27/11 10:17

Deux semaines après l'effondrement à Lille, trois immeubles ont été évacués en urgence cette nuit à 400 mètres des immeubles effondrés de la rue Pierre-Mauroy - Vidéo

Deux semaines après l'effondrement d'immeubles rue Pierre-Mauroy à Lille et deux jours après une évacuation rue de la Monnaie, un périmètre de sécurité a été mis en place rue Lepelletier dans le Vieux-Lille dans la nuit de samedi à dimanche

17 occupants de trois immeubles ont été évacués vers minuit, dans la nuit de samedi à dimanche.

Des dégâts ont été signalés dans l'un des trois immeubles, entrainant une menace d'effondrement rue Lepelletier, dans le Vieux-Lille, à 400 mètres des immeubles effondrés rue Pierre-Mauroy, dans lesquels un médecin avait perdu la vie il y a deux semaines.

La maire de Lille a rédigé un arrêté de mise en péril dans la nuit et un périmètre de sécurité a été installé. Deux fourgons incendie et un conseiller technique sauvetage-déblaiement ont été mobilisés. Les sapeurs-pompiers ont dû enfoncer des portes pour voir réveiller tous les occupants des immeubles selon nos confrères de France Bleu.

Trois immeubles bourgeois ont été évacués rue de la Monnaie, toujours dans le Vieux-Lille, jeudi et vendredi dernier.

Cette évacuation faisait suite à des fissures signalées dans les caves. Un ancien locataire expliquait avoir porté plainte dès septembre 2020.

Déjà vendredi, au numéro 44, trois personnes ont ainsi été évacuées, ainsi que la chocolaterie Astral chocolat installée au rez-de-chaussée. Une scène identique à celle qui s’est déroulée deux jours plus tôt, dans les immeubles voisins situés au 46 et au 48 de cette artère très commerçante du Vieux-Lille. Au total, 15 particuliers ont du quitter leur logement dans l'urgence.

L’alerte avait été donnée aux services de la mairie en début de semaine par le syndic de l’immeuble situé au numéro 48 de la rue. "La ville a été alertée de l’existence d’un rapport réalisé par un cabinet qui date d’il y a un an, sur l’existence de désordres", indique-t-on du côté de la municipalité.

Ailleurs sur le web

Vos réactions