11/07 11:46

Une enquête ouverte après la plainte de la militante Europe Écologie-Les Verts (EELV) Claire Monod contre l'inscription sur les listes électorales à Paris de Sandrine Rousseau, qui a ensuite été investie pour les législatives en 2022

Une enquête a été ouverte après la plainte de la militante Europe Écologie-Les Verts (EELV) Claire Monod contre l'inscription sur les listes électorales à Paris de Sandrine Rousseau, qui a ensuite été investie pour les législatives en 2022, a indiqué le parquet.

L'enquête a été ouverte début juin pour inscription indue sur une liste électorale par déclaration frauduleuse ou faux certificat et confiée à la Brigade de répression de la délinquance faite aux personnes, a précisé le parquet, confirmant une information de Paris Match .

«Que la justice fasse son travail. C'est très bien», a réagi auprès de l'AFP Sandrine Rousseau, précisant ne pas avoir été informée de l'ouverture de cette enquête. «En tant qu'élue de la République respectueuse de l'indépendance de la magistrature, notre cliente entend que le parquet puisse procéder à cette enquête dans les meilleures conditions», a précisé l'une de ses avocates, Elodie Tuaillon-Hibon. Me Tuaillon-Hibon a ajouté que la députée «(démentait) fermement les allégations malveillantes portées à son encontre» et «se met à la disposition de la justice et répondra dans ce cadre à toutes les questions qui lui seront posées».

«Nous espérons que l'enquête sera rapide, afin que toute la lumière soit faite sur les conditions de l'élection de Sandrine Rousseau», a souligné Me Jérôme Karsenti, avocat de Claire Monod. Cette enquête fait suite à la plainte déposée mi-juin par la militante écologiste dénonçant «l'inscription indue sur les listes électorales» de Sandrine Rousseau.

La candidature de Claire Monod à l'investiture pour les législatives d'EELV en 2022 avait été rejetée au profit de celle de Sandrine Rousseau, alors que cette dernière «vit, travaille et milite à Lille depuis les années 2000», selon la plainte consultée par l'AFP. Claire Monod, battue aux législatives en 2017, bénéficiait pourtant, selon elle, du soutien des militants du XIIIe arrondissement, où elle vit.

Selon le magazine d'investigation Complément d'enquête de France 2, Sandrine Rousseau a fourni à la mairie du XIIIe arrondissement une attestation d'assurance d'un logement dans lequel elle ne vivait pas le 1er mars 2022, trois jours avant la clôture des inscriptions sur les listes électorales et la validation des investitures par EELV. Ce document a été établi par une connaissance à la demande de Sandrine Rousseau, est-il précisé dans la plainte.

«Il y avait un projet de sous-location parce que c'était un appartement meublé», mais «finalement je me suis installée dans un appartement non meublé parce que la sous-location n'a pas été possible», s'est défendue Sandrine Rousseau dans l'émission. «Comme il y avait une clôture des listes électorales, j'ai misé sur cette sous-location, oui», a-t-elle reconnu. Cette inscription lui a permis de «feindre un ancrage dans le XIIIe arrondissement» et d'être investie par les instances d'EELV, selon la plainte. Sandrine Rousseau a fini par signer mi-avril un bail pour un studio situé dans cet arrondissement.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Marine70
12/juillet/2023 - 03h59 - depuis l'application mobile

cette femme est une véritable incitation à l’homosexualité masculine.

Portrait de Rachelle65
11/juillet/2023 - 17h43

Jean Jacques doit se retourner dans sa tombe en voyant son idiote d'homonymesmiley

Portrait de MICMAH458
11/juillet/2023 - 13h11
Titoon a écrit :

Quand c'est chez l'autoproclamé camp du bien et autre garant de la morale et des bonnes mœurs (chez les autres), cela à toujours une saveur particulièrement croustillante

Tout à fait : c'est très jouissif de voir ces moralisateurs à tous crins, qui n'hésitent pas à sauter sur la moindre occasion pour discréditer celui qui n'est pas de leur avis, se faire finalement prendre la main dans le pot de confiture et démontrer ainsi qu'ils ne font pas mieux que ceux qu'ils dénoncent. 

J'attends aussi avec impatience braun pivet prendre des sanctions contre les quelques députés qui ont participé à la réunion de la famille (du clan, de la secte, de la communauté) traoré, famille notoirement connue pour de nombreuses et multiples infractions, condamnées par ailleurs, et qui ont défilé en-dehors de la Loi alors qu'ils représentent ceux qui justement ont pour fonction de la faire respecter.  Mais je sais par avance que le courage de mme braun pivet est également à géométrie variable.

Portrait de Titoon
11/juillet/2023 - 12h34
MICMAH458 a écrit :

Tricheries, magouilles, passe-droits et autres "petits arrangements entre amis", quoi de plus normal chez tous ces énergumènes qui voient la politique comme une rente à vie.  Mais comment encore s'étonner de ces pratiques ?

Quand c'est chez l'autoproclamé camp du bien et autre garant de la morale et des bonnes mœurs (chez les autres), cela à toujours une saveur particulièrement croustillante

Portrait de MICMAH458
11/juillet/2023 - 12h25

Tricheries, magouilles, passe-droits et autres "petits arrangements entre amis", quoi de plus normal chez tous ces énergumènes qui voient la politique comme une rente à vie.  Mais comment encore s'étonner de ces pratiques ?

Portrait de Titoon
11/juillet/2023 - 12h32

J'ai toujours un plaisir coupable quand je voie les donneurs de leçon de l’extrême gauche se faire prendre aux même magouilles qu'ils sont les premiers à dénoncer chez les autres.

La bonne vieille combine du parachutage dans une circonscription pour avoir un poste de député.

ça se vante d'avoir déconstruit son mari, ça veut nous espionner à domicile afin de savoir si nous partageons correctement des taches ménagère, ça va à des manifs interdites pour soutenir la racaille et les racialistes noire (sont pas d'extrême droite eux bizarrement, hémiplégie intellectuelle quand tu nous tiens).

Mais les combines du patriarcat ya bon quand ils peuvent gratter.

Pour rester dans la même veine, des nouvelles d'Adrien "la gifle"?