06/02 12:00

Un Airbus de la compagnie Easyjet, avec 157 passagers à bord, s’est retrouvé dangereusement près de la surface du lac Léman lors de son approche de l’aéroport de Genève Cointrin le 5 novembre dernier

Un Airbus de la compagnie Easyjet, avec 157 passagers à bord, s’est retrouvé dangereusement près de la surface du lac Léman lors de son approche de l’aéroport de Genève Cointrin le 5 novembre dernier, révèle mardi le quotidien la Tribune de Genève.

Pour une raison encore inexpliquée, l’Airbus A320 Neo immatriculé G-UZLO, qui reliait Edimbourg en Ecosse à Genève s’est retrouvé à quelque 230 mètres (750 pieds environ) de la surface de l’eau à un endroit où son altitude aurait dû être plus de trois fois supérieure, indique le quotidien.

« Lors de l’approche de la piste 22, l’avion est descendu nettement en dessous de l’alignement de descente et l’équipage de conduite a entamé une remise des gaz », confirme le Service suisse d’enquête de sécurité (SESE) - l’autorité chargée de mener des enquêtes sur les accidents et incidents survenant notamment dans le domaine de l’aviation civile - dans un rapport dit de première information très succinct publié le 16 janvier.

Easyjet est une compagnie low-cost créée en 1995 et elle n’a jamais connu de crash. L’aéroport de Genève est un des principaux hub de l’entreprise, qui est la deuxième compagnie low-cost d’Europe, derrière Ryanair. Selon la Tribune de Genève, la tour de contrôle de l’aéroport de Genève Cointrin a alerté l’équipage en même temps que celui-ci était aussi averti de l’altitude trop faible par le système d’alerte du bord.

Arguant que l’enquête est en cours, Easyjet interrogée par l’AFP n’a pas voulu entrer dans les détails, mais a indiqué que « nous pouvons ainsi uniquement confirmer que les pilotes du vol d’Édimbourg à Genève le 5 novembre 2023 ont effectué une remise des gaz conforme aux procédures de sécurité, et que le vol a ensuite atterri en toute sécurité. »

Pour l’heure, il n’y a pas d’explication au fait que l’avion volait beaucoup trop bas, mais un pilote et un ancien contrôleur aérien, ayant souhaité conserver l’anonymat et interrogés par le journal, semblent pointer du doigt l’erreur humaine.

« Je ne sais pas ce qu’il s’est passé dans le cockpit ce jour-là, mais c’est là que doit se trouver la clé de l’explication », analyse le pilote interrogé par la Tribune de Genève.

Les spécificités géographiques genevoises et l’approche attribuée à l’avion en provenance d’Ecosse pourraient avoir joué un rôle dans l’incident, parce qu’elle demande aux équipages d’amorcer une descente rapide après avoir passé le Jura, souligne le quotidien.

« Nous allons toujours soutenir les enquêtes de sécurité conformément aux procédures afin d’avoir une compréhension complète des événements passés et d’agir en conséquence si besoin », ajoute la compagnie, précisant que « chez Easyjet, la sécurité et le bien-être de nos passagers ainsi que de notre équipage sont toujours notre priorité absolue. »

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Beguin
6/février/2024 - 19h55

Le contrôle  des pilotes devraient  être drastique