03/04/2023 15:31

L'ancien co-présentateur des "Jeux de 20h", Jean-Pierre Descombes, bouleversant: "Je suis diminué à cause de la maladie de Parkinson. Ma femme ne veut pas qu'on me voit comme ça" - VIDEO

Ce matin, Jean-Pierre Descombes était l'invité de Jordan de Luxe dans "Chez Jordan" sur C8. L'ex-animateur des "Jeux de 20h" s'est confié sur son combat contre la maladie de Parkinson.

"Pendant 10 ans, j’ai essayé de cacher ce problème et puis ça s’est accéléré tous les jours. Lors d'une émission avec Cyril Hanouna, pendant 'La Grande Rigolade', les comprimés que j'avais pris ne faisaient plus d'effet. C'est là que ça s'est révélé et je ne pouvais pas le cacher", a-t-il déclaré.

Et d'ajouter : "Mon problème, c’est que je bouge beaucoup la tête et j’ai des problèmes de marche. Ce qui est très dur dans cette maladie, c’est qu’un jour tout va bien et le lendemain on ne sait pas pourquoi, on est complètement à plat. C’est un peu pénible, mais quand on s’organise, on arrive encore à être dans la vie active".

"Il y a énormément de stades avec cette maladie. Certains tremblent, certains ne peuvent plus parler... La seule méthode pour s'en sortir, c'est d'avoir le courage de vaincre ce Parkinson", a poursuivi Jean-Pierre Descombes en indiquant avoir "réfléchi longuement" avant d'accepté l'invitation de C8.

"Mon entourage m'a dit 'papa ce n’est pas la peine, tout le monde va te voir un petit peu diminué, tu ne devrais peut-être pas le faire'. Ma femme ne voulait pas que je vienne. Mais, j’ai dit 'je veux le faire'. Je me suis accroché et j’ai tenu le coup pour réussir à arriver et avoir le plaisir d’être avec vous", a-t-il déclaré.

"Le problème avec cette maladie, c’est qu’on peut rapidement tomber dans la déprime, quand tout va mal, mais il faut être plus fort que ça. Je m’adresse à tous ceux qui ont Parkinson, il faut résister. Il ne faut pas se laisser faire, le meilleur médicament, c'est dans la tête. Il faut avoir une occupation", a-t-il poursuivi.

Et de conclure : "Mon Parkinson a un petit peu évolué depuis quelques années. Il y a deux ou trois ans, il a pris quand même une vitesse de croisière qui est un peu forte. Je bouge un peu plus. Je suis plus sujet, pas à la déprime, mais je pense que parfois on s'enfonce, et là, je fais tout pour en ressortir. Grâce à mes galas, je gomme pendant quelques heures l’effroyable Parkinson".

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Maître Capello.
3/avril/2023 - 21h43

Vingt francs dans le nourrin pour toi Jean-Pierresmiley

Portrait de nina83
3/avril/2023 - 16h11

C'est triste, mais si c'est lui qui a choisi d'en parler, ça doit lui faire un peu de bien de parler de cette foutue maladie....