16/11 16:31

Le gouvernement travaille à la mise en place d’un "fonds d’urgence exceptionnel" pour les habitants sinistrés en Bretagne suite au passage des tempêtes Ciaran et Domingos - Regardez

Le gouvernement « travaille » à la mise en place d’un « fonds d’urgence exceptionnel » pour les habitants sinistrés en Bretagne suite au passage des tempêtes Ciaran et Domingos, qui ne bénéficient pas du régime de catastrophe naturelle, a annoncé jeudi le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu.

Un total de 181 communes dans le Pas-de-Calais et de 24 dans le Nord ont déjà été reconnues mercredi en état de catastrophe naturelle après les crues et inondations de ces derniers jours. « On parle énormément du Pas-de-Calais mais je n’oublie pas qu’il y a eu quelques jours auparavant une tempête en Bretagne, avec des habitants qui n’ont pas droit aux règles de catastrophe naturelle », a souligné le ministre sur France 2.

Il a en effet rappelé qu’en termes d’assurances, « un cyclone c’est une catastrophe naturelle; une inondation c’est une catastrophe naturelle; une tempête c’est pas une catastrophe naturelle », évoquant des grilles inadaptées au dérèglement climatique. « On est en train de travailler sur la totalité des événements climatiques pour revoir la grille des catastrophes naturelles, la manière dont on les prend en charge, nos règles ne sont pas adaptées au dérèglement climatique », a déclaré M. Béchu.

Le ministre a annoncé qu’« à la demande du président de la République, nous travaillons en ce moment-même à la mise en place d’un fond d’urgence et de solidarité qui permettra d’accompagner de façon exceptionnelle ceux qui en Bretagne ont été touchés par les tempêtes Ciaran et Domingos ».

« On est en train de dimensionner (l’enveloppe, NDLR) avec le préfet de région, il n’est pas question qu’on abandonne » les personnes sinistrées, et « dans les prochains heures on aura l’occasion de préciser ce dispositif », a poursuivi Christophe Béchu.

Concernant les assureurs, il a estimé qu’« on ne peut pas être dans une situation, quand on a un tel niveau de détresse, qui consiste à appliquer les petites lignes en italique qui sont écrites en bas des contrat, on a besoin d’une forme de compassion et d’urgence pour l’accompagnement ».

Mercredi, le gouvernement a annoncé que pour les agriculteurs ayant subi les inondations dans les Hauts-de-France mais aussi en Bretagne et Normandie, un autre fonds, de 80 millions d’euros, serait activé.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de kuwabara
16/novembre/2023 - 18h59

je sens qu c est encore moi qui va payer la note..et vous..

faut surtout obliger les assurances d indemniser les gens !! une tempete c est pas une catastrophe naturelle ..ben non//des vent a plus d e200kmh..