04/12 07:46

Des élevages de volailles de l’ouest de la France vont devoir être vidés de leurs animaux pour éviter qu’ils ne soient contaminés à leur tour par la flambée de la grippe aviaire

Des élevages de volailles de l’ouest de la France vont devoir être vidés de leurs animaux pour éviter qu’ils ne soient contaminés à leur tour par la flambée de la grippe aviaire, au risque de saturer les capacités d’abattage sanitaire, a annoncé le ministère de l’Agriculture.

A quelques semaines des réveillons de fin d’année, l’Etat organise la baisse du nombre de volailles dans une zone à cheval entre la Vendée et les Deux-Sèvres en raison de l’« accélération » de l’épidémie. A compter de lundi, des dindes et canards - « les espèces les plus sensibles [au virus] actuellement » - seront ainsi envoyés de manière anticipée à l’abattoir pour être consommés, sans être remplacés dans les exploitations.

Quant aux éleveurs de poulets et poules pondeuses, ils pourront aller au bout de leur cycle de production, mais devront patienter trois semaines avant de réintroduire des animaux dans leurs bâtiments. Le ministère, qui parle de « mesures de dédensification », n’était pas en mesure vendredi de chiffrer le nombre d’exploitations et d’animaux concernés.

« S’il y a moins d’animaux dans une zone donnée, il y a moins de risque de flambée (...) ce sont autant d’animaux qui ne seront pas euthanasiés », résume-t-il. Les autorités veulent éviter la saturation des capacités d’abattage sanitaire. Ces dernières ont été dépassées au plus fort de la crise de 2021-2022, marquée par une flambée inédite des cas et l’abattage de plus de 20 millions de volailles.

« L’Etat sera au rendez-vous » pour indemniser les manques à gagner pour les éleveurs, assure le ministère.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Soulejack
4/décembre/2022 - 10h17

moins de volailles dans le sud-ouest,c'est un risque de famine ,car ils ne bouffent que ça dans cette région.

Portrait de Térisa
4/décembre/2022 - 08h29

Cela devient du grand n'importe quoi. Il existe un vaccin et pourtant l’état continue dans cette politique d'abattage. Et pendants ce temps là, on importe des volailles...