09/11 13:31

Les menaces et évacuations se multiplient cette semaine dans les lycées de Grenoble avec au moins 26 alertes à la bombe en deux jours - Un adolescent de 14 ans a été interpellé

Au moins 26 alertes à la bombe en deux jours, après de premières vagues avant les vacances: les menaces et évacuations se multiplient cette semaine dans les lycées de Grenoble, au grand dam du corps enseignant et des autorités. Un adolescent de 14 ans a été interpellé mardi après des appels menaçants à son lycée au sud de Grenoble mais les auteurs des autres alertes restent pour l’heure inconnus, selon un communiqué du parquet de Grenoble, mercredi soir.

Seize établissements mercredi et dix mardi ont dû être évacués après la réception d’e-mails menaçants, pour certains plusieurs fois dans la même journée, a indiqué à l’AFP le rectorat de l’académie de Grenoble. Les alertes à la bombe infondées foisonnent depuis septembre dans l’ensemble du pays, mais rarement avec une telle intensité, qui perturbe les cours dans toute l’agglomération grenobloise.

« Il y a parmi les enseignants à la fois un ras-le-bol de ces messages dont on sait pertinemment que c’est bidon (...) et une prise au sérieux de la menace » avec son lot d’inquiétudes, observe François Lecointe, secrétaire général Snes-FSU de Grenoble.

Mardi, un adolescent de 14 ans a été arrêté et placé en garde à vue par les gendarmes après plusieurs alertes à la bombe en matinée à son lycée, l’établissement Portes de l’Oisans à Vizille, au sud de Grenoble, dont les 1.300 élèves ont été évacués après ces appels, selon le parquet de la ville.

Repéré par sa ligne téléphonique, « le mineur a reconnu les faits (...) sans pour autant les expliquer », explique-t-il dans un communiqué, ajoutant que l’adolescent avait fait l’objet d’« une mesure éducative judiciaire provisoire comprenant un suivi par un éducateur » jusqu’à sa comparution devant le tribunal pour enfants le 9 janvier prochain.

La préfecture de l’Isère ne communique pas de détails afin « de ne pas encourager » des curieux. Dans un communiqué diffusé mercredi avec le parquet de Grenoble, elle rappelle que « tous les appels à la bombe font l’objet d’enquêtes systématiques » et que les auteurs « majeurs ou mineurs » seront poursuivis. Ils sont « en cours d’identification », d’après ce communiqué.



 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de tony355
9/novembre/2023 - 14h00

faut reconnaitre qu'avec mr piolle la ville de grenoble est sortie de l'endormissement et de l'anonymat mediatique.

technique du buzz permanent, grenoble est devenue superstar de l'attention.

la realité comme le naturel reviennent toujours au galop,la chute sera d'autant plus dure.

(pour les grenoblois bien sur)