13/02 10:31

Le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou appelle les contrôleurs à "réfléchir" et "bien prendre la dimension" des concessions faites par la direction avant de mettre à exécution leur menace de grève ce week-end - Regardez

Le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou a appelé mardi les contrôleurs à "réfléchir" et "bien prendre la dimension" des concessions faites par la direction avant de mettre à exécution leur menace de grève en plein week-end des vacances scolaires.

"On augmente l'emploi, on augmente les salaires, on propose une plateforme de progrès social, je ne vois pas bien pourquoi en réponse on aurait une perturbation pour les Français qui veulent partir en vacances", a estimé M. Farandou sur RTL.

"Je les appelle à réfléchir, à bien prendre la dimension des avancées qui ont été faites, elles sont sérieuses, elles sont solides, elles sont cohérentes. Et je le redis, on est prêt à traiter toutes les revendications, mais dans un processus à froid", a-t-il martelé.

La CGT et Sud-Rail appellent à la grève le week-end du 17-18 février, au milieu des vacances scolaires de la zone C (Ile-de-France) et au début de celles de la zone A (Bordeaux, Lyon, Grenoble...), l'Unsa n'ayant pour sa part pas déposé de préavis et la CFDT-Cheminots levé le sien.

Pour tenter d'éviter le mouvement, la direction a décidé du versement d'une prime supplémentaire de 400 euros en mars pour les cheminots, revalorisé l'indemnité de résidence pour les salariés habitant là où le marché immobilier est en tension, consenti à 3.000 promotions supplémentaires, décidé la création de 1.100 emplois supplémentaires, dont 200 contrôleurs, a égrené Jean-Pierre Farandou.

Les revendications liées à la prime au travail des contrôleurs et la cessation progressive d'activité doivent être selon lui traitées "à froid". "C'est compliqué de dire oui à tout, parce que c'est aussi le rôle de patron de dire ce qui est possible et ce qui ne l'est pas", a ajouté M. Farandou.

Il a notamment insisté sur le besoin de "cohérence sociale" entre les différents métiers au sein du groupe, estimant que "ce n'est pas parce que on a la capacité de gêner les Français qu'on devrait obtenir plus".

A l'approche d'un week-end perturbé dans les gares, "je regrette vraiment que la SNCF ne puisse pas être complètement au rendez vous", a-t-il affirmé, promettant que "toutes les villes seront desservies". "Si aujourd'hui j'arrive à convaincre un contrôleur de ne pas faire grève, c'est 500 Français de plus qui peuvent partir en vacances", a-t-il expliqué. La SNCF doit communiquer son plan de circulation mercredi matin.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions