28/02 11:46

Le Sénat se prononce cet après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite - VIDEO

Suspense à la chambre haute: l'inscription de l'IVG dans la Constitution se heurte mercredi aux réticences de la droite lors d'un vote indécis au Sénat, où certains vont tenter de freiner la réforme à défaut d'être suffisamment nombreux pour la rejeter. Les débats s'annoncent tendus à partir de 16h30 au Palais du Luxembourg.

D'un côté, le gouvernement soutenu par la gauche en faveur de cette révision promise par le président de la République, Emmanuel Macron. De l'autre, une partie de la droite et des centristes encore sceptiques devant la formulation retenue par l'exécutif. "La loi détermine les conditions dans lesquelles s'exerce la liberté garantie à la femme d'avoir recours à une interruption volontaire de grossesse".

Le texte soumis au vote des 348 sénateurs peine à convaincre les rangs de la majorité sénatoriale, une alliance entre Les Républicains (LR) et le groupe centriste. Le camp du "pour" a remporté une première victoire mercredi matin: la Commission des Lois du Sénat a en effet rejeté tous les amendements de modification rédactionnelle déposés par la droite, selon plusieurs parlementaires. Une tendance qui doit encore être confirmée en séance publique dans l'après-midi.

Ces débats sémantiques sont essentiels car un vote sans modification de la chambre haute est un préalable à cette révision constitutionnelle soutenue par 86% des Français, selon un sondage Ifop de novembre 2022. La réforme sera ensuite soumise au Congrès réunissant les deux chambres du Parlement à Versailles, où une majorité des trois cinquièmes sera requise pour l'adopter définitivement.

Mais le vote du Sénat reste incertain: les trois chefs de la majorité sénatoriale - le président du Sénat Gérard Larcher, le président du groupe LR Bruno Retailleau et celui du groupe centriste Hervé Marseille - sont en effet opposés à la réforme.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions