13/12 07:16

Un campement insalubre du nord-est de Paris a été évacué par les autorités et cent migrants ont été mis à l'abri, après avoir refusé pour la plupart d'être envoyés en province

Un campement insalubre du nord-est de Paris a été évacué par les autorités et cent migrants ont été mis à l'abri, après avoir refusé pour la plupart d'être envoyés en province, ont indiqué associations et préfectures. Au petit matin, les tentes et les matelas à même le sol qui composaient ce camp de fortune sous un pont le long du canal de l'Ourcq et près du boulevard périphérique, dans le 19e arrondissement de la capitale, ont été retirés lors de l'opération, selon les photos diffusées sur les réseaux sociaux par le Collectif accès au droit, regroupant plusieurs organisations d'aide aux exilés à la rue.

«Environ 80 personnes ont refusé d'être orientées en régions compte tenu de leurs attaches en Île-de-France» et bénéficieront d'une «prise en charge d'une semaine seulement» en région parisienne, a indiqué le collectif sur X (ex-Twitter).

«100 personnes ont été prises en charge et orientées vers des structures d'accueil temporaires», a confirmé la préfecture de la région d'Île-de-France (Prif), en charge de ces opérations, dans un communiqué commun avec la préfecture de police de Paris.

Parmi ces personnes, seize ont finalement accepté d'être transférées vers «le sas de Strasbourg» et 84 autres ont été placées dans un centre d'accueil en région parisienne, a indiqué à l'AFP Paul Alauzy, responsable du sujet chez Médecins du monde, ONG qui intervenait sur ce site.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
13/décembre/2023 - 12h56

Ce qui est dingue c'est qu'ils se permettent d'être sélectifs sur leur région d'hébergement...