08/02/2023 16:31

Deux sympathisants d'Eric Zemmour, qui avaient été condamnés en première instance pour avoir diffusé des vidéos simulant des tirs sur Emmanuel Macron et les Insoumis Raquel Garrido et Alexis Corbière, relaxés en appel

La cour d'appel de Paris a relaxé en appel deux sympathisants d'Eric Zemmour qui avaient été condamnés en première instance pour avoir diffusé des vidéos simulant des tirs sur Emmanuel Macron et les Insoumis Raquel Garrido et Alexis Corbière. "La cour infirme le jugement" de premier instance, "relaxe" les deux prévenus et déboute les parties civiles de leurs demandes de dommages et intérêts, a indiqué le président de la cour.

Les motivations de la décision n'étaient pas disponibles dans l'immédiat.

L'une des vidéos litigieuses montre un homme arborant une casquette "Ben voyons", un tic de langage d'Eric Zemmour érigé en slogan par ses fans, s'exercer avec un fusil à lunette dans un stand de tirs. "Ben voyons les amis, on va éclater qui, là ? Du jeune gaucho, du jeune communiste, du jeune bougnoule mental", s'esclaffe le jeune homme, avant d'ouvrir le feu. Fusil en joue, il mime ensuite la surprise - "Ah, Emmanuel Macron !" - et décoche un second tir.

Dans une autre vidéo tournée au même endroit, un autre jeune homme, fusil en main, explique "s'entraîner à chasser du (Raquel) Garrido sauvage" avant de faire feu, puis de tirer une seconde fois en évoquant le député LFI Alexis Corbière.

En mars 2022, Benjamin S., un militaire alors âgé de 21 ans, et Alain R., un cuisinier intérimaire de 30 ans, avaient été condamnés respectivement à quatre et trois mois de prison avec sursis et interdiction de port d'arme pendant cinq et trois ans. Le premier pour provocation à commettre des infractions non suivie d'effet, le second pour complicité.

Ces deux sympathisants d'Eric Zemmour, qui s'étaient rencontrés lors d'un meeting de l'ancien candidat à l'élection présidentielle, avaient également été condamnés à verser solidairement, au titre du préjudice moral, 3 000 euros au député LFI Alexis Corbière et 5.000 euros à Raquel Garrido, sa compagne et ex-porte-parole du parti, aujourd'hui également députée. Emmanuel Macron ne s'était pas constitué partie civile.

Les vidéos litigieuses "ont dépassé les bornes admissibles de la liberté d'expression", avait estimé la procureure lors de l'audience devant le tribunal correctionnel de Paris.

Les deux prévenus avaient eux expliqué avoir fait de "l'humour noir et gras" et souligné que les vidéos incriminées avaient été réalisées uniquement pour faire rire leurs amis et mises en ligne à leur insu.

Dans un communiqué publié fin décembre 2021, Eric Zemmour avait fermement "condamné" ces vidéos.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Vosegus
8/février/2023 - 22h19
Alexshe a écrit :

S'entraîner au tir avec garrido comme cible? Bah si tu la loupes tu dois vraiment changer de discipline..!

smileysmiley

Portrait de Alexshe
8/février/2023 - 20h14

S'entraîner au tir avec garrido comme cible? Bah si tu la loupes tu dois vraiment changer de discipline..!

Portrait de Vosegus
8/février/2023 - 16h38

Voilà une décision pleine de bon sens.