03/04/2023 07:31

Le quotidien britannique The Guardian présente ses excuses pour l'implication du fondateur du journal dans l'esclavage, au début du XIXe siècle, et annonce un programme de "justice réparatrice"

Le trust propriétaire du quotidien britannique The Guardian a présenté ses excuses pour l'implication du fondateur du journal dans l'esclavage, au début du XIXe siècle, et annoncé un programme de "justice réparatrice". "Nous présentons nos excuses pour le fait que notre fondateur et ceux qui l'ont financé tiraient leur richesse d'une pratique qui était un crime contre l'humanité", a écrit la rédactrice du chef du journal de gauche.

"Cette terrible histoire doit renforcer notre détermination à utiliser le journalisme pour exposer le racisme, l'injustice et l'inégalité et pour demander des comptes aux puissants", a-t-elle ajouté. Les excuses du propriétaire du journal, le Scott Trust, interviennent après des travaux de recherches indépendants destinés à étudier un éventuel rôle dans l'esclavage de John Edward Taylor, le journaliste et marchand de coton qui a fondé le journal en 1821. Ces recherches se sont aussi penchées sur des hommes d'affaires de Manchester qui ont participé financièrement à la création du Guardian.

Le rapport révèle que John Edward Taylor, "et au moins neuf de ses onze soutiens, avaient des liens avec l'esclavage, principalement à travers l'industrie textile", indique le journal. "Taylor avait des liens multiples à travers des partenariats au sein de l'entreprise manufacturière Oakden & Taylor et du marchand de coton Shuttleworth, Taylor & Co, qui a importé de grandes quantités de coton brut produit par des esclaves aux Amériques". Des chercheurs des universités de Nottingham et de Hull, en Angleterre, ont réussi à identifier des liens entre John Edward Taylor et des plantations en Caroline du sud et en Géorgie après avoir étudié un carnet de factures montrant que Shuttleworth, Taylor & Co recevait du coton de cette région. Un des premiers financiers du Guardian, George Philips, était co-propriétaire d'une plantation en Jamaïque. Dans des documents échangés avec le gouvernement britannique en 1835, il évoquait "son patrimoine humain" qui était de 108 personnes. Le Scott Trust a également présenté ses excuses pour ses "positions éditoriales, à ses débuts, qui ont servi à soutenir l'industrie du coton et donc l'exploitation des esclaves".

Le trust va investir 10 millions de livres sterling (11,4 millions d'euros) dans un programme de justice réparatrice, avec "des millions dédiés spécifiquement aux communautés de descendants liés aux fondateurs du Guardian au XIXe siècle". Le journal a annoncé qu'il allait développer sa couverture des communautés noires au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, dans les Caraïbes, en Amérique du sud et en Afrique. Il prévoit de créer douze nouveaux postes de journaliste dans cet objectif.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
3/avril/2023 - 14h18

"des millions dédiés spécifiquement aux communautés de descendants liés aux fondateurs du Guardian au XIXe siècle"

Ça existe, ça, des communautés de descendants ?

Je peux monter la mienne, pour me faire indemniser de tous ce que mes ancêtres ont subi ?

Portrait de Electro
3/avril/2023 - 08h25

Il y a déjà suffisamment de travail pour s'excuser du comportement de nos dirigeants contemporains.

Et en France, en ce moment, il y a de quoi faire avec le destructeur et ses sbires.