27/11 12:02

Après celui d’Eric Dupond-Moretti, le procès d’un autre membre du gouvernement en exercice s’ouvre aujourd’hui: Le ministre du Travail Olivier Dussopt est appelé à s’expliquer sur des soupçons de favoritisme

Après celui d’Éric Dupond-Moretti, le procès d’un autre membre du gouvernement en exercice s’ouvre lundi: celui d’Olivier Dussopt, appelé à s’expliquer sur des soupçons de favoritisme dans un marché public passé en 2009, qu’il conteste.

Le ministre du Travail est cité à comparaître (jusqu’à jeudi) devant le tribunal correctionnel de Paris pour communication d’informations privilégiées concernant un appel d’offres, au profit du groupe de traitement de l’eau Saur, lorsqu’il était député et maire PS d’Annonay (Ardèche).

Il est aussi soupçonné d’avoir fait modifier les critères d’évaluation de cet appel d’offres, portant sur un marché de 5,6 millions d’euros, en diminuant l’importance accordée au prix afin de favoriser cette société, détentrice d’une délégation de service public pour gérer l’eau de la commune depuis 1994 mais plus chère que les entreprises concurrentes.

L’affaire avait débuté par un article de Mediapart, en mai 2020, révélant qu’un dirigeant local de la Saur avait offert à l’élu ardéchois deux lithographies du peintre Gérard Garouste, en 2017, alors qu’un nouveau contrat était sur le point d’être conclu entre Annonay et cette entreprise.

Le parquet national financier (PNF) avait ouvert une enquête préliminaire pour favoritisme, mais également corruption, prise illégale d’intérêt, complicité et recel de ces délits.

Ces derniers griefs ont été classés sans suite: les lithographies se sont révélées de faible valeur - quelques centaines d’euros -, le cadeau est apparu comme une initiative non sollicitée et Olivier Dussopt n’est pas intervenu dans le processus d’attribution du marché de 2017, a précisé une source judiciaire.

En revanche, une perquisition en août 2020 au domicile ardéchois du député-maire avait permis de saisir le compte-rendu d’un entretien avec le directeur général de la Saur Olivier Brousse, en juillet 2009, évoquant le montant du marché et les critères de l’appel d’offres, et un mail de l’élu envoyé trois semaines après à ses services, demandant de faire évoluer plusieurs de ces critères.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de LEON
28/novembre/2023 - 11h37

ça marque mal , pour un président qui avait promis en 2017 une République exemplaire ...

Portrait de Lotus14
27/novembre/2023 - 15h00

Existe-t-il des gens honnêtes  dans nos Elus !!! 

L'argent est facile !!!!!

Portrait de COLIN33
27/novembre/2023 - 13h24 - depuis l'application mobile

Avec sa tête de
" chien battu " il cache bien son jeu, DEHORS , même si il est trop tard après la réforme des retraites qu'il a fait voter avec l'appui de Borne et son 49.3, ils n'ont pas d'inquiétude sur leur fin de mois tout ces profiteurs et encore moins sur leur retraite