15/02 18:30

Wikileaks: Julian Assange "mourra" s'il est extradé, affirme son épouse: "Sa santé décline, physiquement et mentalement. Sa vie est en danger chaque jour où il reste en prison"

L'épouse de Julian Assange, Stella Assange, a prévenu que le fondateur de Wikileaks mourrait s'il était extradé vers les Etats-Unis, où il est poursuivi pour une fuite massive de documents, avant l'examen d'un nouveau recours à Londres.

"Sa santé décline, physiquement et mentalement. Sa vie est en danger chaque jour où il reste en prison et s'il est extradé, il mourra", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à Londres.

Selon ses soutiens, Julian Assange, 52 ans, fait face à une audience dans ce qui pourrait être l'un de ses derniers recours contre son extradition. Deux magistrats britanniques vont examiner les 20 et 21 février la décision de la Haute Cour de justice de Londres, prise le 6 juin 2023, de refuser à M. Assange l'autorisation de faire appel de son extradition aux Etats-Unis acceptée en juin 2022 par le gouvernement britannique. S'il obtient gain de cause, son appel sera examiné sur le fond.

En cas d'échec, il aura épuisé toutes les voies de recours au Royaume-Uni, mais ses soutiens ont indiqué qu'il saisirait la Cour européenne des droits de l'homme.

Julian Assange, ressortissant australien, emprisonné à Londres depuis avril 2019, encourt des dizaines d'années de prison aux Etats-Unis où il est poursuivi pour avoir publié à partir de 2010 plus de 700.000 documents confidentiels sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. Parmi eux figurait une vidéo montrant des civils, dont deux journalistes de l'agence Reuters tués par les tirs d'un hélicoptère de combat américain en Irak en juillet 2007.

La justice britannique a donné son feu vert à l'extradition de Julian Assange après que les Etats-Unis ont fourni des assurances qu'il ne serait pas incarcéré à la prison de très haute sécurité ADX de Florence (Colorado), surnommée l'"Alcatraz des Rocheuses". Mais les mises en garde sont telles que cet engagement "ne vaut même pas le papier sur lequel il est écrit", a estimé le rédacteur en chef de Wikileaks Kristinn Hrafnsson.

En cas d'extradition, "Julian sera mis dans un trou, si profond qu'on ne le reverra jamais", a déclaré Stella Assange. A l'approche de l'audience, Julian Assange a vu les expressions de soutien se multiplier.

Le Premier ministre australien Anthony Albanese a dénoncé les poursuites engagées par la justice américaine contre Julian Assange, alors que le Parlement australien a adopté mercredi d'une motion demandant d'y mettre un terme. "Cette affaire ne peut pas durer indéfiniment", a déclaré M. Albanese au Parlement, ajoutant que selon lui, les Australiens de tous bords sont d'accord pour dire que "trop c'est trop". M. Albanese a indiqué qu'il avait soulevé le cas de M. Assange "au plus haut niveau" en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

M. Assange avait été arrêté par la police britannique en 2019 après sept ans reclus à l'ambassade d'Equateur à Londres pour éviter son extradition vers la Suède dans une enquête pour viol, classée sans suite en 2019. Il est actuellement détenu à la prison de haute sécurité de Belmarsh, dans l'est de Londres.

Début février, la Rapporteure spéciale de l'ONU sur la torture, l'experte indépendante Alice Jill Edwards, a demandé au gouvernement britannique de "suspendre l'extradition imminente de Julian Assange". "Julian Assange souffre depuis longtemps d'un trouble dépressif périodique. Il a été évalué qu'il présente un risque de suicide", a indiqué Mme Edwards. Selon elle, "le risque qu'il soit placé à l'isolement de façon prolongée malgré son état de santé mentale précaire, et que sa condamnation puisse être disproportionnée soulève la question de savoir si l'extradition de M. Assange vers les Etats-Unis serait compatible avec les obligations internationales du Royaume-uni en matière de droits humains".

Dans un communiqué commun jeudi, les fédérations internationale et européenne des journalistes ont fait valoir que "les poursuites en cours contre Julian Assange compromettent la liberté de la presse partout dans le monde".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions