23/11 15:45

Israël/Hamas - Le Qatar annonce que la trêve et la libération d'otages débuteront demain - Israël dit avoir "reçu une première liste" des personnes qui seront libérées à 16h

16h05: Le Bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a indiqué disposer d'une "première liste de noms" d'otages et être en lien avec leurs familles, alors que la trêve avec le Hamas et la première vague de libération débuteront vendredi.

"Israël confirme avoir reçu une première liste de noms. Les responsables vérifient les détails de la liste et sont en contact avec toutes les familles", a-t-il déclaré. Il n'a pas précisé s'il parlait de tous les otages, de toutes les personnes libérables ou des premiers potentiellement concernés vendredi.

15h44: Le Hamas confirme que la trêve avec Israël débutera demain à 7 heures (6 heures, heure de Paris), dans un communiqué. Cette trêve entre Israël et le Hamas "durera quatre jours à compter de vendredi matin et comprend un arrêt complet des activités militaires", précise le communiqué. Pendant cette période, "50 prisonniers sionistes [otages israéliens] femmes et enfants de moins de 19 ans seront libérés", détaille le texte, en contrepartie pour chacun d'entre eux de la libération de "trois prisonniers palestiniens, femmes et enfants".

15h27: La trêve et la libération d'otages débuteront demain, a affirmé le Qatar. "La liste des otages qui seront libérés a été remise aux services de renseignement israéliens", indique sur X le porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères.

"Le premier lot d'otages sera libéré de Gaza à 16 heures le vendredi 24 novembre", est-il également indiqué sur X.

"La pause humanitaire débutera à 7 heures [6 heures, heure de Paris] vendredi (...) et le premier groupe de civils otages sera libéré aux alentours de 16 heures [15 heures, heure de Paris] le même jour", a annoncé le porte-parole du ministère qatari des Affaires étrangères, en précisant que 13 femmes et enfants seront libérés.

 

 

 

13h57: La France a appelé jeudi « à la pleine mise en oeuvre » de l'accord entre Israël et le Hamas sur la libération de 50 otages en échange d'une trêve humanitaire et d'échange de prisonniers palestiniens, et ce « sans délai supplémentaire ». Paris exhorte une nouvelle fois à « la libération immédiate de tous les otages », a déclaré Anne-Claire Legendre, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

« Nous appelons à ce que les termes de cet accord soient intégralement respectés », a-t-elle également dit, soulignant combien l'attente pour les familles des otages était « cruelle et insoutenable ».

11h58: Le président iranien Ebrahim Raïssi, soutien du Hamas et dont le pays ne reconnaît pas Israël, a pour sa part estimé que "le cessez-le-feu temporaire" était "une grande victoire" du mouvement islamiste. Le porte-parole des Affaires étrangères du Qatar, Majed Al-Ansari, avait indiqué que 50 otages devraient être libérés en quatre jours de trêve. L'accord ne prévoit pas la libération de militaires enlevés.

11h27: Un chef de service de l’hôpital al-Chifa, à Gaza, a annoncé l’arrestation du directeur de l’établissement, actuellement sous contrôle de l’armée israélienne qui dit y chercher des installations militaires du Hamas. « Le docteur Mohammed Abou Salmiya a été arrêté », a indiqué à l’AFP le Dr. Khaled Abou Samra. « Deux infirmiers ont été arrêtés ainsi qu’un autre médecin », a précisé pour sa part un responsable du ministère de la Santé du mouvement islamiste palestinien.

Al-Chifa a été un temps présenté par Israël comme le principal centre de commandement des opérations du Hamas dans la bande de Gaza. Depuis des jours, ses soldats fouillent pièce par pièce l’établissement, le plus grand du petit territoire palestinien. Plusieurs médecins ont raconté à l’AFP avoir été personnellement emmenés par des soldats israéliens lors de ces fouilles, généralement conclues par la mise à feu d’explosifs dans les rez-de-chaussée et souterrains de l’hôpital.

Les images de l’évacuation d’Al-Chifa le 18 novembre avaient fait le tour du monde. Plus de 2.300 patients, personnels et déplacés y étaient rassemblés avant de devoir en partir dans des conditions dramatiques, à l’exception des malades et blessés intransportables.

Des bébés prématurés, notamment, n’avaient pas pu en être immédiatement extraits et avaient fait l’objet d’une opération particulière le lendemain pour être emmenés en Egypte.

Le docteur Abou Salmiya, dont le lieu de détention n’était pas connu jeudi, avait raconté à l’AFP avoir reçu un « ordre » d’évacuation de son hôpital. L’armée israélienne assurait pour sa part l’avoir évacué en réponse à une « requête » du chef d’établissement.

09h57: Le point sur la situation ce matin

L'accord de trêve entre Israël et le Hamas prévoyant la libération de 50 otages en échange de 150 prisonniers palestiniens n'entrera pas en vigueur avant vendredi, ont annoncé jeudi des responsables israéliens sur fond de poursuite des combats dans la bande de Gaza.

Après le feu vert du gouvernement israélien et l'accord du Hamas, le Qatar avait annoncé mercredi le "succès" de sa médiation pour une trêve renouvelable de quatre jours dans les combats, doublée d'un échange d'otages et de prisonniers. Des médias et des responsables avaient affirmé que la trêve entrerait en vigueur, un responsable du Hamas disant s'attendre ce jour-là à "un premier échange de 10 otages contre 30 prisonniers.

Mais le chef du Conseil national de la sécurité israélien, Tzachi Hanegbi, a déclaré dans la nuit que la libération des otages n'interviendra "pas avant vendredi" et que les négociations "se poursuivent sans cesse", sans épiloguer sur les dernières tractations en cours. Par conséquent, il n'y aura "pas de pause" dans les combats jeudi, a indiqué dans la foulée à l'AFP un responsable israélien. Dans la nuit, l'agence de presse palestinienne Wafa a fait état de frappes israéliennes ayant fait des "dizaines" de morts dans différents secteurs de la bande de Gaza.

Le président américain Joe Biden a discuté séparément avec l'émir du Qatar Tamim ben Hamad al-Thani, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, Washington était impliqué dans la médiation avec Doha et Le Caire. Selon la Maison Blanche, MM. Biden et al-Thani se sont engagés "à rester en contact étroit jusqu'à ce que l'accord soit pleinement mis en oeuvre".

07h42 : Un responsable israélien, cité par le site Ynet, a affirmé que Jérusalem estime que l'accord n'est pas en danger. "Les retards sont entre le Qatar et le Hamas, et cela n'a aucun rapport avec l'accord avec Israël". D'autres sources israéliennes assurent que l'accord est retardé en raison de problèmes techniques qui ne sont pas susceptibles de faire échouer l'accord.

07h03: Tsahal a indiqué avoir attaqué par voie aérienne environ 300 cibles terroristes du Hamas au cours de la dernière journée, notamment des quartiers généraux opérationnels, des tunnels de combat souterrains, des dépôts d'armes, des sites de production d'armes et des positions de lancement de missiles anti-tank.

Dans la région de Jabaliya, un drone israélien a bombardé des terroristes se déplaçant vers les forces de Tsahal avec des armes. L'armée a ajouté que lors de combats dans le nord de la bande de Gaza, plusieurs cellules terroristes ont été éliminées et des entrées de tunnels ont été découvertes, notamment dans une maison et une mosquée.

06h22: Aucun otage israélien aux mains du Hamas ne sera libéré avant vendredi, a annoncé le chef du Conseil national de la sécurité israélien mercredi soir. Il n'y aura pas non plus de trêve dans les combats avant vendredi, contrairement à ce qu'avaient annoncé initialement les protagonistes, a indiqué à l'AFP un responsable israélien Israël avait donné son feu vert, dans la nuit de mardi à mercredi, à un accord visant à obtenir la libération de 50 otages aux mains du Hamas en échange de prisonniers palestiniens et d'une trêve de quatre jours dans la bande de Gaza.

06h12: La porte-parole de la Maison blanche Adrienne Watson a dit que les derniers détails logistiques relatif à la libération étaient en train d'être réglés. "C'est en bonne voie et nous avons bon espoir que la mise en œuvre (de l'accord) débutera vendredi matin", a-t-elle expliqué. Selon la radio publique israélienne Kan, citant sans le nommer un responsable israélien, ce retard de 24 heures est dû au fait que ni le Hamas ni le Qatar, qui a mené les efforts de médiation, n'ont signé l'accord. Le responsable s'est dit optimiste quant au fait que l'accord soit mis en œuvre une fois signé.

"Personne, à part les médias, n'a dit qu'il y aurait une libération jeudi... Nous avons dû préciser qu'aucune libération n'était prévue avant vendredi en raison de l'incertitude à laquelle sont confrontées les familles des otages", a rapporté Kan, citant une source au sein du bureau du Premier ministre israélien. Les médias israéliens, citant sans les nommer des responsables, ont rapporté que la pause dans les combats ne débuterait pas avant vendredi.

06h01: Le gouvernement fédéral suisse a décidé d'interdire le mouvement islamiste palestinien Hamas par le biais d'une proposition de loi soumise au parlement, a-t-il indiqué, dans un communiqué. Le Conseil fédéral (gouvernement) "a décidé d’élaborer une loi propre visant à interdire le Hamas. Il estime que cette option est la meilleure solution pour répondre à la situation prévalant depuis le 7 octobre au Proche-Orient" et les attaques sans précédent du mouvement islamiste sur le territoire israélien.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Le Bisounours
23/novembre/2023 - 21h51
Dalors a écrit :

Rappelons qu’une bonne partie de ces otages sont des colons qui se sont installés dans des maisons volées aux palestiniens et sur les frontières cis jordaniennes. 

Rappellons aussi que selon les témoignages des survivants dans les journaux israéliens l’armée israélienne tirait sur ces civils israéliens le 7 octobre.

Rappelons aussi que l’armée israélienne a tué plusieurs de ces otages à gaza avec ses bombardements indiscriminés.

Et rappelons enfin que les otages libérés disent qu’ils ont été bien traités.  

moins de source stp

Portrait de vixen87
23/novembre/2023 - 15h55

Même si une bonne partie s'en fiche qu'on libère les otages, c'est une très bonne nouvelle.

Quand je vois avant la place que prenait les otages dans les médias français avant.

Et aujourd'hui, on arrache les affiches avec les portraits des otages car c'est de la "propagande".

Va peut être falloir qu'on se pose des questions à un moment.