21/03 11:46

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est dit favorable à ce que les prochaines négociations entre les industriels et la grande distribution soient avancées d'un mois - VIDEO

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est dit favorable lundi sur RMC/BFMTV à ce que les prochaines négociations entre les industriels et la grande distribution soient avancées d'un mois. Le ministre a souhaité que "les négociations commerciales entre les industriels et les grands distributeurs rouvrent dès le mois de mai", alors que Bercy les avait jusqu'ici envisagées en juin.

"Je vois que tous les produits alimentaires baissent sur les marchés" de gros, a expliqué M. Le Maire, qui juge que cette situation devrait permettre de faire reculer les prix au détail de l'alimentation, qui ont augmenté en février de 14,8% sur un an. "Je voudrais bien que lorsque le prix du blé baisse, le lendemain le prix des pâtes baisse", a souligné le ministre qui dit avoir constaté que "lorsque le prix du blé monte, le lendemain le prix du paquet de pâtes augmente".

Lundi, à l'occasion de la publication de ses dernières projections macroéconomiques, la Banque de France a dit s'attendre à un "pic" de la hausse des prix alimentaires "vers la fin du premier semestre". Les dernières négociations ont abouti à une hausse moyenne de quelque 10% des prix payés par les supermarchés aux industriels pour tenir compte de la hausse de leurs coûts de production (énergie, transports, matières premières, emballages...).

M. Le Maire a salué la proposition de loi du député Frédéric Descrozaille pour rééquilibrer les rapports entre la grande distribution et ses fournisseurs, mais a souhaité élargir les possibilités de promotion sur les produits détergents, de parfumerie et d'hygiène (DPH). "La proposition de loi du député Descrozaille est une très bonne proposition", a-t-il déclaré.

Mais il a ajouté trouver "un peu paradoxal que nous voulions les prix les plus bas pour notre compatriotes, et en même limiter les promotions pour les produits DPH, les produits détergents et d'hygiène à 34%". Ce plafonnement a été jugé la semaine dernière "irresponsable et inflationniste" par la fédération patronale de la grande distribution, la FCD.

"Je serais favorable à ce qu'on autorise Michel-Edouard Leclerc et tous les distributeurs à faire des promotions pas simplement à 34% sur les shampooings, les produits d'hygiène, les produits détergents mais jusqu'à 50%", a déclaré le ministre de l'Economie.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions