18/09 07:31

Des partis d'opposition indiens ont décidé de boycotter plusieurs animateurs de télévision qu'ils accusent de propager des discours haineux et de faire preuve de partialité envers le gouvernement

Des partis d'opposition indiens ont décidé de boycotter plusieurs animateurs de télévision qu'ils accusent de propager des discours haineux et de faire preuve de partialité envers le gouvernement nationaliste du Premier ministre Narendra Modi. Militants et groupes de défense des droits humains ont tiré la sonnette d'alarme sur la liberté de la presse en Inde depuis l'arrivée au pouvoir du Bharatiya Janata Party (BJP) de M. Modi en 2014.

Plusieurs opposants politiques ont accusé des émissions de chaînes câblées d'être assujetties à l'agenda du BJP, et notamment de diffuser des sujets clivants sur les minorités musulmane et chrétienne. "Nous ne voulons pas légitimer ces discours emplis de haine qui corrodent notre société", a déclaré jeudi Pawan Khera, porte-parole du parti du Congrès. "Nous ne participerons pas à ces vitrines de la haine", a-t-il dit dans une vidéo.

Le Congrès fait partie d'une alliance de plus d'une vingtaine de partis qui espèrent battre le BJP aux élections de l'année prochaine, pour lesquelles M. Modi est donné largement favori.

Le bloc d'opposition a annoncé que ses membres ne participeraient plus aux émissions de 14 présentateurs, dont certains sont parmi les plus populaires du pays. Les débats enflammés sont légion à la télévision par câble en Inde.

Les partis d'opposition accusent depuis longtemps ces émissions de partialité.

Sudhir Chaudhary, animateur sur la chaîne Aaj Tak et visé par le boycott, a estimé que ces parlementaires s'en prenaient à des présentateurs qui "refusaient de leur lécher les bottes".

Ce boycott "est contraire à l'éthique de la démocratie", a réagi l'Association nationale des diffuseurs d'information (NBDA). "Cela témoigne de leur intolérance et met en péril la liberté de la presse", a-t-elle indiqué dans un communiqué. Les animateurs visés par le boycott "devraient porter (cela) comme un insigne d'honneur", a réagi Amit Malviya, chargé des réseaux sociaux au sein du BJP.

Depuis l'arrivée au pouvoir de Narendra Modi, l'Inde a reculé de 21 places dans le classement mondial de Reporters sans frontières (RSF) sur la liberté de la presse et se situe désormais à la 161e place sur 180 pays.

Les journalistes critiques envers le gouvernement sont parfois emprisonnés et sont fréquemment la cible de campagnes de harcèlement sur les réseaux sociaux par des partisans du BJP, qui s'est imposé comme la force politique dominante en Inde en défendant l'identité hindoue.

Le magnat Gautam Adani, un proche associé du Premier ministre, a pris l'année dernière une part majoritaire dans le radiodiffuseur NDTV, considéré jusque-là comme le dernier grand média critique dans le paysage audiovisuel indien.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions