06/11 14:26

Après son interview hier dans "Sept à Huit" sur TF1, le nom de celui qui a "harcelé le Ministre Gabriel Attal pendant des années" a été révélé... et il s'agit d'une personnalité médiatique connue du grand pubic !

Le ministre de l'Education Gabriel Attal, qui a fait de la lutte contre le harcèlement scolaire l'une de ses priorités, a raconté hier, pour la première fois avoir lui-même subi "un déferlement d'insultes et d'injures" à "la fin du collège". "J'étais à la fin du collège, j'avais 14, 15 ans. C'était un élève de l'établissement qui avait ouvert ce site sur lequel il fallait mettre des commentaires sur le physique des élèves", a expliqué le ministre dans l'émission "Sept à Huit" sur TF1.

"Et moi, à cette occasion, j'ai vécu un déferlement d'insultes et d'injures. Ca a duré plusieurs mois et ça a été très violent", a-t-il décrit. " "Je suis allé au cinéma avec une fille de l’établissement. C’est une fille que j’aimais bien et je me souviens que ce jour-là, cet élève m’a dit : Je vais te détruire. C’est ce qu’il a cherché à faire derrière.

Les commentaires qui étaient postés [sur le site], c'était 'pédale, tafiole, tarlouze', donc je pense que c'était sur une orientation sexuelle supposée à l'époque puisque je n'en parlais pas autour de moi", a poursuivi le ministre de 34 ans, qui a fait sa scolarité dans la réputée École alsacienne à Paris.

A aucun moment au cours de l'interview, le nom de son harceleur n'a été dévoilé. Comme le rapporte Le Parisien, cet harceleur est pourtant une personnalité connue du grand public : il s'agit de l’avocat Juan Branco. Ce dernier a publié, en 2019, un ouvrage intitulé "Crépuscule" dans lequel il révélait par ailleurs l'homosexualité de l'homme politique, alors que celui-ci n'en avait jamais parlé.

Sur son compte X, Juan Branco, s'est visiblement reconnu dans la description du harceleur faite sur TF1 par le Ministre et il a réagi sur les réseaux sociaux et il raconte une histoire très différente de celle du ministre :

"Gabriel Attal vient de monter une opération de victimisation sur TF1 avec son amie Mimi Marchand pour tenter de donner un vernis de légitimité à son plan de communication sur le harcèlement", débute-t-il en affirmant que "Gabriel Attal n'a jamais été harcelé. Gaby était en fait un des plus violents camarades de classe que l'on puisse imaginer".

Dans un autre message, Juan Branco ajoute : "Quinze minutes d'instrumentalisation d'un sujet sensible, essentiel, celui du harcèlement, au profit de l'exposition sans pudeur et sans contradiction d'une intimité déformée, dont dix minutes à parler d'une personne que l'on dit obsédée par soi".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bigpower
7/novembre/2023 - 07h34
stbx00 a écrit :

Et certains ont l'insulte facile mais sans se renseigner un minimum.

Pour avoir lu "Crépuscule" jusqu'au bout (en me forçant c'est vrai) et à la lecture du tweet de Juan Branco il est assez facile de se faire une idée de la réalité. 

Son bouquin transpire littéralement la haine et la jalousie. Quant à ses explications visant à prouver qu'Attal ment concernant les insultes homophobes puisqu'il ne l'était pas encore au lycée et allait avec une fille au cinéma, c'est juste totalement ridicule.

J'ai déjà entendu des moqueries homophobes envers des ados qui ne savaient probablement pas encore eux même quelle serait leur orientation...

Même si je n'apprécie pas particulièrement G. Attal, je crois bien plus sa version des faits que celle de de J. Branco...

Mais en parlant d'ordure, je ne parlais pas de Gabriel Attal !   smiley

Portrait de cineberry
6/novembre/2023 - 19h53
stbx00 a écrit :

Et certains ont l'insulte facile mais sans se renseigner un minimum.

Pour avoir lu "Crépuscule" jusqu'au bout (en me forçant c'est vrai) et à la lecture du tweet de Juan Branco il est assez facile de se faire une idée de la réalité. 

Son bouquin transpire littéralement la haine et la jalousie. Quant à ses explications visant à prouver qu'Attal ment concernant les insultes homophobes puisqu'il ne l'était pas encore au lycée et allait avec une fille au cinéma, c'est juste totalement ridicule.

J'ai déjà entendu des moqueries homophobes envers des ados qui ne savaient probablement pas encore eux même quelle serait leur orientation...

Même si je n'apprécie pas particulièrement G. Attal, je crois bien plus sa version des faits que celle de de J. Branco...

Vous croyez bien plus la version des faits de Gabriel Attal que celle de Juan Branco alors qu'aucun des deux n'avance la moindre preuve. Je ne sais pas si l'honnêteté en sortira grandie...

Portrait de Decenale
6/novembre/2023 - 17h07

C'est comme Louis Boyard qui se ventait d'avoir poussé au suicide un petit asiatique. Tous ces harceleurs finissent chez LFI

Portrait de nina83
6/novembre/2023 - 16h22

Et maintenant Branco se victimise, tellement plus facile.....

Portrait de stbx00
6/novembre/2023 - 16h08
Bigpower a écrit :

Comme quoi certains sont des ordures depuis leur plus tendre enfance...

Et certains ont l'insulte facile mais sans se renseigner un minimum.

Pour avoir lu "Crépuscule" jusqu'au bout (en me forçant c'est vrai) et à la lecture du tweet de Juan Branco il est assez facile de se faire une idée de la réalité. 

Son bouquin transpire littéralement la haine et la jalousie. Quant à ses explications visant à prouver qu'Attal ment concernant les insultes homophobes puisqu'il ne l'était pas encore au lycée et allait avec une fille au cinéma, c'est juste totalement ridicule.

J'ai déjà entendu des moqueries homophobes envers des ados qui ne savaient probablement pas encore eux même quelle serait leur orientation...

Même si je n'apprécie pas particulièrement G. Attal, je crois bien plus sa version des faits que celle de de J. Branco...

Portrait de Bigpower
6/novembre/2023 - 15h20

Comme quoi certains sont des ordures depuis leur plus tendre enfance...

Portrait de GLGD
6/novembre/2023 - 15h04

Quelle surprise, un gauchiste qui pratique l'opposé de ses prétendues valeurs.

Nous connaissions déjà les "gardiens de la République" LFI qui sont antisémites et collabos avec les forces d'invasion étrangères.