14/07 14:31

Fake news, intelligence artificielle, concentration des médias seront au coeur des "Etats généraux de l'information", annoncés pour septembre par l'Elysée après un an d'attente

Fake news, intelligence artificielle, concentration des médias seront au coeur des "Etats généraux de l'information", annoncés pour septembre par l'Elysée après un an d'attente, sous la houlette d'un comité indépendant qui rendra ses conclusions d'ici à l'été prochain.

Promesse du candidat Macron, ces états généraux "ne sont pas une réponse à l'actualité", précise à l'AFP Christophe Deloire, de RSF, nommé délégué général du comité.

"C'est un processus qui a une visée de long terme", la "question de l'indépendance de l'information" figurant parmi "beaucoup d'autres questions", dit-il, en pleine crise au JDD.

Qu'importe, la rédaction du journal dominical qui entame sa quatrième semaine de grève, a salué l'annonce dans un communiqué, rappelant avoir interpellé Emmanuel Macron sur le sujet.

Selon l'Elysée, ces travaux visent à trouver de "nouveaux équilibres" dans un paysage médiatique en pleine mutation et dans un contexte de "défiance globale". Ils devront ainsi permettre de proposer des actions concrètes qui pourront se déployer au plan national, européen et international", selon le communiqué de l'exécutif.

Education aux médias, "conditions d'exercice du métier de journaliste", modèle économique et régulation du secteur ou encore "rôle des différents acteurs, sur les ingérences et les manipulations" de l'information seront également au menu, selon le communiqué de l'Elysée.

Le comité de pilotage sera présidé par Bruno Lasserre, président de la Cada (commission d'accès aux documents administratifs) et ancien vice-président du Conseil d'Etat, entouré de quatre autre membres, dont la directrice générale adjointe de La Poste et ancienne dirigeante de presse (Libération, Le Nouvel observateur) Nathalie Collin, la chercheuse Camille François, autrice d'un rapport sur les métavers et l'inspectrice générale des finances Anne Perrot.

Christophe Deloire "officiera à titre personnel comme délégué général" en conservant sa casquette de secrétaire général de Reporters sans frontières, que "cette mission bénévole n'engagera pas", a précisé l'ONG dans un communiqué.

- "transpartisan" -

Le comité travaillera par ailleurs en liaison avec la journaliste philippine Maria Ressa, Prix Nobel de la Paix 2021.

"Il y avait une demande forte", a souligné Christophe Deloire, alors que la ministre de la Culture Rima Abdul Malak avait évoqué il y a un an une ouverture des débats en novembre 2022.

Surtout, le sujet est revenu sur le devant de la scène avec le mouvement des journalistes du JDD, opposés à l'arrivée à leur tête de l'ancien directeur de la rédaction de Valeurs actuelles Geoffroy Lejeune et demandeurs de garanties concernant leur indépendance éditoriale.

De nombreux observateurs voient dans la nomination du journaliste, marqué à l'extrême droite, la main du milliardaire ultra-conservateur Vincent Bolloré, dont le groupe Vivendi doit avaler Lagardère, le propriétaire du JDD.

Dans ce contexte, le sénateur PS David Assouline a déposé mercredi une proposition de loi, soutenue par le groupe socialiste, visant à garantir "l'indépendance des rédactions".

Malgré la polarisation du débat public, la "question de l'indépendance éditoriale" des rédactions et du droit à l'information sont des enjeux majeurs à "droite, au centre et à gauche", insiste Christophe Deloire, insistant sur l'aspect "transpartisan" des états généraux.

Ce processus sera "beaucoup plus large" que les états généraux de la presse lancés en 2008 sous la présidence de Nicolas Sarkozy pour remédier à la crise du secteur, insiste M. Deloire.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Gustave68
14/juillet/2023 - 14h58
"Etats généraux de l'information" = "Élaboration en urgence d'un plan d'action visant à contrer et éliminer l'influence médiatique du milliardaire Bolloré"