10/05/2023 14:01

Renvoi en décembre du procès de la femme qui avait tenté de faire chanter Magali Berdah en menaçant de donner des enregistrements au rappeur Booba si elle ne recevait pas 35.000 euros

Le procès à Paris d'une femme belge qui devait être jugée aujourd'hui pour tentative de chantage sur Magali Berdah a été renvoyé en décembre, la prévenue se voyant imposer une interdiction de contact avec cette fondatrice d'une agence d'influenceurs jusqu'à l'audience.

Le procès était attendu comme "le début des vérités" selon les mots à l'AFP de Magali Berdah, fondatrice de l'agence Shauna Events, spécialisée dans la mise en relation entre les marques et les influenceurs.

La femme d'affaires a engagé, depuis un an, une série de procédures devant la justice, déplorant être victime de cyberharcèlement, notamment de la part du rappeur Booba.

"On ne peut pas massacrer les gens comme ça sur les réseaux sociaux, il faut que cela cesse", a-t-elle poursuivi. Soraya S., une Belge de 30 ans, est accusée d'avoir enregistré à son insu une conversation avec Magali Berdah, 41 ans, et de l'avoir ensuite menacée de remettre l'enregistrement à Booba si Mme Berdah ne lui versait pas 35.000 euros.

Placée en garde à vue en septembre, elle devait être jugée mercredi pour tentative de chantage. C'est un "délit connexe" mais "cette affaire est révélatrice de tout ce que la haine en ligne peut entraîner", a commenté Rachel-Flore Pardo, avocate de Mme Berdah.

A la demande de la défense, qui a fait valoir un récent changement d'avocats et la grossesse de Soraya S., qui était absente mercredi à l'audience, le tribunal correctionnel a repoussé le procès au 22 décembre. Mais il a aussi imposé de nouvelles obligations: Soraya S. a désormais interdiction de contact avec Mme Berdah.

Si Soraya S. poste "sur n'importe quel réseau social public" des publications "où l'on s'aperçoit qu'il y a le nom de Mme Berdah, ou l'évocation de Mme Berdah, cela sera considéré comme un contact" et "pourra amener à un placement en détention provisoire", a mis en garde le président du tribunal. "C'est une décision inédite", ont déclaré les avocats de Mme Berdah, Mes Rachel-Flore Pardo, Antonin Gravelin-Rodriguez et David-Olivier Kaminski.

Le tribunal "acte la nécessité de protéger Magali Berdah face aux multiples et graves violences qu'elle subit depuis maintenant 358 jours", ont-ils estimé. "Le tribunal a compris qu'il y avait urgence et qu'il y avait un droit à vivre tranquille", a de son côté réagi Mme Berdah. Me Mathieu Noël, qui défend Soraya S. aux côtés de Jonathan Bellaiche, n'a pas souhaité commenter.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greg1928
10/mai/2023 - 16h13
Rachelle65 a écrit :

Marre de cette conne

Le masochisme c'est venir poster un commentaire sur un article concernant une personne qu'on dit détester smiley

Portrait de Rachelle65
10/mai/2023 - 15h48

Marre de cette conne