01/03 16:24

Salon de l'agriculture: Le ministre de l’agriculture Marc Fesneau et celui de la transition écologique Christophe Bechu visés par des jets d'oeufs et des huées

16h19: Le ministre de l’agriculture Marc Fesneau et celui de la transition écologique Christophe Bechu hués au salon de l’agriculture sur le stand de l’ADEME, et visés par des jets d'oeufs. Sont également brandies des pancartes « revenez sur terre , et des « Fesneau démission » sont scandés.

 

 

 

 

14h54: Il y aura peut-être des manifestations locales, mais la FNSEA ne prévoit pas de mobilisation nationale après le Salon de l'agriculture, sauf si le gouvernement tarde à mettre en œuvre ses engagements, a indiqué ce vendredi à l'AFP le numéro 2 du syndicat majoritaire. Depuis le début de la crise, en janvier, le gouvernement a promis des aides d'urgences, des allègements de contraintes notamment environnementales, le renforcement des lois Egalim pour protéger le revenu des agriculteurs ou encore de placer l'agriculture au rang d'un «intérêt général majeur».

À deux jours de la clôture du Salon de l'agriculture, «la suite, pour nous, c'est de continuer le travail», a déclaré le secrétaire général de la FNSEA, Hervé Lapie. «On va être rigoureux, on va être intransigeant sur les dossiers. On les prend tous un par un et on crante ce qui avance, ce qui n'avance pas», a ajouté le responsable, évoquant la mise en place d'une «méthode de travail un peu guerrière» avec les différents ministères pour obtenir des résultats.

Le syndicat, qui a notamment organisé des blocages d'axes routiers autour de Paris au plus fort de la crise, ne prévoit pas de nouvelles manifestations au niveau national pour le moment. Des actions locales sont toutefois possibles, par exemple pour «remettre un peu de pression» sur le prix du lait.

11h32: Le point sur la situation

Mottes de paille, tracteurs et arrestations à l’Arc de Triomphe: la Coordination rurale a organisé une action surprise vendredi matin dans le haut des Champs-Elysées, qui a mené à 66 interpellations. D’autres actions avaient lieu ailleurs à Paris: quatre tracteurs bloquaient la sortie du périphérique porte d’Ivry, d’autres se positionnaient au niveau de la sortie de l’A4 à Charenton, selon la police.

« Un convoi de tracteurs est en route pour le château de Versailles », où ils seront attendus par un dispositif policier, a-t-on ajouté de même source.

Tracteurs et ballots de paille se sont installés sur la célèbre avenue au petit jour. Vers 09H40, la manifestation au pied de l’Arc a pris fin, selon une journaliste AFP. Un peu plus tôt, les services de la mairie de Paris ont nettoyé les lieux et la circulation a repris sur la célèbre avenue.

Soixante-six interpellations ont eu lieu, selon la préfecture de police. Parmi elles, Patrick Legras, l’une des figures de la Coordination rurale, confirme le syndicat, à la veille du dernier weekend du Salon de l’Agriculture. Le syndicat avait annoncé sur X être mobilisé « pour sauver » l’agriculture française« , avant le dernier week-end du Salon de l’agriculture.  »La Coordination rurale prend symboliquement et pacifiquement l’Etoile« , a-t-il également écrit, demandant  »des actes rapidement pour sauver nos 45% d’exploitations en détresse financière« .

 »On est monté ce matin pour déposer une gerbe à l’Arc de Triomphe pour rendre hommage à tous les agriculteurs qui se suicident« , a précisé M. Masson.  »On n’est toujours pas entendu par l’État« , a-t-il ajouté.

11h01: Un convoi de tracteurs est arrivé il y a quelques minutes à Versailles

.

10h12: Alors qu’ils devaient se rendre initialement au château de Versailles dans une manifestation autorisée,  »les agriculteurs ont fait ce détour pour aller sur la tombe du soldat inconnu« , affirme Christian Convers, secrétaire général de la Coordination rurale, joint par l’AFP. Mais  »ils n’ont pas eu le temps d’aller bien plus loin puisque les forces de police se sont tout de suite interposées et la discussion a tourné court« .

Interrogée sur cette action, la ministre déléguée à l’Agriculture et à la Souveraineté alimentaire Agnès Pannier-Runacher a rappelé que  »tout le monde doit respecter la loi et une manifestation qui n’est pas déclarée est donc une manifestation illégale« .

Mais  »cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas écouter la colère des agriculteurs et c’est ce que nous faisons en prenant des mesures très concrètes, des mesures d’urgence« , a-t-elle martelé sur Sud Radio, affirmant qu’ »aujourd’hui l’argent descend dans les cours de ferme« .

Face à la colère agricole, vive depuis plusieurs semaines, l’exécutif s’efforce de répondre aux agriculteurs qui manifestent pour obtenir un meilleur revenu et moins de contraintes administratives et environnementales, au prix de concessions sur les pesticides, notamment.

Emmanuel Macron s’est notamment prononcé pour des prix plancher afin de garantir de meilleurs revenus, mais cette idée est loin de faire l’unanimité dans le monde agricole.

De leur côté, les banques ont promis des gestes afin de desserrer l’étau financier pour les exploitations les plus fragiles.

Pour autant, ces mesures ne semblent pas avoir convaincu le milieu agricole, d’où l’action à l’endroit hautement symbolique de l’Arc de Triomphe, qui a été le théâtre de violences lors de la crise des  »Gilets jaunes«  en 2018.

09h41: 66 personnes ont été interpellées ce vendredi matin place de l’Etoile à Paris lors d'une action surprise des agriculteurs de la Coordination rurale, selon la préfecture de police. Ils se sont rendus autour de l'Arc de Triomphe vers 6h00 du matin à bord notamment de huit tracteurs et déposé des bottes de paille, a précisé la Préfecture. Les agriculteurs entendaient prendre "symboliquement et pacifiquement l'Etoile", ont-ils expliqué sur les réseaux

09h39: Le point sur ce que l'on sait

La Coordination rurale a mené vendredi matin une action surprise et dans le calme autour de l’Arc de Triomphe, bloquant le haut des Champs-Elysées avec des bottes de paille et des tracteurs. Une source policière a confirmé que les agriculteurs sont arrivés en véhicules légers et pick-ups vers 04H et que des ballots de paille transportés par des petits utilitaires ont été déposés sur la chaussée. Huit tracteurs sont arrivés vers 06H00.
Treize interpellations ont eu lieu, selon cette même source. Parmi elles, Patrick Legras, l’une des figures de la Coordination rurale, confirme le syndicat. Vers 08H00, des voitures de police étaient toujours disposées au pied de l’Arc de Triomphe. Le calme régnait sur la place, et les services de la mairie de Paris commençaient à nettoyer les lieux. La circulation sur le haut de la célèbre avenue était toujours bloquée.
Il restait une cinquantaine de syndicalistes, entourés par la police. Une petite dizaine de tracteurs de la Coordination rurale, avec un drapeau français, étaient rangés à l’angle de l’avenue Marceau, selon le journaliste de l’AFP. Le syndicat avait annoncé sur X être mobilisé « pour sauver » l’agriculture française« , avant le dernier week-end du Salon de l’agriculture.  »La Coordination rurale prend symboliquement et pacifiquement l’Etoile« , a-t-il également écrit.
La Coordination rurale demande  »des actes rapidement pour sauver nos 45% d’exploitations en détresse financière« .  »On est monté ce matin pour déposer une gerbe à l’Arc de Triomphe pour rendre hommage à tous les agriculteurs qui se suicident« , a précisé M. Masson.  »On n’est toujours pas entendu par l’Etat« , a-t-il ajouté.
Vincent Carré, qui cultive du blé dans la région de Chartres, est parti de chez lui à 01H00 du matin:  »On n’a rien dit à personne. On est venu ce matin pour marquer le coup (...) à cause de la politique agricole française et européenne« .

08h18: 13 personnes ont été interpellées par les forces de l'ordre, Place de l'Etoile lors de l'opération de blocage des agriculteurs. De source policière, ce sont huit tracteurs qui se trouvaient place de l’Etoile à 6 heures. Les forces de l’ordre ont voulu libérer la chaussée et repoussé les manifestants sur un côté. Les tracteurs étaient rangés à l’angle de l’avenue Marceau, selon un journaliste de l’AFP à 7 heures. Treize interpellations ont été effectuées. Les services de la propreté et du nettoiement ont ensuite été chargés de nettoyer la place de l’Etoile.

07h53: Que sait-on de l'opération "coup de poing de ce matin" des agriculteurs ?

Plusieurs membres du syndicat agricole Coordination rurale ont mené une opération coup de poing ce vendredi matin sur les Champs-Élysées, à Paris. Dans un premier message sur le réseau social X, ils annoncent avoir pris «symboliquement et pacifiquement» la Place de l’étoile. On peut voir sur l’image un petit groupe de personnes et des ballots de paille dressés en barrage en haut de la célèbre avenue, juste devant l’Arc de Triomphe.

La circulation a d'ailleurs pu reprendre, grâce à l'intervention de gendarmes mobiles ayant nassé la centaine d'agriculteurs présents sur la place de l'Etoile.

07h00: Les agriculteurs sont en train d'être interpellés Place de l'Etoile

06h56: Patrick Legras, représentant de la Coordination rurale, a été interpellé par les forces de l'ordre pour rassemblement interdit et délit d'entrave à la circulation, selon BFM TV

.

.

06h08: La coordination rurale, à l'initiative de cette opération publie plusieurs photos e la situation sur place.

.

.

05h57: Il avait prévenu hier et jeanmarcmorandini.com s'en était fait l'écho ICIDes membres de la Coordination rurale sont tôt ce vendredi 1er mars sur les Champs-Élysées, à Paris. "La Coordination rurale prend symboliquement et pacifiquement l'Étoile", écrit le syndicat sur les réseaux sociaux. "Depuis trois jours, on se moque de nous au niveau de l'Europe, on nous a signé un accord de libre-échange avec le Chili, avec le Kenya", déplore ce responsable au micro de BFMTV ce vendredi. 

"On veut dire que ça suffit!"Dans une autre publication, la Coordination rurale dit "converger vers Paris".

La Direction des routes d'Île-de-France note qu'une manifestation, à savoir une opération escargot, a lieu sur l'A4 à hauteur de Charenton-le-Pont. Les agriculteurs n'ont pas lâché l'affaire et veulent continuer à faire pression sur le gouvernement.

Invité sur BFM TV, Patrick Legras, membre de la Coordination rurale, annonce une mobilisation d'agriculteurs demain à Paris.

Il ne précise bien sur pas précisément de quoi il s'agit, ni de la forme que prendra cette mobilisation, mais dans l'extrait ci-dessus, il parle "d'une surprise" qui est en train d'être organisée dans le plus grand secret.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Beguin
2/mars/2024 - 18h35
COLIN33 a écrit :

C'est sur Macron qu'ils auraient dû jeter des œufs, ces ministres ne font qu'exécuter les ordres de Jupiter

Hum hum

Portrait de Beguin
2/mars/2024 - 18h34
YVESM a écrit :

C’est à Bruxelles que cela se passe.

Macron est juste un pantin narcissique.

Un neutron libre, présentant un danger

Portrait de Capri
2/mars/2024 - 08h23
YVESM a écrit :

C’est à Bruxelles que cela se passe.

Macron est juste un pantin narcissique.

En 2022, la France est le 1er bénéficiaire de subventions européennes au titre de l’agriculture avec 9,5 milliards d’euros devant l’Espagne (6,9 milliards), l’Allemagne (6,3 milliards), l’Italie (5,6 milliards), la Pologne (4,8 milliards), la Grèce (3 milliards), la Roumanie (2,9 milliards) et la Hongrie (1,9 milliard).

Avec une contribution au budget de l’UE de la France à hauteur de 21,6 milliards par an, les subventions agricoles reçues représentent donc 44 % du budget versé.

Arrêtez de dire que « ça se passe à Bruxelles ». Ca a été pendant des décennies le discours des courageux hommes et femmes politiques FR (« c’est pas de notre faute, c’est à cause de Bruxelles »), y compris Sarkozy a l’époque, tout simplement parce que les français ne bossaient pas en étant à Bruxelles (coucou Mme Dati ou Mr Bardella), n’était pas assez présents etc (pas assez de lobbyistes etc contrairement aux allemands).

La France sur-transpose systématiquement les directives europeennes (coucou Mme Royal). Faudrait déjà arrêter avec ça. En plus, l’administration est ultra tatillonne.

Bref : bossons et bossons déjà sur nous meme avant de dire « gnagnagna c’est à cause de l’Europe ».

Portrait de Lotus14
2/mars/2024 - 08h00
COLIN33 a écrit :

C'est sur Macron qu'ils auraient dû jeter des œufs, ces ministres ne font qu'exécuter les ordres de Jupiter

Exact

Portrait de COLIN33
1/mars/2024 - 20h41 - depuis l'application mobile

C'est sur Macron qu'ils auraient dû jeter des œufs, ces ministres ne font qu'exécuter les ordres de Jupiter

Portrait de Capri
1/mars/2024 - 20h35
cbor33500 a écrit :

Nos agriculteurs ont le droit de manifester en province mais pas à Paris !!!!

Pourquoi « nos » ?

Portrait de Capri
1/mars/2024 - 20h34
bruno.13 a écrit :

Ils commencent doucement à nous faire chier ces agriculteurs. Ils ne sont pas capables de régler leurs problèmes avec les industriels et la grande distribution donc, ils trouvent normal que ce soient les français qui payent avec leurs impôts. Comme c'est facile !  

Après 15 jours d’émissions, interviews, reportages en tous genres, vous avez manifestement tout compris et vous montrez une maîtrise remarquable du sujet !

Portrait de YVESM
1/mars/2024 - 19h16

C’est à Bruxelles que cela se passe.

Macron est juste un pantin narcissique.

Portrait de bruno.13
1/mars/2024 - 19h03

Ils commencent doucement à nous faire chier ces agriculteurs. Ils ne sont pas capables de régler leurs problèmes avec les industriels et la grande distribution donc, ils trouvent normal que ce soient les français qui payent avec leurs impôts. Comme c'est facile !  

Portrait de bergil
1/mars/2024 - 16h51
cbor33500 a écrit :

Nos agriculteurs ont le droit de manifester en province mais pas à Paris !!!!

Et pourtant " personne " ne les a vus arriver jusqu'à l'arc de triomphe avec tous leurs tracteurs et matériels ... c'était voulu ?

Portrait de Ma vision des choses
1/mars/2024 - 13h55
cbor33500 a écrit :

Nos agriculteurs ont le droit de manifester en province mais pas à Paris !!!!

En effet ! L'A62 bloquée depuis maintenant plus de 10 jours (ce qui est en train de foutre l'économie et les transporteurs routiers à terre) sans que le Préfet n'agisse, c'est une honte ! Tandis que dès que ça touche Paris, là ils agissent !

Les agriculteurs vont obtenir ce qu'ils désirent, mais il n'y aura plus de transports routiers pour acheminer leurs produits !

Portrait de yannc04
1/mars/2024 - 10h41

Les autorités commencent leur nettoyage ethnique, euh pardon du RN, en vue des européennes....

Portrait de cbor33500
1/mars/2024 - 10h33

Nos agriculteurs ont le droit de manifester en province mais pas à Paris !!!!