13/10 15:04

Chine : Un employé de l'ambassade israélienne poignardé à Pékin et transporté à l'hôpital, où il se trouvait dans un état «stable» (Attention images de l'agression très violentes)

Un employé de l'ambassade d'Israël en Chine a été agressé vendredi à Pékin et transporté à l'hôpital, où il se trouvait dans un état « stable », a annoncé le ministère israélien des Affaires étrangères. « Un employé israélien de l'ambassade israélienne à Pékin a été agressé aujourd'hui », selon un communiqué de la diplomatie israélienne.

« L'employé est soigné à l'hôpital et est dans un état stable », a-t-on ajouté de même source. Le ministère a précisé que l'agression n'était pas survenue sur le site de l'ambassade et que « le motif de l'attaque (était) en cours d'étude ». L'ambassadeur américain en Chine Nicholas Burns s'est dit « choqué » par cette agression et a apporté son « plein soutien » à la communauté israélienne dans le pays.

« Nous sommes choqués par l'attaque aujourd'hui contre un diplomate israélien à Pékin », a-t-il indiqué sur le réseau X, ajoutant s'être entretenu avec l'ambassadrice israélienne en Chine, Irit Ben-Abba. Une vidéo postée sur les réseaux sociaux et géolocalisée par l'AFP dans une zone située à un kilomètre et demi de l'ambassade israélienne montre un homme brandir un couteau et poignarder un second homme à plusieurs reprises. Du sang est visible sur la chaussée.

L'agresseur est ensuite vu en train de quitter les lieux, son couteau à la main. Dans une autre vidéo géolocalisée au même endroit, des agents de sécurité interrogent des passants et passent des appels. Un homme arrive ensuite sur un scooter et se fraie un passage jusqu'à la victime, couverte de sang mais consciente et assise.

« Une ambulance ! », crie-t-il aux passants. La victime est alors transportée par plusieurs personnes. On entend un policier sur place dire qu'il vient du commissariat local de Xinyuanli. Contacté, un agent de ce commissariat a dit ne pas avoir de détails sur l'affaire et a renvoyé vers des autorités supérieures. Sur place, un journaliste de l'AFP a dénombré huit agents de police en uniforme, mais le lieu n'était pas bouclé et aucune tache de sang n'était visible sur le sol, contrairement à ce que montraient les vidéos. Trois commerçants situés en face du lieu présumé de l'agression ont dit n'avoir rien vu.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Decenale
13/octobre/2023 - 16h00

On dirait les images du prof à Arras