26/05/2023 07:31

Des joueuses de l'OL regrettent l'absence de diffuseurs TV dans plusieurs pays d'Europe à l'occasion du Mondial de foot féminin, qui se tiendra cet été en Australie et en Nouvelle-Zélande

Des joueuses de l'OL ont regretté l'absence de diffuseurs TV dans plusieurs pays d'Europe à l'occasion du Mondial de football féminin, qui se tiendra cet été en Australie et en Nouvelle-Zélande, mais espèrent "qu'une solution sera trouvée". "Je pense qu'on va trouver une solution. Il est impossible qu'il n'y ait pas un arrangement de trouvé pour voir les matches à la télévision", a déclaré l'attaquante norvégienne Ada Hegerberg, lors d'une rencontre avec la presse organisée par l'Olympique lyonnais pour permettre aux internationales d'évoquer la Coupe du monde.

"Ce sont les affaires de la Fifa. Elle est la mieux placée pour en parler. J'ai beaucoup entendu le président dire que ce n'était pas assez au niveau financier. Mais est-ce que c'est vraiment toujours une question d'argent ?", a interrogé la joueuse, ballon d'or 2018. "Je sais que c'est très important pour lui mais à un moment donné il faut trouver la solution la meilleure dans l'intérêt de tout le monde car les gens veulent voir la coupe du monde.

En 2019, en France, les audiences ont été énormes. L'envie de voir la coupe du monde est là et maintenant il faut trouver une solution", a-t-elle insisté. De son côté, la défenseure canadienne Vanessa Gilles a estimé qu'il fallait "trouver un juste milieu". "C'est assez compliqué car d'un côté, les diffuseurs doivent faire plus d'efforts, mais d'un autre côté, la Fifa essaie aussi, pour le football féminin, de vendre l'événement à sa juste valeur. Le vendre en dessous de son prix serait, en même temps, desservir la discipline", a-t-elle dit. "C'est un tout, car même pour la D1 française, il n'y a pas de diffuseur, pour le Trophée des Champions non plus, ni même pour les matches de l'équipe de France. Il faut trouver quelqu'un qui investisse en France. La qualité de retransmission du championnat de France a été décevante cette saison avec des matches avec une seule caméra, des gouttes d'eau sur l'écran. J'espère que ce sera mieux la saison prochaine, aussi bien en D1 que pour la Coupe du monde", a ajouté l'internationale canadienne.

"En Allemagne, c'est la même chose qu'en France. Ce n'est pas très bon. J'espère, pour le football féminin, qu'il y aura une diffusion du Mondial, le plus grand tournoi auquel on peut participer, car c'est important que les gens puissent voir les matches afin de prendre part à l'événement", a évoqué pour sa part la milieu Sara Däbritz. La Coupe du monde féminine 2023 de football se tiendra du 20 juillet au 20 août à la fois en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de stbx00
26/mai/2023 - 15h14
spidey81 a écrit :

@stbx00 pour le tennis féminin ça dépend des pays , a Wimbledon ou a l'Open d'Australie par exemple les matchs féminins attirent autant de monde que les hommes que ce soit a 11h ou le soir . après si vous vous contentez de voir que les matchs de Roland Garros diffusés a la télé c'est sûr que ça ne donne pas une bonne image du tennis a la TV . si vous allez sur un court annexe en première semaine vous verrez qu'il y a autant de monde pour un match féminin que masculin.

Désolé mais ce n'est pas vrai. Je suis le tennis depuis bien longtemps et pas simplement Roland Garros parceque j'adore ce sport mais non, que ce soit en GC ou dans les autres tournois, c'est souvent gradins vides dans les premiers tours pour le tennis féminin.

Mais au delà de ça la durée des matchs fait que la donne change pour les spots de pub. On n'en diffuse pas autant dans un match d'1 heure que dans un match de 3 heures... Cette saison c'est bein sport qui diffuse principalement le tennis féminin, c'est à pleurer dans les gradins...

Dans les grands tournois les cours annexes sont un peu l'arbre qui cache la forêt. Les billets coûtent bien moins et on se place là ou on peut. Ca aide à remplir les gradins mais ça ne rapporte rien: Pas de diffusions TV en général donc pas de droits TV ni de recettes publicitaires... 

Portrait de spidey81
26/mai/2023 - 11h17 - depuis l'application mobile
stbx00 a écrit :

On peut retourner le problème dans tous les sens mais les hommes auront toujours un intérêt plus grand pour les sportifs masculins et les femmes ont un intérêt plus limité que les hommes quand il s'agit de regarder du sport...

Vouloir à tout prix mettre les hommes et les femmes sur un pied d'égalité n'est pas crédible. L'exemple du tennis est frappant. Dans pas mal de tournois majeurs les dotations sont maintenant proches voir égales entre les les hommes et les femmes. Pourtant les matchs de femmes jouent souvent dans des enceintes quasi vides et les droits TV sont toujours plus modestes pour les femmes que pour les hommes. Sans parler des recettes publicitaires: Sur les tournois du grand Chelem, on a un paquet de matchs femmes qui se jouent autour d'une heure quand ceux des hommes dépassent les 3 heures. Le nombre de spots diffusés n'a du coup rien à voir et le nombre de téléspectateurs non plus... 

Le sport professionnel est un business. Si la billetterie, les droits TV et les publicités sont moins important d'un côté que de l'autre il devient difficile de prétendre à une égalité des dotations...

@stbx00 pour le tennis féminin ça dépend des pays , a Wimbledon ou a l'Open d'Australie par exemple les matchs féminins attirent autant de monde que les hommes que ce soit a 11h ou le soir . après si vous vous contentez de voir que les matchs de Roland Garros diffusés a la télé c'est sûr que ça ne donne pas une bonne image du tennis a la TV . si vous allez sur un court annexe en première semaine vous verrez qu'il y a autant de monde pour un match féminin que masculin.

Portrait de stbx00
26/mai/2023 - 09h34
Titoon a écrit :

Droit de diffusion surement trop chère et surtout peu d’intérêt pour le football féminin.

C'est un vœux pieu de vouloir absolument mettre en avant tout les sports féminins mais beaucoup n'auront pas de succès car pas de publique.

On peut retourner le problème dans tous les sens mais les hommes auront toujours un intérêt plus grand pour les sportifs masculins et les femmes ont un intérêt plus limité que les hommes quand il s'agit de regarder du sport...

Vouloir à tout prix mettre les hommes et les femmes sur un pied d'égalité n'est pas crédible. L'exemple du tennis est frappant. Dans pas mal de tournois majeurs les dotations sont maintenant proches voir égales entre les les hommes et les femmes. Pourtant les matchs de femmes jouent souvent dans des enceintes quasi vides et les droits TV sont toujours plus modestes pour les femmes que pour les hommes. Sans parler des recettes publicitaires: Sur les tournois du grand Chelem, on a un paquet de matchs femmes qui se jouent autour d'une heure quand ceux des hommes dépassent les 3 heures. Le nombre de spots diffusés n'a du coup rien à voir et le nombre de téléspectateurs non plus... 

Le sport professionnel est un business. Si la billetterie, les droits TV et les publicités sont moins important d'un côté que de l'autre il devient difficile de prétendre à une égalité des dotations...

Portrait de Titoon
26/mai/2023 - 09h23

Droit de diffusion surement trop chère et surtout peu d’intérêt pour le football féminin.

C'est un vœux pieu de vouloir absolument mettre en avant tout les sports féminins mais beaucoup n'auront pas de succès car pas de publique.