13/04/2023 11:46

Les chefs de file des députés socialistes et insoumis, Boris Vallaud et Mathilde Panot, ont demandé un débat à l’Assemblée nationale sur la pétition exigeant la suppression de la BRAV-M

Les chefs de file des députés socialistes et insoumis, Boris Vallaud et Mathilde Panot, ont demandé mercredi un débat à l’Assemblée nationale sur la pétition exigeant la suppression de la BRAV-M, brigade controversée de policiers à motos, dans des courriers à la présidente Yaël Braun-Pivet.

Critiquée pour son recours à la violence en manifestation, la brigade est visée par une pétition citoyenne demandant sa dissolution, estimant que son « action participe de l’augmentation des tensions, y compris à l’encontre des forces de l’ordre ». Signée par près de 264.000 personnes en deux semaines, elle avait toutefois été classée en commission des Lois le 5 avril.

Les députés du camp présidentiel, de la droite et du RN s’était opposés à ce que le contenu de la pétition fasse l’objet d’un débat en séance publique, malgré l’insistance des députés de gauche. Mais le règlement de l’Assemblée (article 149) prévoit dans ce cas de figure une forme de deuxième chance: un député peut demander à la présidence que son contenu soit soumis à un débat. Charge ensuite à la conférence des présidents de statuer sur la requête.

« Il ne s’agirait que d’organiser un débat sur un sujet qui intéresse manifestement nos concitoyens puisqu’ils ont été plus de 260.000 à signer cette pétition », fait valoir Boris Vallaud dans sa missive. « La répression brutale de la mobilisation sociale contre la réforme des retraites a suscité l’indignation de nombreux de nos concitoyens », a argué Mathilde Panot dans son courrier, estimant que la pétition présente « un intérêt particulier à être soumise à notre Assemblée ».

« La représentation nationale ne devrait pas hésiter à se saisir d’un tel sujet, d’interroger le gouvernement et d’en débattre », a encore défendu le député socialiste. Plus mobiles que les compagnies de CRS ou les gendarmes mobiles, les BRAV-M sont des unités de policiers circulant à moto pour le maintien de l’ordre en manifestation à Paris. Leur mission est d’aller au contact des casseurs pour interrompre des dégradations, procéder à des interpellations. Elles sont toutefois décriées pour leurs méthodes d’intervention et sont sous le coup de plusieurs enquêtes judiciaires pour des violences sur des manifestants.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de seb2746
13/avril/2023 - 17h09

Elle ne devrait même être là, le rapport sur le nombre d'intervention et surtout sur les "individus" est hallucinant, +61% de civils désarmés (et 4% de journaliste), à quel moment on peut encore protéger de tels policiers qui ne sont donc là QUE pour faire de la violence sur le peuple Français et pas du tout sur les black-bloc ou personne dangereuse ?

Portrait de fifeur
13/avril/2023 - 17h04

L'extrême gauche se bat contre la répression qui s'abat sur leur branche armée radicale anti-démocratique?