25/12/2022 17:31

La menace des communautés d'extrême droite transnationales en ligne menant à des attaques augmente, avertit l'Office européen de police

La menace des communautés d'extrême droite transnationales en ligne menant à des attaques augmente, a averti l'Office européen de police, après qu'une opération a signalé plus de 800 exemples de contenu violent ou "terroriste".

Deux attaques récentes, l'une aux États-Unis et l'autre en Slovaquie par des hommes armés présumés d'extrême droite, "illustrent une prolifération préoccupante d'activités violentes d'extrême droite et terroristes à l'échelle mondiale", a déclaré Europol.

"Les auteurs de ces attaques faisaient partie de communautés en ligne transnationales et se sont inspirés d'autres extrémistes de droite violents et terroristes", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Europol et les forces de l'ordre de 13 pays de l'UE et de Grande-Bretagne ont organisé jeudi une journée d'action visant à épingler des contenus extrémistes et violents sur internet, notamment des diffusions en direct, des manifestes, des revendications et des célébrations d'attaques.

Ceci a abouti au signalement de 831 éléments sur 34 plateformes, a déclaré Europol, ajoutant que "la menace posée par l'extrémisme violent et le terrorisme est en constante augmentation".

Europol a pointé du doigt deux attaques imputées à l'extrémisme violent de droite et qui pourraient être liées à du contenu en ligne.

Le premier a été le meurtre de dix Noirs par le suprémaciste blanc autoproclamé Payton Gendron à Buffalo, New York aux États-Unis en mai de cette année.

La seconde s'est produite lorsqu'un "adolescent radicalisé", considéré comme le fils d'un membre éminent d'un parti d'extrême droite, a abattu deux hommes devant un bar gay à Bratislava, la capitale slovaque, en octobre.

Ces attaques ont mis en évidence le rôle central de la propagande en ligne dans leur processus de radicalisation, a déclaré Europol. "Cela montre à quel point l'abus d'internet continue d'être un aspect important de la radicalisation et du recrutement violents de droite."

Un autre exemple récent de montée de la violence d'extrême droite en Europe est survenu après l'arrestation de 25 conspirationnistes présumés en Allemagne au début du mois.

Les procureurs ont déclaré que le groupuscule prévoyait de renverser l'État et d'installer son propre gouvernement grâce à l'aide de moyens violents. Des experts antiterroristes ont déclaré que le groupe s'inspirait des théories du complot en ligne, notamment la théorie QAnon.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Titoon
26/décembre/2022 - 11h44

Ah la désinformation.

Il est certain que lorsque l'on passe de quasiment 0 attentat/ans de l’extrême droite (et on ne peu que s'en réjouir), aux moindres actes la statistique augmente dramatiquement....

Passer de 0 à 1 sa fait une augmentation de 100%, attention la peste brune revient.

Et pendant se temps la des personnes se fond agresser quasiment tout les jours par des déséquilibrés au nom de leur dieu, mais ça se sont des faits divers.

Quid des black block?

D'ailleurs je note avec ironie qu'il est utilisé comme exemple une tuerie au USA ( Bravo europol les USA sont en Europe maintenant), pays parfait exemple du vivre ensemble et des bienfaits du multiculturalisme....

Portrait de Tempura
25/décembre/2022 - 19h32

L'extrême droite est si dangereuse que pour trouver une manifestation concrète de sa dangerosité, on est obligé de présumer de son implication dans une fusillade au fin fond de la Slovaquie ou de faire passer pour un suprémaciste blanc un type qui a tiré en priorité sur une blanche... 

Portrait de Vosegus
25/décembre/2022 - 18h03

Bon ! Ca c'est fait ! Mais maintenant qu'on a bien fait peur dans les chaumières on peut connaitre la dernière étude d'Europol sur les groupuscules Islamistes, black-bloc, antifa, noborders, extinction rébellion, antispécistes etc... qui pourrissent toute l'année la vie des citoyens, dégradent les biens publics et privés et même tuent, pour les premiers cités.