15/01/2023 13:01

Les nappes phréatiques françaises se trouvaient fin décembre à des niveaux "préoccupants" sur une grande partie du pays, avertit le Bureau des recherches géologiques et minières

Les nappes phréatiques françaises se trouvaient fin décembre à des niveaux "préoccupants" sur une grande partie du pays, avertit vendredi le Bureau des recherches géologiques et minières (BRGM). "Les niveaux des nappes du mois de décembre sont peu satisfaisants.

En effet, les pluies infiltrées durant l’automne sont très insuffisantes pour compenser les déficits accumulés durant l’année 2022 et améliorer durablement l’état des nappes", écrit l'organisme public dans un bulletin de situation au 1er janvier.

Les pluies de l'automne, sur des sols très secs, ont profité en premier lieu aux sols en surface et à la végétation avant de recharger les nappes en profondeur.

"En conséquence, plus des trois quarts des nappes restent sous les normales mensuelles avec de nombreux secteurs affichant des niveaux bas à très bas", relève-t-il, soulignant que "les niveaux sont nettement inférieurs à ceux de décembre de l'année dernière".

Le BRGM constate ainsi des niveaux "préoccupants sur une grande partie du territoire", avec toutefois quelques exceptions locales comme la Bretagne ou Alsace.

Selon Météo France, 2022 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée en France avec 14,5 degrés de température moyenne annuelle mais aussi l'une des plus sèches, accusant un déficit de pluviométrie de quelque 25%. La sécheresse et la canicule estivale ont eu d'importantes répercussions sur l'agriculture ou la production d'électricité hydraulique et nucléaire.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions