chargé de lui donner les consignes de freinage et d’accélération et un ingénieur de Systra, chargé de renseigner le conducteur sur les particularités de la voie) sont sur le banc des prévenus.

Ils sont poursuivis pour homicides et blessures involontaires par maladresse, imprudence, négligence ou manquement à une obligation de sécurité.

Les trois personnes physiques encourent trois ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende. Les trois sociétés risquent une amende de 225.000 euros. Avocat du cheminot, Philippe Sarda plaidera la relaxe de son client. « Il n’avait qu’un rôle d’exécutant devant respecter les consignes », a expliqué Me Sarda à l’AFP. Le procès est prévu jusqu’au 16 mai.

Vitesse excessive et freinage trop tardif: les causes principales de l’accident ont été identifiées. Mais la justice devra déterminer les responsabilités de chacun dans l’enchaînement des événements qui ont mené à l’accident, occulté par les 131 morts des attentats du 13-Novembre au Bataclan, au Stade de France et des terrasses parisiennes.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions